Un ancien fonctionnaire international écrit à IBK : « Démissionnez de votre Présidence… » !

Ancien fonctionnaire international, Mahamadou Maïga, Docteur d’Etat ès sciences économiques de l’Université de Paris-1-Panthéon Sorbonne, écrit une lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta. Dans sa correspondance, M. Maïga lance un appel pressant à IBK : «… de vous voir démissionner de la Présidence de la République dans les brefs délais, pour parer, non pas à un putsch que vous avez évoqué supra, mais à une révolte multiforme ou une révolution populaire aux conséquences sociales imprévisibles, du genre de la révolte qui a balayé le régime monopartite détesté de M. le Président Moussa Traoré ». Lisez plutôt !

 Excellence, je m’adresse à vous d’abord en tant que votre ancien camarade militant de notre commune Association des Etudiants et Stagiaires Maliens en France (AESMF), une branche de la Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France (FEANF), dans les années 1969-1972 à Paris en France, ensuite en tant que vous êtes le Président de la République du Mali depuis septembre 2013.

Du haut de mes soixante-seize (76) ans d’âge, je solliciterais votre indulgence de pouvoir vous contacter directement à la manière africaine sans passer par les règles protocolaires en usage. Après mûre réflexion depuis des semaines, je suis arrivé à cette décision ultime de vous adresser une lettre ouverte pour vous demander de bien vouloir démissionner de votre présidence pour sauver le peuple malien et lui donner une chance de se construire une nouvelle vie avec votre aide, en vue d’éviter un éclatement fatal du Mali et une souffrance inutile au peuple malien.

J’ai pris cette décision en toute indépendance individuelle, n’ayant jamais été membre d’aucun parti politique malien, ni d’aucune association de la « société civile », échappant à tout esprit partisan de majorité ou d’opposition. De plus, je n’ai jamais émargé au Budget du Mali en tant que fonctionnaire de l’Administration publique, n’ayant donc pas été partisan au sein de cette dernière.

La présente lettre ouverte fait suite à une première lettre ouverte que je vous ai adressée conjointement à sa Majesté le Roi du Maroc, en janvier 2015, sous le titre : « Votre intervention commune sera salutaire contre le naufrage du secteur agrumier malien en vue d’éviter le chômage de milliers d’opérateurs et d’employés », dans laquelle je soutenais, entre autres, en tant que producteur d’agrumes au Mali : si le gouvernement malien ne prend pas ses responsabilités d’appliquer les règlements commerciaux, sécuritaires et environnementaux de protection minimale des produits agricoles maliens en vigueur au sein de l’UEMOA et de la CEDEAO d’une part, et de réglementer l’importation massive anarchique d’agrumes marocains d’autre part, les producteurs et commerçants  maliens se verraient dans l’obligation de saisir qui de droit pour sauver le secteur agrumier malien à l’échelle sous-régionale et internationale. Autrement, ce secteur disparaîtrait à terme au détriment des milliers de maliens qui en vivent aujourd’hui. A la date d’aujourd’hui je n’ai reçu aucune réaction ou réponse de votre part à cette lettre, au moment où ce secteur agrumier continue à végéter.

Ma présente lettre ouverte fait également suite à celle que Madame Adame Ba Konaré, ancienne Première Dame de la Présidence du Mali, vous a adressée le 2 juillet 2017 dans laquelle elle vous a demandé d’annuler votre projet de révision de la Constitution malienne du 25 février 1992 contre lequel s’étaient opposés les partis politiques de l’opposition, la société civile et les syndicats, tous fédérés autour du mot d’ordre « Antè A Bana : touche pas à ma constitution ». Vous avez eu la sagesse de reporter sine die ce projet de révision constitutionnelle.

De la même façon, je souhaite vivement que vous accédiez à ma demande de votre démission de la Présidence de la République du Mali (PRM) pour les raisons fondamentales suivantes :

Depuis septembre 2013, votre présidence a été caractérisée par un manque réel de vision politique pour le Mali, exprimé par une trop grande instabilité gouvernementale à travers votre nomination successive de 6 premiers ministres en 5 ans et 9 mois (septembre 2013-mai 2019) ;

Votre manque manifeste de volonté politique de lutter contre la corruption et la délinquance financière qui gangrènent durablement le Mali ;

Votre incapacité de ramener la paix et la sécurité dans le nord et le centre du Mali et ;

Votre incapacité de résoudre les problèmes économiques et sociaux du peuple malien.

 Manque réel de vision politique pour le Mali

Excellence, je commence d’abord par vous rappeler que vous avez été mal élu à l’élection présidentielle de juillet-août 2018 pour votre 2ème mandat, ceci s’étant traduit par les résultats contestables et parfois fantaisistes publiés par le Ministère de l’Administration Territoriale (des électeurs de certains bureaux de vote auraient voté à 100% pour le même candidat ; le nombre de votants a dépassé celui des électeurs inscrits dans certains bureaux de vote, etc.). C’est pourquoi les 18 candidats présidentiels au 1er tour avaient contesté ces résultats provisoires pour motif de «bourrages » des urnes, notamment dans le nord du pays, exigé la liste complète des bureaux de vote et le nombre d’électeurs de ces bureaux et introduit des recours pour « irrégularités » auprès de la Cour Constitutionnelle (CC). Six candidats avaient même déposé une requête pour « récusation » de 6 membres de la CC pour leur « manque d’impartialité », car soupçonnés d’avoir reçu 900 millions de FCFA de pots de vin en votre faveur d’après plusieurs journaux maliens. Votre élection à 67,1% des voix au 2ème tour (avec un taux de participation de 34,54% seulement des voix, bien inférieur au taux de participation de 43% du 1er tour) a été contestée par l’opposition, débouchant sur une vraie crise postélectorale, que vous balayez curieusement comme inexistante lors de votre interview avec l’hebdomadaire Jeune Afrique (N° 3051 du 30 juin 2019) alors que cette crise a bien existé pendant des mois. La Cour Constitutionnelle ayant validé les résultats publiés par le Ministère de l’Administration Territoriale avec quelques petits amendements, vous avez été déclaré vainqueur de ces élections et Président de la République pour un 2ème mandat de 5 ans à partir de septembre 2018, mais avec un faible taux de participation des électeurs, donc une faible conviction de la majorité des maliens à votre égard.

Excellence, c’est votre manque réel de vision politique et votre pratique du pouvoir solitaire qui expliquent grandement que vous changez de Premier Ministre et de gouvernement pratiquement chaque année depuis septembre 2013, ceci exprimant votre incapacité de bien les diriger politiquement et de partager les décisions politiques avec ceux-ci parce que vous auriez une conception egocentrique du pouvoir alors que ce peuple a besoin de décisions sages et partagées durables qui améliorent ses conditions d’existence. Ces changements fréquents de gouvernement n’ont eu que des effets politiques, économiques et budgétaires négatifs pour l’efficacité et l’efficience de l’Administration publique d’une part, et pour le peuple qui en souffre énormément en dernier ressort d’autre part.

Vous semblez ainsi présider le pays comme un chef d’orchestre imperturbable qui dirige tout seul son orchestre alors que vous avez le destin de toute une nation de 19,529 millions d’habitants entre vos mains, qui a besoin de paix, de sécurité, de diversité, d’efficacité et de durabilité par une action idoine de partage entre tous les protagonistes maliens, qui fait défaut malheureusement.

Ainsi, vous ne convainquez pas la majorité des maliens quant à vos choix politiques et économiques à court terme qui semblent être faits sur la base de décisions unilatérales précipitées, sans une vraie concertation avec le gouvernement, notamment dans le choix de vos voyages officiels entre l’intérieur du Mali et l’extérieur.

En effet, l’opposition et la presse maliennes ont révélé en mars 2017 que depuis 2013 vous aviez effectué 107 voyages (dont 54 pour des sommets et conférences et 17 pour des visites bilatérales, dans 38 pays) en parcourant en 4 ans plus de 618.927 km équivalents dans les airs, soit plus de 20 fois le tour du monde, notamment en Afrique et en Europe et que ces voyages avaient très peu de “valeur ajoutée” pour le Mali. Ceci d’autant plus que des ministres et des diplomates chevronnés auraient pu entreprendre une partie de ces missions à moindres frais avec des retombées meilleures que les vôtres pour le pays. Ces voyages ont coûté énormément au budget public (chaque heure de vol de l’avion présidentiel coûtant environ 13 millions de francs CFA, et ces 107 voyages coûtant plus de 6 milliards de FCFA pour le carburant et l’entretien de l’avion présidentiel, et 9,5milliards de FCFA pour les frais hôteliers, en 36 mois. L’opposition et la presse ont également révélé que votre avion présidentiel aurait coûté 18 milliards de FCFA (de 19 à 21 milliards de FCFA selon d’autres sources ministérielles contradictoires) et que vous auriez acquis deux voitures de marque Range-Rover (version 2014) estimées chacune à plus de 80 millions de FCFA dans le contexte d’un pays pauvre comme le Mali !

Après que le Mali eut brûlé dans les attaques djihadistes des postes militaires de Boulkessi et de Mondoro, tuant 38 à 40 soldats maliens le 30 septembre 2019, vous sembliez regretter de n’avoir pas voyagé à Lyon pour participer à une simple conférence de collecte de fonds pour le Fonds mondial du SIDA, paludisme et tuberculose, quand vous déclariez : « j’étais sur le chemin de Genève où je devais discuter de la question du coton et plus tard à Lyon pour la question du Fonds mondial pour la santé.

J’ai annulé ces deux missions ». Vous ne convainquez ainsi pas les maliens de votre intention de donner plus d’importance au règlement de leurs problèmes graves et préoccupations essentielles qu’au traitement des « questions mondiales », qui ont peu de retombées positives sur les « questions nationales ». C’est pourquoi beaucoup de maliens et la presse vous décrivent ainsi : « Le Mali brûle et IBK regarde ailleurs ».

Par ailleurs, récemment dans un discours, vous avez évoqué un putsch au Mali : «…notre nation, aujourd’hui, plus que jamais, a besoin de solidarité, a besoin de se resserrer, n’a pas besoin d’élucubrations des nostalgiques du putsch. Aucun putsch ne prévaudra au Mali, qu’on se le dise. Et je crois que cela n’est pas du tout à l’ordre du jour et nous ne saurons nous inquiéter. Mais je tiens à dire combien cela est absolument ignominieux, indécent dans les temps où nous sommes ».

le Président, auriez-vous des appréhensions au sujet de certains militaires qui tenteraient de fomenter un putsch que vous voudriez contrecarrer, ou voudriez-vous régler des comptes avec ceux en qui vous n’auriez pas confiance ? Dans tous les cas, votre prise de parole officielle quant à la probabilité d’un putsch a semé la confusion dans le peuple malien qui ne sait plus à quel saint se vouer depuis lors, ayant à l’esprit la confusion politique et économique créée par le coup d’Etat militaire du Capitaine Amadou Haya Sanogo le 22 mars 2012. Au lieu d’apaiser ce peuple meurtri, notamment après Boulkessi et Mondoro, vous en rajoutez à ses souffrances ! Par calcul politique ou maladresse politique ?

Suite à la démission en avril 2019 de votre 5ème Premier ministre, M. Soumeylou Boubeye Maïga, du fait d’interférence, entre autres, de leaders religieux dans votre politique, vous avez formé en mai 2019 un gouvernement pléthorique de 38 ministres (le 6ème Premier ministre, M. Boubou Cissé inclus), qui « se marchent sur les pieds » et font double emploi, car leurs responsabilités ne pourraient jamais être clairement définies et partagées dans l’action et la pratique. Cette pléthore nuit ainsi au travail du Premier ministre qui ne pourrait efficacement conduire un tel étalage gouvernemental où il y’a nécessairement des conflits de partage des responsabilités et d’actions.

Excellence, comparez ce gouvernement pléthorique à celui volontairement restreint de 23 ministres (secrétaires d’Etat compris) que sa Majesté le Roi du Maroc a formé le 9 octobre 2019 alors que ce pays de 34 millions d’habitants (en 2014) avec un PIB nominal de 109,82 milliards de dollars us (en 2017) est immensément plus riche que le Mali des 19,52 millions d’habitants avec un PIB nominal réduit de seulement 15,10 milliards de dollars us. Excellence, pourriez m’expliquer ce paradoxe politique entre deux Etats qui ont la même volonté politique déclarée de développer leur peuple respectif ? Ma question est d’importance, car votre gouvernement pléthorique coûte inutilement cher au budget public avec une efficacité très douteuse à court et moyen terme ; il consacre donc relativement moins de dépenses budgétaires à des secteurs essentiels comme la santé et l’éducation par exemple, dont les personnels sont souvent en grève du fait de leur « misère » matérielle et morale vécue.

Par ailleurs, la prolongation du mandat des députés de l’Assemblée nationale pour six mois, que vous avez cautionnée, est anticonstitutionnelle, car la Constitution de 1992 stipule en son article 61 que ce mandat a une durée de 5 ans et qu’après ce délai, la population doit retourner aux urnes pour élire de nouveaux députés. En conséquence, je considère que les députés qui se sont auto-prolongés après la fin de leur mandat légal de 5 ans sont illégitimes et que tous les projets et propositions de lois qu’ils adoptent sont anticonstitutionnels. Or, vous collaborez illégalement avec cette Assemblée Nationale anticonstitutionnelle !

Excellence, reconnaissez que depuis l’instauration de la démocratie multipartite en 1992 au Mali, la classe politique et les partis politiques de toutes obédiences confondues ont échoué à développer politiquement et économiquement le pays alors que vous avez été ministre puis Premier ministre du Président M. Alpha Oumar Konaré (1992-2002) et Président de la République depuis 2013. Ainsi, un nouveau mouvement islamiste a l’ambition de se substituer aux partis politiques et de prendre le pouvoir. C‘est dans cette perspective qu’une association islamiste a été créée le 7 septembre 2019 par l’imam Mahmoud Dicko (ancien Président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) et ses disciples sous la dénomination: Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants (CMAS) de l’imam Mahmoud DICKO. Ce dernier décrit par la presse malienne comme un wahabiste rigoriste à la manière saoudienne se présente comme le garant de la morale, de l’unité nationale, des valeurs sociales (notamment musulmanes) avec en toile de fond la lutte contre la corruption et toutes les formes de délinquance financière. Cette coordination serait probablement transformée en parti politique islamique de fait dans les mois à venir dans la perspective de l’élection présidentielle de

Au Mali s’achemine-t-on vers l’instauration à terme d’un régime islamiste en substitution à la démocratie républicaine laïque actuelle ? Excellence, vous pourriez répondre à mon interrogation, car votre parti politique RPM, majoritaire à l’Assemblée nationale, fait partie des partis qui ont échoué dans leur tentative d’instaurer une vraie démocratie au Mali.

 Manque manifeste de volonté politique de lutter contre la corruption et la délinquance financière

S’agissant de la lutte contre la corruption et la délinquance financière qui gangrènent durablement le pays, Excellence, depuis votre investiture en septembre 2013, vous n’avez engagé aucune vraie action politique malgré votre possession, entre autres, des rapports annuels du Vérificateur Général (VG), qui sont très explicites sur les irrégularités et malversations financières opérées au Mali depuis lors. Le Tableau des suites judiciaires réservées aux dénonciations faites par le VG depuis 2013, officiellement approuvé et signé le 27 juin 2019 par Maître Malick Coulibaly, Ministre de la justice et des droits de l’homme, Garde des sceaux, donne la situation suivante des dossiers en litige :

Années des

rapports

du VG

Nombre de

dénonciations

Montants

incriminés

Montants

recouvrés

en cours de

procédure

Nombre de

dossiers

classés

sans suite

Dossiers encours

d’enquête

préliminaire

ou en

information

Nombre de

dossiers

jugés

2011-2018         61 60,589milliards de

FCFA

6,883milliards de

FCFA

      10          50         1

 

Excellence, ne trouvez-vous pas indécent que depuis 2013 seuls 6,883 milliards de FCFA ont été recouvrés (de surcroît en cours de procédure) sur un montant total incriminé de 60,589 milliards de FCFA, soit seulement 11,36% de ce total, et qu’un seul dossier a été jugé sur un total de 61 dénonciations dans cette longue période ? Vous pourriez rétorquer que la justice malienne est indépendante et suit son cours indépendamment du pouvoir exécutif et que les magistrats ne sont soumis dans l’exercice de leur fonction qu’à l’autorité de la loi (Article 82 de la Constitution). Mais, cet article 82 stipule également que le Président de la République est garant de l’indépendance du pouvoir judicaire. En outre, dans l’article 45 de cette constitution, il est stipulé que le Président de la République est le président du Conseil supérieur de la magistrature, qu’il exerce le droit de grâce et propose les lois d’amnistie.

Excellence, vous avez donc une obligation morale de faire fonctionner correctement la justice au Mali malgré son indépendance, notamment dans les cas de malversations financières enquêtées et avérées par le Vérificateur Général ou d’autres organismes publics de contrôle des fonds publics. Malheureusement, vous ne semblez pas exercer cette obligation morale depuis 2013, donnant l’impression au peuple malien que vous protégez des personnes ou des sociétés « irrégulières » incriminées.

En effet, la presse, des activistes et certaines organisations de la société civile malienne ont dénoncé les opérations financières opaques qui ont accompagné les achats d’aéronefs au profit des FAMA, qui avaient été prévus dans le cadre de la Loi de programmation militaire. C’est à travers un marché de gré à gré de 108 milliards de FCFA (justifié, semble-t-il, par le secret-défense militaire) que des équipements militaires, 6 avions Super Tucano (dont 4 seuls livrés à ce jour, mais sans équipement de visée) et 2 hélicoptères PUMA (« encore cloués au sol faute de maintenance appropriée » d’après vos propos tenus lors de votre interview avec Jeune Afrique N° 3031, page 28 ; pour lesquels « le Mali a été floué» d’après les propos de votre fils, M. Karim Keita, Président de la Commission défense de l’Assemblée nationale du Mali), ont été acquis.

Le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) sous la présidence de M. Soumaïla Cissé a, le 26 août 2019, saisi et demandé à « l’Assemblée nationale … de mener toutes les investigations utiles et de renvoyer en conséquence devant les juridictions compétentes toute personne impliquée, fût-il Président de la République, Chef suprême des armées, Premier ministre, Ministre, et leurs éventuels complices civils et militaires en raison des faits cités qui sont constitutifs de crimes et délits commis dans l’exercice de leurs fonctions ; de haute trahison; détournement et complicité de détournement de fonds publics par l’engagement irrégulier des finances publiques ; utilisation frauduleuse de deniers publics ; favoritisme ; faux et usage de faux ; trafic d’influence ; enrichissement illicite ; trahison et fraudes fiscales portant sur le non-paiement des droits d’enregistrement et des redevances de régulation, en l’absence de toute autorisation légale d’exemption. Le 5 octobre, l’Assemblée Nationale  a décidé de mettre en place une commission spéciale qui sera chargée de statuer sur cette saisine du FSD dans les délais légaux impartis. Excellence, j’espère que votre parti RPM qui est majoritaire à l’Assemblée nationale ne « sabotera » pas la recherche de la vérité sur ces fonds frauduleusement acquis ou détournés par des personnes soupçonnées, et que les soldats maliens morts par manque de couverture aérienne par ces engins endommagés, incomplets ou non livrés ne le seront pas pour rien auprès de leurs proches et de la nation malienne toute entière.

Excellence, vous n’ignorez pas non plus que la presse malienne et des activistes soupçonnent certains de vos collaborateurs et ministres en fonction de n’avoir pu justifier l’acquisition ou l’utilisation de certains fonds dans leur fonction ou antérieurement à celle-ci, et que ces ministres continueraient à échapper à la justice si vous ne facilitez pas la levée de leur « immunité ». En exemple, le Syndicat Autonome de l’Office du Niger (SAO) aurait déposé une plainte contre l’actuel ministre de l’intégration africaine, Maître Baber Gano, pour le détournement présumé de deniers publics de près de 400 millions de FCFA, déposée auprès du Procureur de la république près le Tribunal de la Commune III de Bamako, en charge du Pôle Economique et Financier (cf. le quotidien L’Indépendant N° 4815 du 2 octobre 2019, page 4). Le Cabinet-Gano aurait réagi en qualifiant cette plainte « de manipulation d’information pour des raisons de règlement de compte non avouées » (o.p.c, page 4).

Excellence, en levant l’immunité de ces personnes incriminées et en démissionnant de votre présidence, vous faciliterez sans aucun doute le travail d’investigation, de poursuite et de règlement judiciaire à leur égard.

 Incapacité de ramener la paix et la sécurité dans le nord et le centre du Mali

Excellence, depuis votre investiture pour un premier mandat de 5 ans, le 4 septembre 2013, vous avez rencontré de sérieuses difficultés pour résoudre la crise politique et sécuritaire du Mali dont les racines préexistaient. Depuis la visite de votre 2ème Premier Ministre, M. Moussa Mara, à Kidal le 17 mai 2014, et les affrontements des FAMA avec le MNLA et les rebelles djihadistes les 17 et 21 mai dans cette ville, cette dernière a été perdue pour l’Etat malien ainsi que la quasi-totalité du nord du pays.

Pressé par les partenaires extérieurs du Mali, vous vous êtes senti obligé de participer aux Pourparlers inclusifs inter-maliens de paix avec les groupes armés, démarrés à Alger sous la médiation de l’Algérie, de l’UA et de la CEDEAO et la facilitation de l’UE, la France, le Niger et le Nigeria, entre juillet et novembre 2014, en position de faiblesse politique notoire à l’égard de ces groupes rebelles et djihadistes (MAA, HCUA, CPA, CM-FPR, MAA (loyaliste) et du MNLA (restée indépendantiste en réalité). Cet Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger a finalement été signé entre vous et ces protagonistes en mai-juin 2015 à Alger.

Par ailleurs, dans le cadre des relations militaires entre le Mali et la France, cette dernière a mis fin le 13 juillet 2014 à l’opération française Serval, qui a été remplacée par l’opération française “Barkhane”, plus large de lutte contre le terrorisme au Sahel, qui a mobilisé des milliers de militaires français dans le cadre du nouvel Accord de coopération de défense signé le 14 juillet 2014 entre les deux Etats. Cet accord instaure de fait la tutelle honteuse des militaires français sur l’armée malienne qui est encadrée par des détachements militaires français. En outre, la France a pu obtenir du Mali et des Nations Unies que Barkhane agisse indépendamment de la MINUSMA sur le territoire malien si bien que le peuple malien qui est censé être protégé par ces forces étrangères ne sait pas ce que Barkhane fait exactement dans le nord où l’insécurité et le terrorisme armé n’ont pas été réduits.

Excellence,

vous vous imaginez sans doute que l’Accord d’Alger est difficilement applicable d’autant plus qu’il n’a fait l’objet d’aucun contrôle juridique démocratique (de la part de la Cour constitutionnelle par exemple) et que la loi du 30 mars 2016 organisant les Autorités intérimaires de cet accord n’était pas conforme aux dispositions de la Constitution du 25 février 1992, leurs membres étant nommés sans existence légale et non pas élus, le pouvoir local et régional étant désormais dévolu aux groupes armés avant leur cantonnement et désarmement, avec la complicité des Nations-Unies et des Etats occidentaux. Cet accord n’a de surcroît fait l’objet d’aucune consultation du peuple malien !

Excellence, il y’a ainsi lieu de soutenir tous les mouvements et manifestations politiques des dernières semaines contre l’Accord d’Alger, qui in fine vise à la partition du pays, notamment quand il accorde des quotas dans la fonction publique aux ressortissants du nord et dans le recrutement au sein des Forces armées et de sécurité au nord, ceci se traduisant par une « ethnisation » et une régionalisation de l’armée nationale, qui sont contraires aux dispositions de la Constitution de 1992. Comment les maliens peuvent-ils accepter que l’Etat central octroie 40% de ses revenus aux régions du nord qui peuvent directement signer des conventions avec les partenaires extérieurs pour l’exploitation des ressources nationales selon les dispositions de cet Accord ? Je me réjouis que dans votre discours à la nation le 22 septembre 2019, jour du 59ème anniversaire de l’indépendance, vous avez ouvert, pour la première fois, la possibilité de revoir cet Accord d’Alger tout en en gardant l’esprit.

Excellence, aujourd’hui nous vivons un vrai dilemme politique, idéologique et religieux au Mali : i) les forces militaires étrangères (Barkhane et MINUSMA) n’ont pas la volonté de coordonner leurs interventions sur le terrain; ii) les Forces militaires du G5 Sahel n’ont pas reçu mandat de coordonner ces forces étrangères, tout en dépendant chaque année des pays et fonds étrangers pour boucler leur financement; iii) les populations sahéliennes se sentent outrageusement occupées par ces différentes forces armées étrangères; iv) l’insécurité et le terrorisme armé ne pourront pas être éliminés par ces différentes forces non coordonnées par l’Etat malien, notamment face aux diverses stratégies non conventionnelles d’adaptation, de mobilité et de recomposition incessantes appliquées par les groupes rebelles et les mouvements djihadistes sur le terrain, où l’Etat est généralement absent et ou perçu comme illégitime ; v) les djihadistes ont accru leurs attaques terroristes dans le nord, notamment sous l’instigation depuis 2017 du nouveau Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans

(GSIM, dirigé par Iyad Ag Ghaly qui n’a pas été associé à l’Accord d’Alger) et d’autres djihadistes ont  lancé une nouvelle rébellion dans le centre du Mali (Région de Mopti) en désorganisant l’armée parleurs attaques, l’administration publique, le système judiciaire et le secteur scolaire sous la direction, semble-t-il, du prédicateur peul Amadou Koufa, qui serait membre du GSIM et voudrait instaurer un Etat théocratique salafiste dans la Région de Mopti ; vi) la stratégie de ce mouvement djihadiste au centre du Mali est de diviser et d’opposer militairement les groupes ethniques (notamment dogonons et peuls) et de se substituer à l’Etat pour régler les problèmes socio-économiques et judiciaires des populations locales en vue d’instaurer cet Etat théocratique; vii) du fait de la déstabilisation politique au nord et au centre du Mali et de l’insécurité subséquente instaurées par les groupes rebelles et les mouvements djihadistes armés, depuis 2012 des dizaines de milliers de personnes ont fui ces zones

(120.000 selon les organisations humanitaires) en direction d’autres régions du pays et à l’étranger, entraînant la chute de l’économie agricole et rurale locale et multipliant les problèmes socio-économiques des parents et de ceux qui les reçoivent dans ces autres régions et à l’étranger et ; viii) la presse malienne dénombre plus de 6.000 morts civils et militaires de 2013 à 2018.

Dans votre volonté d’instaurer la sécurité et de ramener la paix au Mali, , vous avez organisé, en mars 2017, une Conférence d’entente nationale (CEN) à Bamako dans le cadre de l’application de cet Accord d’Alger, qui a regroupé les membres du gouvernement, les représentations des partis politiques de la majorité, ceux de la société civile et ceux de la « Plateforme » (groupe rebelle allié à l’Etat), mais qui a été boycotté par les partis de l’opposition, les syndicats et la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) qui a participé in fine sous la pression de la MINUSMA). Préparée par M. Baba Hakhib Haïdara, Médiateur de la République, cette CEN a édicté des recommandations en vue de l’élaboration future d’une « Charte d’entente nationale » à travers la constitution prochaine d’un comité d’experts et de sages qui réfléchira sur la question de l’Azawad politique et celle de l’insécurité dans le centre du pays (Région de Mopti). Excellence, dans la pratique cette CEN n’a pas débouché sur des résultats tangibles pour les raisons avancées ci-dessus.

En août 2019, vous avez lancé l’organisation d’un Dialogue politique inclusif (DPI) dont les travaux préparatoires sont actuellement en cours au niveau communal, et bientôt au niveau des Cercles et des Régions sous la facilitation de M. Baba Akhib Haïdara, ancien ministre et actuel Médiateur de la République du Mali, M. Ousmane Issoufi Maïga, ancien Premier ministre et Mme Aminata Dramane Traoré, ancienne ministre. Malheureusement, les grands partis de l’opposition (excepté le PAREMA qui a rejoint votre majorité) et une partie de la société civile ont décidé de ne pas participer à ce DPI, estimant que leurs points de vue n’ont pas été pris en compte dans les termes de référence du dialogue. Ceux-ci estiment qu’à travers le DPI, votre agenda caché est d’aboutir in fine à l’application de l’Accord d’Alger, ainsi qu’à la révision de la Constitution de 1992 que vous n’aviez pu réaliser en juillet 2017.

Excellence, votre DPI a ainsi de fortes chances d’aboutir à un échec sans la participation de l’opposition et d’une partie de la société civile dans une situation où la sécurité n’est pas acquise au nord et où la rébellion s’intensifie au centre du pays avec une extension sur le Burkina Faso voisin.

Excellence, du côté du Niger, le Président Mahamadou Issoufou a clairement déclaré dans son interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique (N° 3057/3058 du 11-24 août 2019, page 42) que : «…il est sûr que le statut de Kidal, au Mali, nous pose problème. Kidal est un sanctuaire pour les terroristes, et ceux qui nous attaquent s’y replient souvent. Kidal est une menace pour le Niger et il faut impérativement que l’Etat malien y reprenne ses droits ». Cette menace sécuritaire a amené le Président du Niger, actuel Président en exercice de la CEDEAO, à réunir un Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEDEAO, étendu aux Présidents de la Mauritanie et du Tchad, sur le thème du terrorisme, à Ouagadougou le 14 septembre 2019, qui a affirmé la pleine souveraineté du Mali sur l’ensemble de son territoire et adopté un budget d’un milliard de dollars us pour lutter contre le terrorisme sur la base d’un Plan d’action régional de 5 ans (2020-2024). Excellence, présent à ce Sommet, vous avez adhéré à ce plan d’action qui est certainement destiné à éradiquer le terrorisme dans toute la bande saharienne et sahélienne africaine (dont la zone de Kidal) de façon régionale.

Excellence, en attendant que ce plan d’action démarre en 2020, la population malienne n’a cessé d’exprimer son mécontentement à l’égard des forces militaires étrangères, dont la MINUSMA devant la base de laquelle les populations (notamment les épouses de militaires qui refusent le déploiement de leurs maris sur le front) ont manifesté à Sévaré le 12 octobre 2019 pour dénoncer la présence de ces forces étrangères au Mali et leur inertie face à la situation sécuritaire dans le centre du pays (le communiqué circulé ce jour par M. Yaya Sangaré, Porte-parole du gouvernement, a signalé que les manifestants ont pu accéder au camp de la MINUSMA où ils ont saccagé des dépôts et vandalisé unecinquantaine de conteneurs remplis de matériels, dont 9 conteneurs et 2 véhicules ont été incendiés).

 Incapacité de résoudre les problèmes économiques et sociaux du peuple malien

Excellence, comme vous le savez, la croissance de l’économie malienne qui a été de 5,3% en 2017 et de 5% en 2018, avec un risque de plafonnement à 5% en 2019, n’a pas amélioré l’indice du développement humain (IDH) pour les populations face à la croissance démographique de 3,9% par an d’une part, et du fait des effets négatifs de la corruption et de la délinquance financière mentionnée supra d’autre part. Cette croissance économique est très fragile, basée essentiellement sur l’exportation de l’or et du coton égrainé dont les prix mondiaux sont imprévisibles et non maîtrisables sur le plan national. Le déficit des entreprises publiques comme l’EDM (qui est déficitaire du fait de mauvaise gestion, de corruption et de la vente du kilowatt en dessous de son coût réel) n’améliore pas la situation. Les bonnes mesures de facilitation du développement de l’entreprenariat privé sont handicapées par la grande corruption de la part d’agents publics qui sont chargés des relations avec cet entreprenariat, corruption que M. Mamadou Sinsy Coulibaly, Président du Patronat malien n’a cessé de dénoncer et de tenter d’éradiquer en donnant à l’Etat une liste de nombreuses personnes  responsables de cette corruption à sanctionner et ou licencier, tout en demandant une digitalisation de l’administration publique pour réduire la corruption.

 Excellence, vous n’ignorez pas non plus que les caisses du Mali sont vides sur le plan budgétaire public et que les régions du nord et du centre produisent de moins en moins de richesses du fait de l’insécurité et du terrorisme qui ont fait fuir à Bamako et vers le sud du pays les agents des impôts et des douanes qui ne produisent plus de recettes. Les caisses étant vides, les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’administration publique soit végètent, soit sont asphyxiés, rendant tout développement humain très difficile. Ceci est particulièrement le cas pour les écoles privées qui reçoivent difficilement la subvention budgétaire que l’Etat doit leur octroyer conformément à la loi.

Excellence, la situation des enfants maliens en particulier est dramatique comme cela a été souligné par l’UNICEF en août 2019 : plus de 150 enfants ont été tués lors d’attaques terroristes et plus de 75 enfants ont été blessés dans le premier semestre de 2019 et, quelque 377.000 enfants mineurs ont besoin de protection au Mali. Le recrutement et l’utilisation d’enfants par les groupes armés ont doublé par rapport à la même période en 2018, et plus de 900 écoles sont restées fermées du fait de l’insécurité selon l‘UNICEF, qui ajoute qu’au fur et à mesure que la violence s’intensifie au Mali, les enfants courent un risque croissant d’être tués, blessés ou recrutés comme enfants soldats par les groupes armés.

 Appel à votre démission de la Présidence de la République

Excellence, compte tenu de votre incapacité politique notoire révélée aux quatre niveaux analysés ci-dessus, je réitère mon appel de vous voir démissionner de la Présidence de la République dans les brefs délais, pour parer, non pas à un putsch que vous avez évoqué supra, mais à une révolte multiforme ou une révolution populaire aux conséquences sociales imprévisibles, du genre de la révolte qui a balayé le régime monopartite détesté de M. le Président Moussa Traoré.

En effet, Excellence, la gronde sociale s’amplifie dans toutes les régions du Mali, que ce soient du fait du manque de paix, de l’insécurité, de routes nationales et régionales inutilisables bloquant les échanges économiques et la mobilité humaine, du refus des épouses des soldats de voir leurs maris envoyés au front sans espoir de retour, des nombreuses personnes et enfants tués par les rebelles notamment dans le centre du pays, des dizaines de milliers de déplacés et de réfugiés suite aux affrontements militaires dans le nord et le centre du pays, du risque gigantesque de famine pour les nombreuses populations ne pouvant pas s’adonner aux activités agricoles, rurales et artisanales, de la fermeture de centaines d’écoles, de centres de santé et d’administrations publiques et privées hypothéquant l’avenir des enfants et la vie des populations, des grèves passées et prévisibles des divers personnels de la santé, de l’éducation et de l’administration publique , etc, etc, etc !!!

Excellence, rassurez-vous : votre démission ne sera pas une catastrophe pour le Mali dont les dignes filles et fils s’organiseront en conséquence pour mettre en place un pouvoir politique provisoire conformément à la Constitution de février 1992, qui lanceront de nouvelles élections présidentielle et législatives, en vue de mettre fin à l’illégalité actuelle de l’Assemblée Nationale et d’entamer au plus vite les réformes politiques, économiques et sociales indispensables pour construire une nouvelle vie malienne, exempte de corruption et éprise de paix, d’entente et de solidarité.

Excellence, vous êtes bien l’un des descendants des Mansaré Kéïta, fondateurs de l’Empire du Mali en 1230, dont l’un des héritiers au pouvoir, Bata Mandé Mori (celui qui est parti sur l’eau en mandinka), appelé Aboubacari II par les historiens arabes, a volontairement quitté le pouvoir impérial pour partir, en 1312 à partir de l’actuelle Gambie, dans une expédition dans de nombreux bateaux dans l’objectif de traverser l’océan atlantique et de découvrir les terres qui se trouveraient de l’autre côté de cet océan, acte que certains traditionnalistes et griots mandingues n’ont pas accepté et refusent encore aujourd’hui de chanter les louanges de cet empereur qui serait indigne de renoncer à ses obligations royales et d’abandonner son pays dans une situation vulnérable à l’époque pour aller à l’aventure. Cependant, cet abandon du pouvoir est un acte noble et justifié pour les raisons suivantes données sous forme d’interrogations par le dramaturge feu Gaoussou Diawara : i) pure curiosité intellectuelle sous la pression de la surpopulation supposée de l’époque pour découvrir de nouvelles terres ; ii) esprit d’aventure et de conquête du peuple mandingue pour explorer de nouvelles routes commerciales et développer les échanges commerciaux avec d’autres peuples ; iii) arrivée de l’islam dans l’empire dont il voudrait s’échapper et ; iv) désir humain de vouloir s’évader de la réalité royale du moment (cf.Gaoussou Diawara, Abubakari II, Explorateur mandingue, Editions La Sahélienne, mars 2010).

Excellence, en démissionnant de votre Présidence de la république, vous serez une digne réplique de Bata Mandé Mori qui n’a pas démérité en abandonnant volontairement le pouvoir impérial comme vous ne démériterez pas à votre tour en abandonnant le pouvoir républicain à quelques 707 ans d’intervalle, tout en vous évadant de la réalité républicaine du moment présent ! Que la sagesse l’emporte chez vous, car après le pouvoir, il y’a la vie !

Bamako, le 15 octobre 2019

Par Mahamadou Maïga, Docteur d’Etat ès sciences économiques de l’Université de Paris-1-Panthéon Sorbonne (14 avril 1976), économiste chercheur à l’IDEP à Dakar (1972-1976), économiste à l’OMVS à Dakar (oct. 1976-oct. 1977), professeur d’économie à l’IPD à Douala (1978-1979), Chef de l’Unité de planification du CILSS à Ouagadougou (1979-1982), fonctionnaire international de la FAO pendant 22 ans (déc.1982-mars 2005). Consultant auprès de la BAD, du DRN/UE, du PNUD et du FIDA.

madouga2003@yahoo.fr

Source: L’Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *