Transition : Choguel Maïga devant le CNT sans présenter son Plan au M5-RFP

Lors du Conseil des Ministres, le jeudi 22 juillet 2021, sous la présidence du Colonel Assimi GOITA, le projet de Plan d’Action du Gouvernement de Transition 2021-2022 a été présenté et adopté. Ce plan sera défendu par le Premier ministre, Choguel Kokalla Maiga, aujourd’hui, devant les membres du Conseil national de la transition (CNT), sans en référer à ses (anciens) alliés du M5-RFP. Il y aurait-il une transition dans l’air ?

La Charte de la Transition, en son article 15, instruit au Premier ministre et à son Gouvernement l’élaboration d’un plan d’actions en cohérence avec les priorités définies dans la Feuille de Route. C’est dans ce cadre que fut élaboré le premier Plan d’Action du Gouvernement 2020-2022. Cependant, après plus de 08 mois de mise en œuvre de ce plan, des évènements socio-politiques ont entrainé un changement dans la gouvernance de la Transition le 24 mai 2021.

A cet effet, le Président de la Transition, lors du Conseil des Ministres du 16 juin 2021, a annoncé les nouvelles missions de la Transition, recentrées autour de l’amélioration de la sécurité sur l’ensemble du territoire, les réformes politiques et institutionnelles, la bonne gouvernance, la transparence et la réduction du train de vie de l’Etat, la mise en œuvre intelligente et efficiente de l’Accord pour la Paix issu du processus d’Alger et l’organisation d’élections crédibles et transparentes aux échéances prévues.

Ainsi, dans le souci de concrétiser les orientations données par le Président de la Transition et le peuple malien, le Premier ministre s’est engagé à inscrire dans l’action gouvernementale, l’élaboration d’un plan d’action couvrant les 09 mois restants de la Transition. Après 6 longues semaines, Choguel Maïga se présentera ce vendredi 30 juillet 2021, devant les membres d’un Conseil National de Transition (CNT) d’illégitime et d’illégal.

Le Plan Choguel est conçu autour des 04 axes suivants : Renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; Réformes politiques et institutionnelles ; Organisation des élections générales ; Promotion de la bonne gouvernance et adoption d’un pacte de stabilité sociale.

Bien que le Plan d’actions, qu’il s’apprête à défendre, soit la synthèse des contributions des 25 départements ministériels, recentrées sur les priorités de la Transition, il reste curieux que le Premier ministre n’ait pas pris le soin de consulter ses camarades du M5-RFP avec qui il avait élaboré dix-sept (17) mesures à l’attention de Bah N’Daw et Moctar Ouane à l’époque.

Il est dès lors compréhensible la sortie de Madame SY Kadiatou Sow, vice-Présidente du M5-RFP, normalement pressentie à la Présidence de ce regroupement mais jamais confirmée. Choguel Maïga ne veut pas céder la place au M5-RFP et entend conduire ce regroupement depuis la Primature. Forte de cette conclusion, Mme Sy Kadiatou Sow a jeté l’éponge en se retirant du M5-RFP. N’est-ce pas là, le premier échec de la gouvernance de rupture de Choguel Maïga ?

R.AEC

Source: Bamakonews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.