Vive tension entre députés et magistrats : Le Bureau de l’Assemblée nationale qualifie le propos du procureur général de « sortie hasardeuse et inappropriée »

Le samedi 29 novembre  2014, le Bureau de l’Assemblée Nationale du Mali, élargi aux Présidents des Groupes parlementaires, a produit une déclaration exigeant des sanctions à l’encontre des Magistrats ayant refusé de libérer leur collègue.  Le député Bourama Tidiani Traoré est accusé de flagrant délit d’agression contre le juge de Ouéléssebougou.

Bourama Tidiane Traoré Bananzolé Bourama depute honorable assemblee nationale

C’est un véritable bras de fer entre les pouvoirs judiciaire et législatif, dans l’affaire du juge Amadou Bocar Touré contre le député Bourama Tidiani Traoré. Au cours d’un point de presse qu’il a animé le vendredi 28 novembre 2014, le procureur général près de la cour d’appel de Bamako, Daniel Amagoin Tessougué a affirmé qu’il a instruit l’ordre d’arrêter le député Bourama Tidiani Traoré, qui n’était pas en mission de l’Assemblée nationale, pour  être jugé pour flagrant délit.

Samedi 29 novembre  2014, une réunion extraordinaire des députés a condamné la poursuite et la détention de leur collègue, « en violation des dispositions constitutionnelles », selon le Bureau de l’Assemblée Nationale. Une déclaration produite par la même occasion déplore les « déclarations intempestives et inopportunes » du juge de Ouéléssébougou dans les médias sur une affaire dont sont saisies les juridictions, de même que la sortie hasardeuse et inappropriée du Procureur général près la Cour d’Appel de Bamako ». Le bureau de l’Assemblée Nationale exige la libération du Député détenu. Affaire à suivre !

Lire la déclaration.

Aguibou Sogodogo 

 

SOURCE: Le Républicain  du   1 déc 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.