Vers un nouveau gouvernement : Michel H. Sidibé obnubilé par la primature ?

Profitant de la « gestion de la crise du covid-19 », le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé, est plutôt dans le m’as-tu-vu, s’agitant plus qu’il ne pose des actes concrets pour maîtriser la situation. Le tout pour lorgner le fauteuil du Premier ministre, Dr Boubou Cissé.

 

De sources bien informées, le ministre de la Santé et des affaires sociales, Michel Hamala Sidibé s’active pour conquérir le fauteuil du Premier ministre Boubou Cissé. Il donne l’impression qu’il est aujourd’hui au cœur de la stratégie de riposte contre le covid-19. Alors que c’est tout le gouvernement qui s’y est résolument engagé, avec le chef de l’Etat en tête. Le ministre ex-patron d’ONU-Sida voudrait montrer à l’opinion publique qu’il est le concepteur du plan de riposte contre la pandémie, qu’il userait de ses relations pour susciter des aides et appuis en faveur du Mali dans la lutte contre cette pandémie. Il s’en est fallu de peu pour que le ministre Sidibé dise dans ses sorties qu’il a la clé des « idées novatrices » pour éviter que le covid-19 n’atteigne le Mali. Mais la suite est connue. Dès que la maladie a atteint notre pays, elle s’y propage à une vitesse exponentielle. Et notre ministre s’agite, allant à l’aéroport, vers les structures sanitaires sans rien proposer de concrets pour sauver les meubles.

Pendant ce temps, les médecins se plaignent, en particulier ceux de l’intérieur du pays comme à Kayes, où le personnel soignant manque de tout. Les agents de l’hôpital Fousseyni Daou étaient, du reste, en sit-in le lundi dernier pour demander une bonne dotation.  Et ; à en croire des sources hospitalières, d’autres hôpitaux maliens suivront bientôt. Comment lutter efficacement lutter contre le covid-19 dans ces conditions ?

Au lieu d’avoir la tête à l’urgence de l’heure, le ministre Michel Hamala Sidibé n’a d’yeux que pour le poste de Premier ministre. Il ambitionnerait des mesures gouvernementales de «gestion transparente » dans l’acquisition d’équipements médicaux.

Pour certains observateurs, le ministre « onusien anti Sida» veut profiter de cet épisode de riposte au covid-19 pour couper quelques herbes sous les pieds du Dr Boubou Cissé, afin de montrer au chef de l’Etat qu’il pourrait mieux faire office de chef du gouvernement. C’est mal connaître IBK, qui connait bien tous ses collaborateurs et qui sait l’étendue du travail abattu par son sixième Premier ministre (en sept ans de pouvoir), depuis bientôt un an.  Et ceci, sans répit, chaque jour avec son lot de défis.

Afin d’accélérer l’acquisition des équipements et des matériels dans le cadre de la riposte covid-19, le ministre de la santé a sollicité le ministre de l’Economie et des finances pour passer des marchés par entente (gré à gré) ce qui fut accordé par le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, compte tenu de l’urgence impérieuse. Malheureusement, le ministre est resté dans les détails pendant que la maladie faisait ravage. Il donnait l’impression de mettre en place des soi-disant mécanismes de « bonne gouvernance » en violation des textes existants. Toute chose qui démontre, estiment certains experts, que “notre ministre ne maîtrise pas le fonctionnement de l’Etat”. Et un autre d’ajouter: “On n’invente pas les règles et les procédures comme on veut, sinon ça fait désordre”. Et dans la gestion de certaines opérations au niveau du ministère de la Santé, notre monsieur ONUSIDA ne semble pas blanc comme neige, surtout que des implications entre un fiston du ministre et des sociétés chinoises seraient signalées avec son implication personnelle. Et aussi, d’autres pratiques peu orthodoxes sont signalées.

Ainsi, l’Etat,  dans sa mission de protéger les citoyens, a pris ses responsabilités à travers d’autres départements comme le ministère du Commerce pour les premiers masques. À suivre.

 Bruno D SEGBEDJI

Source : Mali horizon

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.