Direction Générale de la Santé et de l’Hygiène Publique: Une perte sèche de 242 millions FCFA

Fractionnement de dépenses pour un montant total de 78,3 millions FCFA (78 311 800F) ; Paiement d’indemnités de transport et de frais de mission indus au niveau de la DGS-HP (Direction Générale de la Santé et de l’Hygiène Publique) pour un montant total de 4,5 millions de nos francs (4 535 000 FCFA ; paiement d’indemnités de transport et de frais de mission indus au niveau de la Direction régionale de la Santé de Ségou pour un montant total de 540 000 FCFA et violation des règles de passation et d’exécution des marchés…

 

Autant de mauvaises pratiques qui ont été érigées en mode de gestion, pendant les périodes 2018, 2019 et 2020 à la DGS-HP. Du moins, si l’on en croit le rapport d’enquête du Bureau du Vérificateur Général.

Décidemment, ce sont les anciens DG de la Santé et de l’Hygiène Publique, le Dr Mama Coumaré (bombardé  Ségal du département de la Santé en 2019) et son successeur nommé le 20 février 2019), le Dr Ousmane Dembélé, qui sont tous deux  impliqués dans cette gestion scabreuse ayant engendré des irrégularités financières de plus de 242 millions FCFA (242 335 256F) à la DGS-HP, en 2 ans de gestion.

La vérification effectuée à la DGS-HP a mis en exergue un ensemble de faiblesses et de dysfonctionnements relevant du contrôle interne qui a affecté la qualité de la gestion financière de la structure.

Selon le Bureau du Vérificateur Général, tout le problème se résume au fait que la Direction Générale de la Santé et de l’Hygiène Publique ne dispose pas de manuel de procédures administratives, financières et comptables. Ce qui ne permet pas aux agents de la DGS-HP de maîtriser et uniformiser les procédures pour la réalisation efficace des activités.

À ce problème lié à l’absence de manuel de procédures, il faut ajouter le non respect (en 2018,2019 et 2020) par la DGS-HP des procédures de Demande de Renseignement et de Prix à compétition Restreinte. Ce qui constitue un grand manquement aux textes qui régissent les passations de marchés publics.

Au titre des irrégularités financière de la DGS-HP, pendant les exercices 2018, 20219 et 2020, le fractionnement de marchés s’élève à 78,3 millions FCFA. Quant aux Cotisations sociales non déclarées et non payées, elles se chiffrent à 12,9 millions de nos francs (12 994 721 FCFA). Dans la foulée, les ITS (Impôt sur les Traitements et Salaires)  non déclarés et non payés ont occasionné une perte de 72,9 millions FCFA (72 499 135F). Au titre des paiements non justifiés, les enquêteurs du Bureau du Vérificateur Général ont décelé la somme de 58,9 millions de nos francs (58 967 320F). Pire, la Direction Générale de la Santé et de l’Hygiène Publique, à travers une gestion opaque, pendant les périodes 2018, 2019 et 2020 s’est donnée à des achats fictifs pour un montant total de 1,2 million FCFA (1 200 000F). Par ailleurs, les enquêteurs ont découvert 4,5 millions (4535 000 FCFA) d’indemnités de transports et frais de mission indus au niveau de la DGS-HP et 540 000 F d’indemnités de transports et frais de mission indus au niveau de la DRS de Ségou contre plus de 13 millions (13 287 280 FCFA) d’indemnités de transports et frais de mission indus au niveau de la DRS de Kayes.

En bloc, ces irrégularités financières prouvent à suffisance que les eaux de la Direction Générale de la Santé et de l’Hygiène Publique ont été troubles pendant les périodes 2018, 2019 et 2020 et ont charrié des affaires nauséabondes les unes que les autres. En tout cas, elles servent de matière pour la justice malienne qui ne jure que par mettre fin au détournement du dernier public. Depuis que ces dossiers ont été transmis à qui de droit par le Vérificateur Général, les anciens dirlos de la Direction Générale de la Santé et de l’Hygiène Publique, Dr Mama Coumaré et son successeur Dr Ousmane Dembélé passent des nuits blanches.

Adama Coulibaly

Source : NOUVEAU REVEIL

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.