TRAGEDIE DE MINA : Le Ministre THIERNO Amadou Oumar Hass DIALLO, est dans le collimateur du Haut Conseil Islamique du Mali

Le Ministre Diallo des affaires religieuses et du culte est le seul ministre dépêché par son pays à aller assister ses compatriotes dans cette dure épreuve qu’a été le drame de Mina. Faisant le bilan de son séjour, il dit avoir eu à visiter les hôpitaux, les morgues. Il a apporté à la communauté malienne en Arabie Saoudite, toutes les assurances du Président de la République en ce qui concerne les dispositions à prendre par l’état par rapport au dit drame notamment l’ouverture d’une enquête officielle sur les circonstances du drame.

thierno amadou omar hass diallo ministre affaires religieuse culte visite centre ecoute orientation bousculade mina mort bamako

A la question de savoir, pourquoi, le nombre de morts n’a pas pu être connu deux semaines après le drame, le Ministre Diallo a dit que certaines victimes environ un millier de pèlerins ont été calcinés, donc méconnaissables. D’autres ont été piétinés et complètement broyés.

Il a ajouté ceci :‘’ceux qui se plaignent par rapport au retard à la diffusion de l’information séquentielle au jour le jour, concernant le nombre de victimes maliennes ignorent que pour identifier un corps il faut un minimum de 8 heures, compte tenu des étapes à suivre’’.

Le Ministre Diallo a blanchi nos pèlerins accusés par le royaume saoudien d’indisciplinés. Notons que pour le hadj de cette année 34 agences maliennes se sont fait enregistrées et 101 agences ont signé des contrats individuels avec près de 11 000 personnes qui ont fait le déplacement pour aller accomplir leur devoir religieux.

Le dernier bilan publié par l’Arabie Saoudite donne 1687 morts. En ce qui concerne le Mali, les chiffres actuels avancent 70 morts voire les deux cents. Et le nombre de portés disparus varie entre 157 et 294. Le Ministre des cultes a mis en garde les gens qui veulent récupérer politiquement ce drame. Malgré, toutes les informations et assurances données par le Président de la République et son envoyé d’urgence à la Mecque.

Il y a quand même des points noirs dans l’organisation du hadj 2015. Il y a tout d’abord une pléade d’agences ne présentant pas les garanties et les normes requises pour la profession. Les superviseurs représentent les agences privées sur place n’ont, de cure à fournir aucune information sur les pèlerins qui ont voyagé sur leurs agences. Il suffit de vouloir en savoir sur un proche parent disparu ou décédé qu’ils se déchargent, arguant, qu’ils sont à plus de 135km de la Mecque.

C’est la filière gouvernementale qui a été obligée finalement de faire leurs prises en charge.

Rares sont les agences privées qui sont arrivées à donner le chiffre des pèlerins morts ou disparus au compte de leurs agences. Les encadreurs privés ne s’occupent pas réellement de leurs pèlerins. Ils sont dans les affaires qui consistent à monnayer, la pratique de certains rites du pèlerinage pour les personnes âgées. Pour un seul de ces rites, il faut payer entre 300 000F CFA et un million F CFA. En somme, ils sont commerçants de colas, d’aphrodisiaques. Ça les arabes en raffolent.

Avec toutes ces activités lucratives, les encadreurs des agences privées n’ont pas le temps de s’occuper des pèlerins. Elles ne rendent compte à aucune autorité légale du Mali.

Quant à la filière gouvernementale, le hadj de cette année est le premier qui soit organisé par le Ministre des affaires religieuses et du culte. Ce ministère a été réclamé à corps et à cri par le Haut Conseil Islamique du Mali, depuis du temps du Président ATT. Ce dernier n’a pas voulu s’engouffrer dans ce piège que lui tendait le Haut Conseil Islamique.

Le Président IBK est arrivé au pouvoir en 2013, le Haut Conseil Islamique et l’association SABATI 2012 se sont auto désignés comme étant les acteurs principaux de cette prouesse. En réalité cette arrivée est l’œuvre du capitaine Amadou Haya Sanogo et ses compagnons du CNRDRE qui ont organisé des votes fictifs dans les camps avec les 900 000 cartes NINA supplémentaires imprimées pour ce faire. Cependant pour masquer cette fraude massive, IBK a dû signer avec ces deux organisations religieuses un engagement sur sa future gouvernance.

Parmi ces engagements, il y a la fermeture des bars, la nomination des arabophones dans les ambassades et consulats du Mali dans les pays arabes et la création d’un ministère dédié pleinement aux affaires religieuses. Le Haut Conseil Islamique s’attendait à être consulté pour proposer M. Diamouténé actuel président de la CENI un de leurs pour occuper ce poste.

Malheureusement il a été driblé par le Chérif de Nioro qui a proposé Thierno Diallo pour le dit poste. Avec la désignation de Thierno Diallo, le Haut Conseil Islamique s’attendait à avoir le poste de délégué général au hadj. Malheureusement pour le Haut Conseil Islamique, le Ministre Diallo a nommé le prêcheur malikite Habib Kane à ce poste le driblant pour une seconde fois.

Comme dernière corde à l’arc, le Haut Conseil Islamique voulait que l’organisation du hadj lui soit confiée par le Président IBK. Ce dernier a compris que l’enjeu financier, et même la responsabilité d’une telle opération étaient assez importants pour la confier à une association fut-elle faîtière.Toutes ces convoitises tournent autour du fait que le Ministre des affaires religieuses et du culte est le seul à gérer les fonds spéciaux très importants du pèlerinage, le Haut Conseil Islamique voudrait être associé à sa gestion.

Le Ministre Diallo, a favorisé cette année les jeunes prêcheurs malikites au détriment des Wahhabites pour encadrer le pèlerinage. Cette activité était réservée longtemps aux sunnites. C’est pour toutes ces raisons, que le Haut Conseil Islamique, pour chercher des poux dans la tête du Ministre Thierno Diallo, multiplie les critiques à son endroit, lors des réunions de crises qui se tiennent à la maison du hadj par rapport au drame de Mina. Les radios libres en font leurs choux gras.

C’est vrai que du côté de l’encadrement gouvernemental, il faut moins de ‘’business’’ de la part des encadreurs. Cette année, le ‘’business’’ a pris le pas sur l’encadrement. Le délégué général devra d’avantage faire attention pour ne pas se retrouver au centre de ses affaires louches constatées cette année. Par exemple, il a fallu que les chauffeurs des bus de transport des pèlerins grèvent pour qu’ils soient rémunérés.

Le délégué général aurait pu rester un temps soit peu au côté des agences privées pour les appuyer auprès des autorités Saoudiennes dans la recherche des disparus. Au lieu de cela, tout le personnel de l’encadrement est venu par le premier vol après le Hadj laissant sur place un bon nombre de pèlerins de la filière gouvernementale.

Le Ministre Diallo doit veiller à ce que les ministères en charge des transports et celui de la santé soient fermement associés aux préparatifs à Bamako et à la Mecque. Il faut signaler que le hadj de cette année a connu des frustrations de la part de ces deux ministères. En outre, le chef d’équipe santé de la filière gouvernementale ne doit pas être un médecin privé comme le voulait le délégué général, mais un médecin désigné officiellement par le ministère de la santé. Ils doivent l’être deux mois avant le départ du premier convoi de pèlerins.Toute chose qui leur donne le temps d’établir la liste des médicaments à payer.

Ces insuffisances et mauvaises organisations doivent rapidement être corrigées, car le Haut Conseil Islamique restera toujours à l’affût. Ces membres ont plus de rapports personnels avec IBK que Thierno n’en a avec lui.

Le Ministre est donc averti, il est dans le collimateur du Haut Conseil Islamique. Un homme averti en vaut plusieurs !

M  DIAKITE

Source: Carrefour

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.