Hadj:Les autorités Saoudiennes annoncent qu’il n’y aura pas de pèlerinage 2020

Les autorités Saoudiennes ont annoncé, le 22 Juin 2020, qu’aucun pèlerin de l’extérieur au Royaume d’Arabie Saoudite ne sera autorisé à effectuer le Hadj cette année. Une décision qui signifie que les pèlerins Maliens ne participeront pas au Hadj 2020.

Cela prouve à suffisance les doutes que nous avions eu sur l’organisation du pèlerinage de cette année. Lorsque nous avions mis en garde nos autorités en les adressant des correspondances. ii y a quelques semaines sur la situation qui prévalait depuis bien longtemps Nos correspondances ont été adressées au Ministre des Maliens de l’Extérieur, avec ampliation le Ministre des affaires étrangères, l’ambassade et le consulat du Mali en Arabie Saoudite par le Conseil des Maliens d’Arabie depuis le 12 juin 2020.

 

Malgré cela. Nous avons constaté avec regret la poursuite des inscriptions et paiement des frais du pèlerinage. La Direction de la Maison du Hadj continuait de faire des sorties médiatiques pour les pèlerins  à s’inscrire pour le Hadj 2020.Dans une de ses sorties. Il déclarait que le Hadj aura bel et bien lieu et qu’il n’a jamais été question de suspendre ou d’annuler le hadj et pour convaincre encore il déclarait que les autorités Saoudiennes demandaient aux pays de continuer les inscriptions. Il rassurait les futurs pèlerins qu’il étaiten contact avec les autorités Saoudiennes qui ont ouvert le système électronique pour délivrer le visa et que ce système est déjà ouvert à la maison du Hadj. Toutes ces démonstrations ont été faites pour encourager les futurs pèlerins à accomplir la procédure. Nous pensons que s’il y avait des informations officielles sur le Hadj, le Mali ne serait pas le seul pays du monde musulman recevoir celles-ci des autorités Saoudiennes.

 

Contrairement au Mali, les autres pays ont décidé tôt  d’annuler leur processus de pèlerinage tels que le Sénégal, le Royaume-Uni, l’Indonésie, l’Afrique du Sud, la Malaisie, la Thaïlande, le Brunei, le Cambodge et la France pour ne citer que ceux-ci. Nous avons constaté que les déclarations de la Maison du Hadj au Mali sont en parfaite contradiction avec celles des autorités Saoudiennes qui sont constants depuis le début c’est à dire ont appelé les pays à attendre leur décision avant de commencer les inscriptions des pèlerins. Sur une télévision d’Etat Saoudien Al Ekhbarya et publié dans le journal Saoudien (Saoudi gazette le 1er avril 2020), le Ministre Saoudien du Hadj etOmra, Dr Mohamed Saleh Benten a été clair en disant ceci: les circonstances actuelles dans un contexte de pandémie mondiale, nous avons demandé à Dieu de nous sauver et le Royaume tient à protéger la santé des musulmans et des citoyens. Nous avons demandé à nos frères musulmans de tous les pays d’attendre avant de signer leur contrat avec les opérateurs jusqu’à ce que la situation se régularise. Cet appel a été renouvelé le 05 avril par la même autorité.

 

Le 26 mai dernier, le Ministre Saoudien des affaires islamiques a déclaré ceci: le Hadj et la Omra qui attirent des millions de fidèles musulmans resteront suspendus jusqu’à nouvel ordre. A titre d’information, l’Arabie Saoudite ne comptait que 300 cas decontamination de covid-19 au moment qu’elle prenait la décision desuspension le 13 mars 2020. A la date du 23 juin, elle comptabilisait 164144 cas.Donc, cela démontre une aggravation de la situation dc la pandémie. Avec toutes ces informations, la Maison du Hadj a continué sa campagne d’inscription des pèlerins. Pour quelle raison la Maison du Hadj agit ainsi et continue à propager des informations douteuses pour attirer plus de pèlerins tout en sachant que ledoute plane sur le pèlerinage de 2020. Nous pensons que la direction de la maison de Hadj ne peut pas officialiser de telle décision sans avoir l’accord préalable du département de tutelle. C’est pour cela que nos correspondances de mise en garde sont restées sans effet.Avec cette décision Saoudienne, on risque de mettre les pèlerins maliens inscrits sur la liste de l’année prochaine (2021), pour ne pas avoir à les rembourser. Une situation qui risque d’aggraver les tensions sociales à la crise multidimensionnelle au Mali.

 

Papa Amadou Mariko (Arabie Saoudite)

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *