Réduction de la mortalité néonatale et infantile : LES PARLEMENTAIRES APPELES A LA RESCOUSSE

 

taux natalité mortalité infantile maternite hopital sanitaire cscom assurance maladie obligatoire amo

Ils ont été formés à opérer des choix judicieux en matière de plaidoyer auprès des autorités pour un mieux-être des femmes et des enfants

« Un monde où l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement sont partout et pour tous », telle est l’ambition de la Coalition nationale Campagne internationale pour l’eau potable, l’assainissement CN-CIEPA/WASH et WaterAid. C’est dans cet esprit que les deux partenaires ont organisé hier une journée de plaidoyer avec les parlementaires pour la réduction de la mortalité néonatale et infantile. La session s’adressait singulièrement aux responsables de la commission Santé, Développement social et Solidarité de l’Assemblée nationale et du réseau des parlementaires eau potable, hygiène et assainissement AEPHA. Cette activité entre dans le cadre de la mise en œuvre de la campagne « Healthy start » (un départ sain).
La rencontre était présidée par le député Kalilou Ouattara, président de la commission Santé, Développement social et Solidarité de l’AN. Dans son mot de bienvenue, celui-ci a remercié la coalition d’apporter aux parlementaires les outils qui leur permettront d’opérer des choix judicieux en matière de plaidoyer auprès des autorités pour le mieux-être des femmes et des enfants qui sont l’avenir de la nation. La session se propose aussi de mobiliser les parlementaires en faveur de l’intégration de l’AEPHA et de son importance dans la réduction de la mortalité néonatale et infantile. Le Mali, à l’instar de nombreux pays en développement, connaît en effet des problèmes d’accès des populations à l’eau potable et à l’assainissement.
Les parlementaires ont suivi une communication présentée par le Dr Awa Diall, pédiatre néonataliste sur l’ampleur du phénomène de la mortalité néonatale et infantile. Cet exposé établit que le phénomène a mobilisé ces dernières années une forte attention des pouvoirs publics et d’autres partenaires engagés sur ce chantier. Malgré ces efforts, le niveau escompté de réduction est loin d’être atteint.
Ainsi le taux de mortalité néonatale (c’est-à-dire la tranche d’âge comprise entre 0 et 29 jours) est ainsi passé de 96 pour mille en 2006 à 34 pour mille en 2012. Et pendant les mêmes périodes celui de mortalité infantile (1 à 12 mois) est passé de 105 pour mille à 42 pour mille en 2012 et enfin celui de la mortalité infanto juvénile (moins de 5 ans) est passé de 191 pour mille à 98 pour mille. Cependant environ un enfant sur dix meurt avant d’atteindre l’âge de 5 ans. Les maladies liées à l’eau et les mauvaises conditions d’hygiène sont à l’origine de la plupart de ces décès.
Comme solutions, le Dr Awa Diall préconise plus d’actions au niveau des consultations prénatales, du suivi de l’accouchement, de l’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois et l’observation d’une hygiène hydrique et alimentaire constante. C’est pourquoi, WaterAid, au niveau global, a initié la campagne « un départ sain ».
Les parlementaires ont également suivi la projection d’un film documentaire sur les conditions de salubrité dans nos structures hospitalières (l’hôpital Gabriel Touré) avant de découvrir le contenu de la campagne pour « un départ sain ». Celle-ci, selon le coordinateur de WaterAid Mamadou Diallo, fait le lien entre les services de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement et la santé maternelle néonatale et infantile. Elle vise à réduire de manière significative la malnutrition, les maladies infantiles évitables, les décès de nouveaux nés, grâce à la prise en compte des services AEPHA dans les politiques et pratiques sanitaires. Le coordinateur de la CN-CIEPA/WASH, Boureima Tabalaba, a expliqué aux parlementaires le rôle important qu’ils sont appelés à jouer dans la conduite de cette campagne.
L. ALMOULOUD

 

source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *