ZEIDAN AG SIDALAMINE : il n’aura pas de repiquage d’autres populations à taoudénit en dehors de ses populations autochtones

La gouvernance territoriale explique et justifie la création des régions administratives dans les zones étendues en superficies mais sous peuplées.

Les autorités militaires et administratives du soudan français ont brisé dans le sang la résistance de plusieurs populations et interdit spécifiquement aux touareg l’accès au fleuve en les maintenant à une distance de 20km en ce qui concerne certaines subdivisions coloniales dont celle de gao.

Des conventions dûment établies confirment ces mesures de discrimination des touareg leur empêchant l’exploitation des ressources naturelles du fleuve.

Tous les chefs-lieux des subdivisions coloniales du soudan français ont été implantés au bord du fleuve niger de niafunké à ansongo ou sur des hauteurs (dunes à goundam, tombouctou, bourem et à menaka, colline à kidal) pour mieux observer à distance les déplacements des populations autochtones.

Par ailleurs 58 années d’indépendance n’arrivent pas à convaincre les élites nationales et le pouvoir malien que les communautés ont le droit et la liberté de choisir sans entraves raciales et racistes leur mode de vie et de gouvernance territoriale.

La création de la région de taoudenit à titre d’exemple est basée sur l’étendue de son espace territorial ( région la plus vaste par sa superficie ) , sa position géographique servant de lien culturel et de pont économique de par et d’autre du sahara, ses atouts en matière de défense et de sécurité des terroirs lointains dépourvus des services sociaux de base balayés par le vent des changements climatiques et des incertitudes politiques au plan d’une réelle volonté d’intégration nationale des minorités ethniques et linguistiques.

Les politiques maliens dont le président du mpr, le docteur choguel kokalla maïga doivent évoluer car pour eux transformer son aire culturelle et linguistique ou son terroir d’origine en commune, arrondissement, cercle ou région est un acte injuste, séditieux, séparatiste, racial, raciste et criminel.

Bien au contraire avec la politique nationale de la décentralisation.

Les terroirs touareg, arabes et autres sont loin d’être par humour civilisationnel des bourgoutières des peulhs , des rizières des songhay, des étangs de pêche des bozos , des champs de mil des dogons.

Ces terroirs ne sont ni à vendre ni à acheter car n’étant pas ni des parcelles à usage d’habitation ni des titres fonciers pour alimenter la spéculation foncière.

En quoi la création d’une circonscription administrative est une menace pour l’intégrité territoriale, la cohésion sociale et le vivre ensemble ?

La démocratie n’est pas exclusivement le règne du nombre mais aussi et surtout celui du droit selon la formule consacrée d’un célèbre écrivain français.

La densité de la population et l’étendue du territoire fondent et fécondent la gouvernance territoriale.

La réorganisation administrative du territoire est un impératif sécuritaire et démocratique pour administrer et développer le pays, notre pays en dehors du chauvinisme grincheux et du nationalisme haineux.

Les minorités doivent – elles disparaître pour exister ?

Le tout démographique risque de remplacer le tout sécuritaire des années 1960 ce qui constituera un recul institutionnel, une faillite démocratique et un suicide républicain.

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *