URD : Les poignées se fragilisent ?

L’Union pour la République et la Démocratie (URD), parti fondé par feu Soumaila Cissé, est dans la tourmente depuis quelques mois. Le Président historique du parti voit son héritage en mauvaise posture depuis son décès tragique avec des guerres intestines qui fragilisent le parti.

L’adhésion fracassante de l’ancien Premier ministre d’IBK, Dr. Boubou Cissé, est l’une des causes majeures de la bisbille au sein du parti URD. Il y a deux mois, certains militants de l’URD ont même demandé au Bureau Exécutif National du parti, la tenue d’une Conférence Nationale pour expulser Dr. Boubou Cissé de l’URD.

Dans ce cadre, ils ont formulé une pétition, déposée sur la table du BEN. En réponse à cette demande, le Vice-président de l’URD, Pr Salikou Sanogo, appelle à la retenue.

« Il me revient que certains de nos camarades sont entrepris par voie d’huissier pour la signature d’une pétition aux fins de l’organisation d’une Conférence nationale extraordinaire de notre parti. Je voudrais attirer l’attention de tous et de toutes sur les dangers que comporte une telle démarche pour notre parti », a-t-il déclaré dans une lettre adressée aux membres du BEN et aux Secrétaires généraux de section de l’URD. Il leur dira qu’à l’occasion de la tenue de leurs instances, des décisions idoines ont toujours été prises en toute responsabilité par le BEN en fonction du contexte et des enjeux du moment.

Ainsi, pour la sauvegarde de la cohésion et l’unité du parti, le Vice-président Sanogo, exhorte les dissidents à mettre fin immédiatement aux agissements, tout en soutenant qu’ils n’ont pas besoin de prôner des voies détournées pour demander l’organisation d’une Conférence nationale du parti, en dehors des réunions statutaires.

« A tous, j’en appelle à la retenue, à la vigilance et à l’union autour de l’essentiel », énonce-t-il. Selon lui, le regard de tous les maliens est tourné vers l’URD. « Notre parti est aujourd’hui perçu comme celui autour duquel pourra se construire la dynamique qui sortira notre pays de cette crise dans laquelle nous vivons depuis si longtemps. Ce n’est donc pas le moment de s’offrir en spectacle ».

Une interpellation en force pour calmer les ardeurs. Mais, cette lettre interne pourra-t-elle suffire ? Le doute persiste.

SKK

Source: Bamakonews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *