Hôpital de dermatologie de Bamako : Les patients du Covid-19 achètent des médicaments!

Certains  reflexes ont la vie dure et qui ne s’estompent pas même pendant des moments de crise. Notamment en  cette période de pandémie du coronavirus. C’est par exemple le cas de  la rétention des médicaments et  le refus de soins gratuits dans nos centres de santé par certains agents véreux qui poussent à l’extrême leur cupidité. C’est ce genre d’avidité  dont ont été victimes les deux enfants de Zidou, le Directeur  de CAP de Kidal, à l’hôpital dermatologique de Bamako.

 

Pour lutter contre la pandémie  du Corovirus, le Mali dispose officiellement de : Deux unités de traitement aux hôpitaux  du Mali et du Point G, pour le traitement des malades testés positifs. Outre  ces deux unités de traitement, notre pays dispose également de cinq laboratoires, dont un mobile et un centre d’isolement d’une capacité de 11 lits.  Ce centre, situé dans la cours de l’hôpital de dermatologiede Bamako, dans l’enceinte du Centre National d’appui aux Malades (CNAM)à une capacité d’accueil de 11 personnes. Normalement, les prestations  médicales dans ces différentes structures sont gratuites car  entièrement prises  en charge par l’Etat à travers son programme de riposte contre la pandémie du Coronavirus.

Toutefois, cette gratuité  ne semble pas être effective  à l’hôpital de dermatologie de Bamako, dans l’enceinte du CNAM (ex- Institut Marchoux), dirigé par Dr Koné. La raison est toute simple : des agents véreux et cupides, après avoir déclaré  aux patients ou à leurs accompagnateurs  qu’il manque  des médicaments pour la prise en charge, proposent les leurs qu’ils vendent à un prix onéreux. M. Zidou, le DCAP de Kidal est  malheureusement l’une  des victimes  de cette mauvaise pratique que subissent très souvent les patients maliens et leurs familles dans nos structures sanitaires. L’intéressé a appelé au téléphone notre rédaction pour expliquer ce qui s’est passé.

Domicilié à Kidal, deux  des enfants de Zidou  vivent avec leur grand-mère maternelle à Bamako. Lorsque cette dernière est tombée malade, on l’hospitalisa durant une semaine à « l’hôpital Mères-enfants  Le Luxembourg ». Mais au bout d’une semaine, ses soignants ont décidé de la faire subir le test du Coronavirus. Celui-ci s’est malheureusement avéré positif et elle en est malade. Elle fut transférée  à l’hôpital du Mali. On décida alors de tester  ses deux petits-enfants.  Lesquels sont également des porteurs mais sains. Les toubibs  décidèrent alors de les  retenir  pendant  une semaine  à l’hôpital dermatologique de Bamako, pour un isolement  d’une semaine.

C’est à ce moment que les choses vont se compliquer. Car les agents  de santé  véreux qui les suivaient les enfants vont faire savoir qu’il n’y a plus  de médicaments disponibles  pour leur prise en charge. En revanche, ils vont proposer  d’en trouver mais moyennant  quarante  milles (40 000) CFA par patient. Puisque la santé n’ayant  pas de prix, M. Zidou, informé, a été  obligé d’envoyer  quatre-vingt milles (80 000) FCFA pour les soins des deux enfants. N’est-ce pas une pratique honteuse de la part d’agents de santé ?

Votre hebdomadaire d’informations et d’analyses,  « Le Pélican »,  a tenté sans succès  de rencontrer le responsable du centre pour obtenir sa version des faits. Les responsables en charge de la lutte contre le Covid-19 mais notamment le  Chef  du département en charge de la santé y sont vivement interpellés  afin qu’ils  mettent  fin à de telles pratiques qui gâchent les efforts quotidiens des  honnêtes médecins  qui respectent  le serment d’Hippocrate.

La rédaction

Le Pélican

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *