Lutte contre le Sida : LA NÉCESSAIRE PRISE EN COMPTE DES PERSONNES EN SITUATION D’HANDICAP DANS LA COLLECTE DE DONNÉES

L’inclusion des personnes en situation d’handicap dans la lutte contre le Vih-Sida est nécessaire pour l’atteinte de l’objectif «zéro cas» d’infection d’ici 2030 dans notre pays. Conscient de cela, notre pays a fait de cela une priorité. En la matière, le gouvernement est aidé par les partenaires au développement, notamment Humanité & Inclusion (HI), nouveau nom de Handicap International. Cette organisation promeut une approche inclusive pour améliorer la qualité de vie des personnes handicapées et leur accès aux services, en général, et ceux de santé, en particulier.

Ainsi, pour promouvoir l’accessibilité et la participation sociale des personnes handicapées en matière de VIH, Humanité & Inclusion, en partenariat avec certaines structures de lutte contre le virus de la pandémie, a mis en place un dispositif appelé plateforme «Handicap et Vih». Ce regroupement a vu le jour en 2008 dans le cadre du projet : «Amélioration des initiatives locales», financé par l’AFD. Dès sa mise en place, la plateforme a appuyé ledit projet dans la réalisation d’une étude bio-comportementale sur la prévalence du VIH chez les personnes handicapées dans la région de Koulikoro et dans le District de Bamako. Pour s’inscrire dans cette dynamique, depuis le démarrage du projet régional VIH et handicap en mars 2017, sur financement du Fonds mondial, la plateforme a servi d’outil de plaidoyer mais aussi et surtout de cadre de concertation et d’échange sur la problématique de l’inclusion du handicap. Daouda Koné, chef du projet régional VIH-Sida de HI, a souligné que la plateforme a accompagné le projet lors de la validation du CSN 2017-2021 qui intègre désormais la dimension handicap.
Le projet a été également soutenu par ladite organisation dans la révision de la loi portant prise en charge du VIH, en cours de relecture au niveau de l’Assemblée nationale. Cette plateforme tient, pour le bon suivi du projet, des réunions périodiques. La première de cette année et troisième depuis le démarrage du projet, a eu lieu, jeudi dernier, dans la salle de conférence du Haut conseil national de la lutte contre le Sida (HCNL). Elle était dirigée par Massama Camara de la cellule sectorielle de lutte contre le VIH du ministère de la Solidarité et de l’Action humanitaire.
Au cours de la réunion, les participants ont présenté et validé le compte rendu de la précédente réunion. Ils ont fait l’état des lieux de la mise en œuvre des recommandations formulées lors de cette réunion. Aussi, le bilan des activités réalisées en 2017 au compte du projet régional VIH et handicap et les perspectives du projet pour l’année 2018 ont été présentés et analysés. La réunion s’est également penchée sur la nouvelle note conceptuelle du Fonds mondial. Les participants ont aussi passé en revue et validé le plan d’action 2018 de la plateforme.
A l’issue de la réunion, il a été recommandé, entre autres, d’inviter le secrétariat exécutif du HCNLS aux différentes réunions du comité technique de la plateforme, de rapprocher rapidement la Cellule de planification et statistique (CPS) pour le secteur de la santé, développement social et promotion de la femme pour la prise en compte de la dimension du handicap dans les outils de collecte des données comme le DHS2. Par ailleurs, la réunion a recommandé la tenue d’une session de présentation de la plateforme «Handicap et VIH» d’une manière générale (textes de création, mandat et fonctionnement) aux nouveaux membres de la plateforme.

Mariam A. TRAORÉ

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *