Violence faite aux femmes et aux filles : L’Assemblée nationale à pied d’œuvre pour endiguer la pratique

La représentation nationale a abrité, les 12 et 13 décembre 2014, l’atelier d’information et de formation sur les instruments internationaux et régionaux et le cadre législatif national pour éliminer les violences faites aux femmes et filles. L’un des objectifs de cet atelier organisé par le Réseau des parlementaires maliens  est de lutter contre les violences faites aux femmes, et d’identifier les dispositions discriminatoires à corriger ainsi que les insuffisances, les incohérences et les vides juridiques du cadre législatif national, notamment par rapport aux normes internationales et régionales que le Mali à respecter en matière de  lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles.

Deputes assemblee nationale mali bagadadji

La cérémonie d’ouverture de cet atelier était présidée par l’honorable Amadou Thiam, 2ème vice-présidente à l’Assemblée nationale, représentante du président de l’hémicycle, en présence de la présidente dudit Réseau, Mme Fomba Honorable Fatoumata Niambaly et de nombreuses autres personnalités. Selon la présidente du Réseau, les violences commises sur les femmes et les filles sont un phénomène de la société répandu dans le monde. A l’en croire, pour lutter contre, sinon éradiquer ces violences, il importe de mettre en place un cadre juridique adapté avec des institutions fortes et des programmes appropriés. « Si les lois sont nécessaires, elles ne suffisent pas, car il y’a un hiatus entre l’égalité de jure et l’égalité de facto, entre la loi et son application effective. C’est aussi aux parlementaires qu’ils incombent de combler ce fossé puisqu’ils ont le pouvoir de contrôler l’application des politiques et des programmes et de s’assurer qu’ils répondent aux normes et aux objectifs fixés », a conclu Honorable Fatoumata Niambaly. Aux dires de l’Honorable Amadou Thiam, cet atelier revêt un caractère important. Avant d’ajouter que la lutte contre ces violences reste une préoccupation majeure pour le Mali, en témoigne les différentes conventions ratifiées. Enfin, l’honorable Thiam a souhaité l’effort de tout le monde pour lutter efficacement la violence faite aux femmes et aux filles.

Aguibou Sogodogo

 

SOURCE: Le Républicain  du   18 déc 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.