Le projet de renforcement de la surveillance et la réponse communautaire contre la covid-19 lancé

L’organisation mondiale de la santé, dans le cadre du renforcement du système de santé au Mali, s’est engagée à poursuivre son appui à la lutte contre la covid-19 à travers ce projet de renforcement de la surveillance et la réponse communautaire au niveau de onze districts sanitaires des régions de Kayes, Koulikoro et le District de Bamako. Le projet a été lancé, le jeudi 05 mai 2022 au centre de santé communautaire de Yirimadio, sous la houlette du représentant du ministre de la santé et du développement social en présence du représentant résident de l’OMS au Mali.

 « A ce jour, le Mali à enregistré 30 860 cas de COVID-19 dont 732 décès, soit un taux de létalité de 2,37% », a indiqué le représentant résident de l’Organisation Mondiale de la Santé au Mali OMS, Kavula José. Il a ajouté que l’épidémie a touché presque toutes les régions et 58 districts sur les 75 que compte le pays. « L’OMS, dans le cadre du renforcement du système de santé du Mali, s’est engagée à poursuivre son appui à la lutte contre la COVID-19 à travers cette nouvelle initiative de renforcement de la surveillance et la réponse communautaire COVID-19 au niveau de onze districts sanitaires des régions de Kayes, Koulikoro et le District de Bamako », explique-t-il. « Ce projet vise  la réduction des cas et des décès dus à la COVID-19 grâce à la recherche active, à travers la détection précoce au niveau communautaire dans l’optique de rompre la chaîne de transmission dans les onze districts sanitaires du projet et en plus de renforcer la lutte en cours contre l’épidémie permettra à travers le génotypage qui sera réalisé tout au long du projet, d’identifier les différents variants de SRAS COV 2 afin d’orienter l’approche thérapeutique », note-t-il. Quant au représentant du ministre de la santé et du développement social, Dr. Abdoulaye Guindo, il a affirmé que le présent projet sera piloté par la Direction Générale de la Santé et de l’Hygiène Publique,  en collaboration avec les autres services du Département (INPS, CNIECS) et qu’il comprend quatre (4) composantes à savoir une composante recherche active de cas dans les établissements de santé concernés : qui consiste à la recherche des cas suspects et leurs contacts au sein de la communauté qui feront l’objet d’un dépistage à l’aide d’un test rapide antigénique. Il s’ensuivra l’isolement des cas et dont la prise en charge sera assurée gratuitement soit à domicile ou dans un établissement de santé selon le niveau de gravité ; la composante prévention et contrôle des infections à travers la distribution des kits PCI au niveau communautaire dans les zones couvertes par le projet ; la campagne de communication sur les risques de la maladie en vue de susciter l’engagement communautaire pour l’adhésion à la vaccination contre la COVID-19 ; une surveillance génomique pour identifier les éventuels variants de COVID-19 en circulation dans le pays.

Moussa Samba Diallo

Source: Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.