Vacances gouvernementales : Les faits donnent raison à l’opposition

Le Gouvernement de la République du Mali, après avoir informé l’opinion nationale et internationale sur l’attaque terroriste intolérable, le lundi 03 août 2015 à Gourma Rhaouss, a décidé immédiatement, sans faire le deuil de nos braves soldats disparus, de partir le même jour en vacances. Pour dénoncer ces vacances gouvernementales à un moment où le pays se cherche dans les difficultés, l’Union pour la République et la démocratie (Urd) est montée au créneau dans un communiqué du 3 août diffusé sur l’Ortm le 4 août 2015.
« Sous d’autres cieux, des actes terroristes de moindre gravité que ceux connus dans notre pays ces derniers jours auraient conduit tout Gouvernement responsable à interrompre  ses vacances afin de faire face à la sécurité des personnes et de leurs biens », a indiqué l’Union pour la République et la Démocratie (URD) dans un communiqué du 3 aout, après avoir pris connaissance des vacances gouvernementales. Dans le contexte actuel d’insécurité généralisée, l’URD a rappelé avec insistance que « la montée fulgurante des attaques et le nouveau mode opératoire des groupes terroristes et djihadistes dans notre pays requièrent une vigilance sans faille  et une mobilisation permanente du Gouvernement à travers des actions appropriées pour combattre ces menaces ». Curieusement et contre toute attente, le Gouvernement a choisi ces moments douloureux pour se mettre en vacances abandonnant ainsi les populations meurtries et inquiètes à leur triste sort, avait averti le parti URD.

ibrahim boubacar keita president malien ibk gouvernement modibo keita premier ministre conseil ministres cabinet
Dans le même sens le parti pour la Renaissance nationale (Parena) attirait l’attention du régime : « L’insécurité atteint des proportions alarmantes dans tout le pays. Aucune région n’est épargnée. L’arrogance et l’audace des agresseurs ne semblent plus avoir de limites. Nos vaillantes forces armées et de sécurité sont soumises à une énorme pression dans de nombreuses régions. Notre peuple est inquiet. C’est le moment choisi par le gouvernement de la République, pour aller en vacances en Europe ou en Amérique du Sud dit-on…. », a  commenté le Parena. Face à ces inquiétudes de l’opposition républicaine le ministre porte parole du gouvernement, Dr Choguel Kokala Maïga traitait, lors du journal télévisé du 5 août 2015, ces sommations de l’opposition de « récupération du deuil » comme fonds de commerce. « Cette récupération politique n’est pas de bon aloi. Je ne comprends pas cette précipitation à récupérer la mort de nos soldats », a déploré le ministre porte parole du gouvernement. Constat : en attirant l’attention du régime IBK qui a décidé d’aller en vacances dans un contexte de crise sécuritaire généralisée, l’opposition républicaine est restée encore et pour la énième fois le grand incompris. Pire, son alerte patriotique, un geste de tout bon citoyen soucieux de son pays a été ôté de son contexte par le porte parole du gouvernement pour être ensuite traité de « récupération politique» et de « fonds de commerce ».  Mais à peine le ministre porte parole du gouvernement a-t-il fini de se déchainer sur l’opposition que les terroristes ont profité de ces moments de démission du régime pour reprendre leurs basses œuvres. Pendant que le régime du « Mali d’abord » ou encore de « l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens » tournait dos aux Maliens et à leur malheur pour s’offrir du plaisir loin des psychoses de la crise, les populations sans défense faisaient face aux balles assassines des terroristes.   De Gourma Rhaouss  à Baguinéda en passant par Sévaré et Gaberi, les terroristes ont provoqué l’hécatombe et semé la panique. Avec les vacances au haut sommet de l’Etat en cette période d’exacerbation de la crise, tout le pays ressent le délaissement total, y compris dans les cabinets qui ne se réunissent pas parce qu’il n’y a de conseils de ministres en vue. L’administration fonctionne au ralenti, donnant l’impression au pays, d’un bateau qui tangue sans capitaine de bord. Tous les maillons de l’administration civile et militaire du pays ressentent le vide de pouvoir. Pour tout dire, le gouvernement malien, en faisant une campagne sur ses vacances, a presque invité tous les Maliens à baisser la garde. C’est dire qu’au regard des attaques qui se sont multipliées depuis les vacances du gouvernement, on peut dire malheureusement que l’opposition malienne avait raison de demander au régime de renoncer à sa distraction.
Fakara Faïnké
Youssouf Z KEITA

Source: Lerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.