Troisième round des Pourparlers d’Alger : L’étau se resserre autour du gouvernement

Le troisième round des pourparlers s’est ouvert hier, 20 novembre 2014, dans la capitale algérienne. Ainsi les différentes parties prenantes doivent plancher sur le document de synthèse de la médiation en vue d’aboutir à un préaccord.  Un document de synthèse qui est fortement décrié par une importante frange de la société civile et des partis politiques maliens qui y décèlent les prémices d’une confédération qui ne dit pas son nom. 

famille nouveau gouvernement moussa mara conseil ministres

A l’image du parti de l’ex premier ministre Soumana Sako, la CNAS Faso Hèrè, ils sont nombreux les partis politiques, Fare anka Wili, l’URD…, à dire Non au document de synthèse de la médiation internationale. Selon Soumana Sako le document de synthèse de la médiation internationale propose en réalité un système confédéral (donc pire que le fédéralisme). En outre, l’ex premier ministre, connu pour son franc-parler,  dénonce « l’amateurisme de la délégation du Gouvernement qui, par naïveté et par souci mal inspiré de paraître aux yeux des médiateurs comme étant prête à conclure, a soumis ses commentaires immédiatement et sur place sans prendre le soin de consulter le Peuple malien ». Pour Tiebilé Dramé, président du Parena, c’est le reflet des rapports de force, après la visite aux conséquences désastreuses de Moussa Mara à Kidal en mai dernier. Au sillage des partis politiques, des associations de la société rejettent aussi le document. C’est le cas de plus d’une quarantaine de d’associations et d’organisations de la société civile, regroupées au sein du collectif dénommée Mali te Tila. Le collectif, lors d’une rencontre au Carrefour des jeunes le samedi 15 novembre 2014, souligne que le document est fondé sur une tentative de réécriture de l’histoire du Mali car il reconnaît aux régions le droit d’adopter la dénomination officielle de leur choix, ce qui sous-entend leur possibilité de choisir leur drapeau, leur hymne national et leur devise.

Pour nombre de patriotes, cette prise de position a le mérite d’être en phase avec le sentiment général qui anime le peuple malien, à savoir celui du refus de toute initiative visant la « partition  » du Mali, sous quelque forme que ce soit. On croit savoir qu’à ce stade, toute équivoque est levée au sujet de la mission attendue du ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaines et de la Coopération Internationale, chef de la délégation gouvernementale aux négociations d’Alger. Il ne s’agit plus, s’il faut s’en tenir à la dynamique qui s’est dégagée au Mali, de polémiquer autour de la conclusion d’un dialogue de sourds qui a causé beaucoup de torts au Mali et aux maliens.

Un devoir de résistance incombe, donc, au gouvernement malien, qui est appelé à conclure un accord pour le retour d’une paix durable au Nord du pays. Une quelconque attitude de faiblesse de la part des défenseurs des intérêts du peuple malien dans la capitale algérienne serait interprétée comme une trahison. Car, jusque-là, le commun des Maliens n’arrive pas à comprendre le soutien, par la communauté internationale, d’une démarche qui s’apparente à la légitimation de « l’éclatement du Mali »  sévèrement condamnée par les différentes résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Madiassa Kaba Diakité

 

 

SOURCE: Le Républicain  du   21 nov 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.