Nitrate de Dakar à Bamako : attention danger !

Selon nos confrères de Radio France international (RFI), depuis le vendredi 21 août 2020, dans la soirée, les autorités sénégalaises ont chargé une centaine de camions de trente tonnes, pour évacuer les 2700 tonnes (équivalentes à celles de Beyrouth) de nitrate d’ammonium stockées dans le port de Dakar en direction du Mali.

“Après la double déflagration au Liban, les autorités sénégalaises se sont alors mobilisées pour trouver une solution afin de sortir ces substances chimiques dangereuses du pays. L’inquiétude des Dakarois commence à disparaître. Depuis vendredi soir, le nitrate d’ammonium stocké dans le port de Dakar est chargé dans des camions de trente tonnes, direction le Mali. Une centaine de véhicules au total seront nécessaires pour évacuer les quelque 3 000 tonnes de cette substance utilisée pour fabriquer des engrais et des explosifs. Escortés par la gendarmerie, les camions remplis de ces produits chimiques pourront passer la frontière, assurent les autorités portuaires, malgré la crise qui touche le Mali et l’embargo de la CEDEAO” rapportent nos confrères de RFI.

Cette information, vraie ou fausse, doit alerter les autorités maliennes, au regard de la dangerosité  du nitrate d’ammonium, un produit chimique, à l’origine de plusieurs explosions, à travers le monde, dont la dernière en date est celle du Liban, le 4 août 2020, ayant fait plus de 100 morts, des milliers de blessés et de nombreux dégâts matériels.

D’ailleurs, selon les autorités portuaires sénégalaises, rapportent les mêmes sources, “une procédure d’urgence a été mise en place pour évacuer le plus rapidement possible la totalité de la cargaison”.

Et pour le ministère sénégalais de l’Environnement, qui aurait refusé à l’armateur, responsable de ce stock, d’entreposer le nitrate d’ammonium à une quarantaine de km de Dakar, c’est un soulagement.

Par contre, le transfert de ce dangereux produit, s’il s’avère, est très inquiétant, en raison de la très forte température au Mali, pendant la saison chaude (mars, avril, mai).

Jusqu’au moment où nous mettions sous presse, c’est le silence radio au niveau des autorités maliennes. Et en raison du contexte politique du pays, toutes nos tentatives d’avoir des réactions sont restées vaines.

En tout cas, il n’est un secret pour personne que ces informations provenant de l’international auront une répercussion nationale si rien n’est dit ou fait.  Alors, il incombe aux nouvelles autorités du pays de vérifier cette information et prendre à présent les mesures qui s’imposent, avant qu’il ne soit trop tard, car prévenir vaut mieux que guérir.

Pour rappel, le nitrate d’ammonium est directement impliqué dans les explosions : de l’usine BASF d’Oppau (Allemagne) le 21 septembre 1921 ; de l’usine PCT à Tessenderlo (Belgique) en 1942 ; du cargo français Grand camp transportant 2 300 tonnes de nitrate d’ammonium à Texas City en avril 1947 ; du cargo norvégien Ocean Liberty dans le port de Brest en juillet 1947 ; de deux remorques routières chargées chacune de 23 tonnes sur un chantier de Kansas City, en novembre 1988 ; de l’usine de fabrication Terra Industries à Port Neal au sud de Sioux City dans l’Iowa en décembre 1994 ; de l’usine AZF à Toulouse, le 21 septembre 2001 ; de l’usine d’ammoniac West Fertilizer près de Waco (Texas), en avril 2013 ; d’un entrepôt dans le port de Tianjin (Chine) en 2015 ; du port de Beyrouth (Liban) le 4 août 2020.

Sékou CAMARA

Source: Bamakonews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.