Visite du premier ministre Moussa Mara dans la zone office du Niger : Le RPM inflige 72 h d’humiliation au chef du gouvernement

 

pm premier ministre moussa mara chef gouvernement mali parti yelema reunion

Arrivé à la tête de l’exécutif suite à la démission de Oumar Tatam Ly, le Premier ministre Moussa Mara fait face à une véritable chasse aux sorcières de la part des caciques du RPM: le parti du président Ibrahim Boubacar Kéita. Pour cause, les Tisserands n’ont pas encore digéré le fait que leur mentor, IBK, ait jeté son dévolu sur un cadre issu « d’un autre rang ». C’est pourquoi, le RPM ne rate aucune occasion pour faire avaler des couleuvres au chef du gouvernement investi de la confiance présidentielle.
Le dernier épisode de cette guéguerre remonte au week-end passé où Moussa Mara effectuait une visite officielle dans les zones Office du Niger et Office riz Ségou. Arrivé dans la capitale des balanzans en compagnie de deux ministres: Bocary Tréta du Développement rural et Mohamed Bathily de la Justice, la délégation du Premier ministre Moussa Mara s’est installée à l’hôtel indépendance. Il n’en fallait pas plus pour le parti présidentiel, le RPM, de transformer cet hôtel en un véritable QG de campagne obligeant le Premier ministre à « fuir » quasiment l’hôtel indépendance vers celui du Djoliba. En effet, le ministre du Développement rural, Bocary Treta, qui ne porte pas du tout le chef du gouvernement dans son cœur, c’est un secret de polichinelle, a organisé un tohu-bohu indescriptible qui a eu raison de la détermination du jeune ambitieux voire prétentieux Premier ministre Moussa Mara. Durant les 72 heures de visite, le RPM a déroulé des banderoles et autres affiches aux couleurs du parti. Sur la banderole de bienvenue, on pouvait lire «Le RPM leader de la mouvance présidentielle vous souhaite la bienvenue», comme pour rappeler au PM le rapport de forces. Si non pourquoi ne pas écrire tout simplement «Le RPM vous souhaite la bienvenue» ?
Toute chose qui interpelle le Président de la république. Car, il est inadmissible en démocratie, que le parti présidentiel qui a voté Oui à la déclaration de politique générale du gouvernement, qui a voté Non à la motion de censure de l’opposition contre le gouvernement, brave publiquement et ouvertement le chef du gouvernement lors de ses missions officielles.
Nous y reviendrons dans nos prochaines parutions !


Ousmane COULIBALY

SOURCE: Zénith Balé
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.