8,4 millions de dose de vaccin contre Covid-19 au Mali en fin mars : Par qui va-t-on commencer ?

Si l’éradication de la maladie à coronavirus, érigée en pandémie Covid-19, devait passer par la vaccination en Afrique en général et au Mali en particulier, la maladie risque d’avoir de beaux jours devant elle.

 

Un peu moins d’un an, après que cette maladie a été annoncée et prise en charge dans notre pays, qu’une solution scientifique et pérenne de prévention est attendue. Le vaccin contre la Covid-19 est attendu en fin mars 2021 au Mali. Le début de la vaccination est prévu en avril. 8,4 millions de dose de vaccin pour coût estimé à plus de 31 milliards de FCFA. Une acquisition de vaccin financée par l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination et la Banque mondiale. Une belle initiative et un engagement courageux de la part de nos autorités. Mais, des difficultés, de faire accepter le vaccin, demeurent.

En Afrique comme au Mali, il n’a pas été facile, il l’est toujours de convaincre les populations de sa majorité de l’existence de cette maladie à coronavirus. Dans son temps, c’est-à-dire au mois d’avril 2020, nous avons décelé un certain nombre d’obstacle pour les décideurs de faire prendre conscience les populations de l’existence de la pandémie Covid-19. Il s’agit de l’ignorance, de la négligence et de la croyance. Ces obstacles sont toujours d’actualité malgré l’effort du département de la santé, des associations et organisations de la société civile qui se sont investies pour sensibiliser et informer sur l’existence de la maladie à coronavirus et pour faire respecter les mesures barrières.

Ce travail n’est pas même pas fini, on parle de vaccin. Alors même que les réseaux ont été inondés d’informations, à tort ou à raison, anti vaccination. Des explications et des commentaires venant aussi des pays développés, médicalement avisé, que le vaccin en cour de préparation et qui est sur les marchés mondiaux de la médecine, est un complot contre l’humanité en générale, l’Afrique en particulier. Les vaccins fabriqués en Amérique, en Russie, en Inde et en Europe ont du mal à se faire accepter d’où la vaccination volontaire en cour dans bon nombre de pays.

Au Mali, en avril prochain, par qui va-t-on commencer la vaccination ? Est le personnel soignant, qui semble être le plus exposé à la contamination, est par les autorités pour donne plus de crédit à l’efficacité et balayer tous les rumeurs et les déballages sur les réseaux sociaux concernant la dangerosité de ces vaccins ? En Afrique, selon les informations nous venant d’ailleurs, des pays comme l’Afrique du sud, le plus touché sur le continent, l’Egypte, le Maroc… ont commencé à vacciner leurs populations.

Drissa SANGARE

Source : L’Analyste

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.