Un autre député de la majorité interpelle le MDR : L’Assemblée nationale élève le ton à propos de l’engrais frelaté

Le ministre du Développement rural (MDR), Dr. Bocar Tréta, comparaîtra devant l’Assemblée nationale le 18 juin prochain à la demande de l’honorable Bakary Koné, député Adéma élu à Koutiala, dans affaire d’engrais frelaté fourgué à la CMDT pour la campagne agricole 2015-2016.

bocary treta ministre developpement rural rpm

L’Assemblée nationale se jette corps et âme dans le scandale de l’engrais frelaté. Après l’honorable Bafotigui Diallo, député élu en Commune VI sous les couleurs du Rassemblement pour le Mali (RPM, parti au pouvoir), qui a dévoilé cette affaire en interpellant le ministre du Développement rural le 19 mai par des questions écrites, un autre élu de la majorité présidentielle s’engouffre dans la brèche.

Le député Bakary Koné a saisi le bureau de l’A. N. pour interpeller le ministre Tréta sur des questions orales, a-t-on appris du président du Groupe parlementaire de l’Adéma/PASJ, l’honorable Issa Togo.

Selon lui, la demande du député de Koutiala a été acceptée par le bureau de l’institution et si tout va bien le ministre du Développement rural s’expliquera au peuple le 18 juin prochain sur l’affaire des engrais de mauvaise qualité.

 

Polémique

Toutes autorités agricoles du pays ont reconnu que des engrais hors normes ont été fournis par des opérateurs économiques à la Compagnie malienne du développement du textile (CMDT). Récemment, le PDG de la CMDT reconnaissait que « tous les engrais fournis au Mali sont hors normes ». De même, le ministre Tréta, sur la chaîne nationale, a affirmé que 40 % des engrais pour cette campagne n’était pas de bonne qualité.

Pour sa part, le président du GIE d’adjudication du marché de fourniture des engrais, Bakary Togola, président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (Apcam), a invité 20 fournisseurs indélicats à enlever et à remplacer leurs mauvais produits.

Le président de la République surtout a parlé de ce scandale. Lors du Conseil supérieur de l’agriculture, il y a deux semaines, il avait juré de faire sanctionner les sociétés « d’ordre criminel » qui ont importé ces intrants incriminés dans notre pays.

Une polémique s’invite sur la quantité de ces engrais jugés hors normes. Quand le député Bafotigui parle de 40 000 tonnes, Bakary Togola, à travers son GIE, évoque 3404 tonnes d’engrais de mauvaise qualité. Seule l’enquête ouverte par le gouvernement sur instruction du président IBK départagera les protagonistes.

Maliki Diallo

source : L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.