Un hold-up électoral en commune V ? La tension monte d’un cran après la diffusion des résultats provisoires Une marche pacifique pour dénoncer la mascarade

La tension était très vive en Commune V du District, si elle ne l’est pas toujours, après la proclamation mardi soir des résultats provisoires du second tour des élections législatives du dimanche dernier. Ainsi, jusqu’à hier mercredi, un mouvement d’humeur était perceptible venant généralement de femmes et de jeunes qui croient fermement que leur victoire est en passe de leur être volée par des individus qui ne mesurent pas la portée et les conséquences de leurs actes. Ces jeunes et ces femmes ont battu le pavé en organisant de façon spontanée une marche pacifique dans certains quartiers de la commune V.

urne vote election legislative nord mali kidal gao tombouctou

 

A Kalaban-Coura, un des huit (8) quartiers de la Commune, même les candidats ont eu du mal à contenir la colère des manifestants qui trouvent que tout  est entrain d’être mis en œuvre pour arracher leur victoire. Cette montée d’adrénaline est liée surtout au score attribué à la liste groupement des partis et Adema-Pasj-Cnid-Rjp. Cette liste dénonce avec véhémence les pratiques d’achats de conscience qui ont émaillé le scrutin du dimanche et qui serait l’œuvre de la liste adverse. En effet, le second tour du scrutin a mis en compétition la liste groupement de partis Rpm-Adp-Maliba (Moussa Tembiné , Oumou Simbo Kéita, Amadou Thiam) et la liste groupement de partis adema-Pasj Cnid-Rjp (Katilé Hadiaratou Sène, Karim Togola, Mahamadou Guinbéré). Les résultats provisoires diffusés par certains canaux donnaient 53,30% en faveur de la liste groupement des partis Rpm-Adp-Maliba contre 49,70% pour la liste groupement de partis Adema-PAsj Cnid-Rjp.

 

À QUI PROFITE LE HOLD-UP ?

Les manifestants d’hier en tout cas n’étaient pas tendre avec les auteurs de la mascarade et leurs complices. Ils pointent du doigt des barons du Rpm, coupables selon eux du vol organisé et de l’achat de conscience le jour du scrutin. C’est pourquoi ils rejettent catégoriquement  les résultats provisoires proclamés par le Ministère de l’Administration Territoriale sur la base des procès verbaux des bureaux de vote. Les manifestants exprimaient ainsi leur ras-le-bol face à une situation insupportable planifiée et mise en exécution dans le seul souci de profiter du siège de député à l’Assemblée nationale. Pour eux tout est clair: le président IBK ne doit pas accepter de fermer les yeux sur une victoire acquise sur la base du vol organisé.

 

 

Ce qui  renforce davantage la conviction des manifestants est que dans la nuit du 15 décembre, les résultats d’un des huit quartiers n’étaient pas connus, alors que pour le reste du district tout était clair. Une situation curieuse que des partisans de la liste du groupement de partis Adema-Cnid-Rjp avaient, dès la fermeture des bureaux de vote, signalée. “Il y avait anguille sous roche”, a déclaré un  manifestant qui soutient mordicus que les résultats provisoires diffusés sont préfabriqués. Il fonde sa conviction sur le fait que, curieusement, ce sont les résultats du fief des candidats de sa liste qui n’étaient pas disponibles à l’étonnement générale.

 

 

“Même si l’on reprend le scrutin demain, nous allons les  battre à plate couture”, a déclaré notre interlocuteur qui se trouvait parmi les manifestants qui ont exprimé leur état d’âme à travers la marche pacifique spontanée. Il faut préciser que ladite marche était encadrée par le Commissariat du 11ème Arrondissement.

 

 

Il faut préciser que cette marche, qui pouvait dégénérer, a pu être contenue grâce à la responsabilité de Hadiaratou Sène, la candidate de l’Adéma. Elle s’est employée à fond pour calmer les ardeurs. On retient que c’est surtout à cause de cette dame que les femmes et les hommes, qui rejettent les résultats provisoires diffusés, ont battu le pavé contre ce qui se dessine.

 

Les regards sont tournés vers la Cour Constitutionnelle devant laquelle les partis disposent de 48 heures pour introduire leur requête quant à leurs prétentions, conformément à la loi électorale.

 

La requête, si elle est introduite par la liste de groupement de partis Adema, Cnid, Rjp qui attire l’attention sur le scandale électoral du dimanche dernier, nous édifiera davantage, car c’est aux 9 sages de se prononcer sur la validité des résultats provisoires qui leur ont été transmis. A suivre !

Laya DIARRA

SOURCE: Soir de Bamako
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *