Voeux de Me Tall : UN ATTACHEMENT RENOUVELE A LA LIBERTE DE LA PRESSE

Depuis plusieurs années, le parti Congrès national d’initiative démocratique (CNID- Faso Yiriwa Ton) a inscrit dans son agenda des premières semaines de l’année, la présentation de ses vœux à la presse. Le président du parti, Me Mountaga Tall, vient une nouvelle fois de respecter la tradition en présentant, hier, à l’ensemble de la presse ses meilleurs voeux pour 2015.

maitre mountaga tall avocat cnid faso ministre enseignement superieur recherche scientifiqueLa cérémonie s’est déroulée à la Maison de la presse en présence du président de cette structure, notre confrère Dramane Alou Koné, des représentants des organes de régulation de la presse et des premiers responsables des organes médiatiques.
Le président du CNID-FYT a d’abord adressé à la famille de la presse ses condoléances attristées à la suite du décès de notre confrère Mamadou Lamine Doumbia, rédacteur en chef du quotidien « L’Indépendant » (lire l’Essor d’hier).
Evoquant le rôle essentiel que joue la presse dans la consolidation de la démocratie et de la paix dans notre pays, Mountaga Tall a réitéré le soutien total de son parti à toutes les politiques et initiatives tendant à améliorer les conditions de vie et de travail des hommes des médias et à améliorer la liberté de presse.
Le président du Faso Yiriwa Ton n’a pas manqué de regretter la relégation de notre pays à la 122è place du classement mondial de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières au titre de l’année 2014. Ce recul est en rapport direct avec la crise au nord.
Mais ailleurs dans le reste du monde, les journalistes sont aussi très éprouvés dans l’exercice de leur mission : 67 journalistes tués en 2014 et déjà 8 morts en 2015, 165 autres emprisonnés. « Je condamne ici fermement toutes les atteintes à la liberté de la presse partout dans le monde », a martelé Me Mountaga Tall. C’est pourquoi, le CNID FYT réclame une fois de plus la dépénalisation des délits de presse. En même temps, le parti recommande la formation des journalistes pour un respect scrupuleux des règles de la profession. A cet égard, la mise en place très prochaine de la Haute autorité de la communication (HAC) et l’ouverture toute aussi proche de l’Ecole supérieure de journalisme et des sciences de la communication constituent de bonnes nouvelles.
Au-delà des voeux réciproques, la cérémonie a donné l’occasion, comme par le passé, de discuter de questions importantes qui ont agité notre pays pendant l’année écoulée. L’actualité récente a surtout été émaillée par* « l’affaire Charlie Hebdo », du nom de l’hebdomadaire satirique français qui a publié des caricatures du prophète Mohamed (PSL). A ce propos, la position du CNID est très claire : « Nous condamnons sans équivoque la violence et la terreur. Et ceux qui ont commis des meurtres barbares ont sans aucun doute porté un coup à la liberté, à la presse mais aussi à l’islam et aux musulmans », a dénoncé le président du Faso Yiriwa Ton. En cela, les militants du parti saluent la participation du président de la République à la grande marche contre le terrorisme à Paris. Mais de la même manière, ils condamnent les caricatures du Prophète de l’Islam.
Evoquant la fièvre hémorragique à virus Ebola qui a particulièrement marqué 2014, le parti salue la rigueur et la transparence dont les autorités nationales ont fait preuve depuis que cette maladie a été déclarée. Quant à la situation dans le nord du pays, elle s’est sérieusement dégradée ces dernières semaines * « en raison de l’irresponsabilité » et des actes criminels posés par certains groupes armés. Des groupes qui font tout pour saboter le processus d’Alger.
Tout en présentant ses condoléances aux victimes des violences, le président du CNID-FYT a souligné les efforts déployés par le gouvernement en vue de renforcer les capacités opérationnelles de nos forces de défense et de sécurité en matériels roulants, en équipement de communication et en matière de maintien d’ordre et de protection.
L’acquisition d’un avion de commandement pour le président de la République et l’achat d’équipements militaires, deux sujets ayant beaucoup occupé les médias au cours de l’année écoulée, ont été bien évidemment évoqués. Me Tall estime que personne ne peut contester la nécessité d’équiper nos forces de défense et de sécurité et que la volonté d’acquérir un avion de commandement ne peut être en soi condamnable.
Certes, il y a eu des failles dans le processus mais le gouvernement a parfaitement collaboré avec les partenaires au développement et a joué entièrement la carte de la transparence.
S. DOUMBIA

source : L Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.