TRANSITION Le Président Bah N’Daw promet « une gouvernance saine et une gestion rigoureuse des ressources du pays »

En recevant le gouvernement de la transition pour la première fois, le vendredi dernier,  à Koulouba, le Président de la République par intérim, Bah N’Daw, a  fixé les grandes orientations pour les 18 mois à venir. 

 

Au Premier ministre Moctar Ouane,  il a indiqué que son  choix s’explique par le fait qu’il a une  riche carrière qui l’aura permis d’acquérir une solide connaissance de l’administration publique et des arcanes de la diplomatie. Ainsi, en instruisant au gouvernement à se mettre immédiatement à la tâche, Bah N’Daw a invité Moctar Ouane d’ »évaluer de manière régulière, méthodique et rigoureuse les actions gouvernementales et de ne  tolérer aucune « insuffisance de résultats, le manque de solidarité gouvernementale, l’inobservance des règles de la comptabilité publique ».

Le Chef de l’Etat de la Transition a rappelé, lors de cette prise de contact, les contenus de la  Charte Nationale et la feuille de route de la Transition qui, selon lui, engagent le Mali à renouer avec la pleine légalité constitutionnelle, avec un président de la République élu dans les délais prescrits, et si possible avant.  De quoi l’amener à dire qu’il incombe à l’exécutif  de faire la promotion d’une saine gouvernance des ressources financières. « Le Mali doit enfin jeter les bases d’une refondation nationale devenue nécessaire sur bien des plans afin de mieux asseoir le vivre ensemble, mettre sa jeunesse au travail, revaloriser son école et sa santé », a-t-il demandé.

Pour Bah N’Daw, « chaque  pas que le gouvernement pose  rapproche le Mali des échéances d’électorales qu’il veut transparentes, respectueuses des textes et instruments qui régissent les élections ». « La fâcheuse tradition des crises post électorales doit désormais être un vieux souvenir pour ce grand pays qui est capable de relever chacun de ses défis », a-t-il souhaité.

En outre,  le Président de la Transition a exhorté le gouvernement  à accorder une attention à la sécurisation et la stabilisation du territoire national en renforçant  les moyens de nos forces de défense et de sécurité. « Les faiblesses au niveau de la stratégie doivent être corrigées et les failles humaines combattues », a  noté le colonel-Major Bah N’Daw, qui engage également le gouvernement à la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation et les conclusions du Dialogue National Inclusif.

« Utilisation rigoureuse du denier public »

Le Président de la Transition a réitéré le message lors de son investiture en matière de gestion transparentes de ressources publiques. C’est ainsi qu’il a mis l’accent sur la probité  des membres du gouvernement qui, selon lui, n’est pas négociable. « Notre honneur est dans notre intégrité. L’avenir de la jeunesse malienne est dans notre intégrité. Le destin du pays est dans notre intégrité. Il n’y a aucune possibilité pour moi de transiger sur cet impératif », a-t-il déclaré.  Avant  de renchérir qu’aucun membre de l’exécutif ne sera au-dessus de la loi.

Le Président de la Transition, Bah N’Daw, est apparu lors de ce premier Conseil des ministres plus intransigeant par rapport à la gestion rigoureuse des deniers publics. « Chaque centime de ce peuple doit être judicieusement utilisé et je veillerai à ce qu’il le soit. Utiliser rigoureusement les deniers publics, c’est aussi réajuster le train de vie de l’Etat », a-t-il insisté. Il a évoqué également l’épineuse question de corruption. « Le combat contre le fléau de la corruption ne fera aucune concession. Elle doit se faire d’abord par notre propre irréprochabilité en tant que dirigeants », déclarera-t-il. Pour ce faire, le Président N’Daw promet « des réformes systémiques ».

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.