Tournée du ministre de la Défense et des Anciens combattants : LE MESSAGE ET L’ÉCOUTE

Le ministre est allé constater la situation des troupes dans les zones sensibles. Il a aussi pris bonne note des requêtes et expliqué les efforts des autorités

Tiéman Hubert Coulibaly Domaines Etats Affaires Foncières Patrimoine parti Union Développement Democratie udd
Gao, Sevaré, Douentza et Ségou. La visite s’est exécutée au pas de charge, mais sans que jamais ne soient sacrifiées la volonté de s’informer et la nécessité d’expliquer. Le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, s’est rendu du 19 au 23 mars derniers dans les postes de commandement des 1ère, 2è et 6è régions militaires de notre pays pour prendre contact avec le personnel de ces différents postes et avec les hommes engagés sur la première ligne de front.
En compagnie du Chef d’état-major général des armées, le général Mahamane Touré, des membres de son cabinet et d’officiers supérieurs, le ministre, qui avait choisi de revêtir pour la circonstance une tenue militaire, a d’abord passé en revue le piquet d’honneur avant de rencontrer les soldats au camp Chékou Amadou Tall de Ségou, au PC Maliba à Gao et au camp Balobo Bocary à Mopti. A tous les éléments de nos forces armées et de sécurité, Tiéman Hubert Coulibaly a apporté le message du président de la République, chef suprême des armées.
« Le chef de l’Etat m’a chargé de me rendre auprès de vous qui êtes sur la première ligne de front et partout où se trouvent nos soldats sur le territoire national », a lancé le patron du département de la Défense aux troupes dans les différents camps. Le but de cette tournée était de s’imprégner de la condition des soldats engagés sur le terrain, de vérifier les dispositifs mis en place et d’apporter aux forces armées le message de soutien, de solidarité et d’encouragement du chef suprême des Armées.
Le ministre de la Défense et des Anciens combattants a insisté auprès de ses interlocuteurs sur la détermination et l’engagement du président de la République à tenir ses promesses de campagne : réformer l’armée en profondeur, l’équiper, construire des infrastructures, améliorer les conditions de vie du soldat et offrir des perspectives de carrière à ce dernier. L’une des récentes manifestations de cette volonté inébranlable des plus hautes autorités est l’adoption par l’Assemblée nationale de la Loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM). Cette loi autorise le gouvernement à prendre les décisions qui s’imposent pour renforcer les capacités opérationnelles, techniques, tactiques de notre outil de défense.
LE DERNIER REMPART. Le ministre a insisté sur le fait que le travail de réforme en cours réserve une place importante à l’armée de l’Air. Il a promis que les moyens aériens de nos forces armées seront renforcés. Il a ainsi annoncé que dans quelques mois, le Mali disposera « de moyens aériens puissants (en termes d’attaque, de reconnaissance, de transport tactique, d’évacuation sanitaire…) ». Des moyens « à la hauteur des menaces auxquelles notre pays est confronté depuis des années ». Tiéman Hubert Coulibaly a également assuré que l’application de cette loi permettra aux troupes au sol de faire correctement leur travail.
Aux combattants, le chef d’état-major général des armées a rappelé que l’armement et l’équipement à eux seuls ne suffisent pas pour gagner une guerre ou une bataille. La victoire nécessite la participation des combattants engagés, qui ont du cœur et un mental fort. Le général Mahamane Touré a ainsi balisé le chemin pour le ministre qui lui aussi a tenu le langage de vérité aux troupes : « Vous attendez beaucoup du gouvernement, a déclaré Tiéman Hubert Coulibaly. Les attentes du peuple vis-à-vis de vous sont aussi très grandes. L’armée est le dernier rempart, l’institution qui soutient toutes les autres dans un régime républicain ». Le ministre a donc conclu en invitant les soldats à plus de discipline, de courage, de rigueur et de professionnalisme. Il les a exhorté à être prêts au sacrifice suprême et leur a conseillé de ne pas se mêler de politique.
Avec les soldats et leur commandement, le ministre a aussi abordé la question de l’Accord d’Alger. A ce propos, il a tenu à rassurer ses interlocuteurs en leur expliquant ce qui fonde aujourd’hui l’engagement du président de la République et du gouvernement en faveur de la paix. « Le Mali et des groupes armés ont paraphé le document, a-t-il souligné. Nous avons estimé que si les compromis garantissaient la paix, nous serions prêts à y consentir ». Tiéman Hubert Coulibaly a aussi exhorté les autres parties à parapher le document dans un très bref délai.
Mais la consigne donnée aux troupes est, selon lui, claire. « Quelle que soit la situation, l’armée malienne doit être prête à y faire face. Le président et son gouvernement rempliront leur part de contrat », a assuré le ministre de la Défense et des Anciens combattants. Pour lui, un changement de comportement des soldats s’impose aussi bien pour la défense du territoire, que pour la survie de nos éléments eux-mêmes.
Quant aux préoccupations exprimées par les soldats lors des échanges, la plupart d’entre elles avaient été discutées auparavant entre le ministre et les différentes hiérarchies lors d’entretiens réservés exclusivement aux officiers. Tiéman Hubert Coulibaly a promis que les requêtes seront prises en charge dans la limite des possibilités de l’Etat. Des soldats ont interpellé le ministre de la Défense et des Anciens combattants sur le fait qu’ils n’ont pas encore reçu de médailles commémoratives de campagne. En réponse, Tiéman Hubert Coulibaly a donné des instructions fermes pour que ceux qui méritent ces décorations soient mis dans leurs droits.
Partout où il s’est rendu, le ministre de la Défense et des Anciens combattants a précisé que sa mission est de réorganiser l’armée, de faire en sorte que celle-ci soit une fierté pour l’ensemble des Maliennes et Maliens.
Cheick Moctar TRAORÉ

LA SÉCURITÉ N’A PAS ÉTÉ OUBLIÉE

En marge de sa visite de prise de contact avec les soldats et leurs commandements engagés sur la première ligne de front, Tiéman Hubert Coulibaly s’est également rendu dans des postes de sécurité afin de s’imprégner du dispositif sécuritaire mis en place au niveau des frontières, à la lisière du grand Nord.
Arrivé vendredi à Gao, la délégation ministérielle s’est rendue aux postes de sécurité sur les routes de Goundam, Kidal et Ansongo. L’objectif était de vérifier par elle-même les dispositifs sécuritaires, de surveillance et les conditions dans lesquelles les soldats accomplissent leur mission régalienne. Tôt le matin, le ministre s’était rendu à l’infirmerie du camp Firhoun de Gao au chevet des six blessés de l’un des véhicules d’escorte. Il faut souligner que ces blessures sont survenues à la suite d’un accident de route.
Avec le colonel Kervizic, représentant le commandant de la force Barkhane, Tiéman Hubert Coulibaly a exploré les installations et le Centre des opérations. Puis il s’est rendu au quartier général de la MINUSMA où le contingent chinois lui a réservé un piquet d’honneur. Ensuite, il a eu droit à une présentation du mandat et des missions de ladite institution.
Dimanche, le ministre a partagé l’ordinaire des soldats au camp de Gossi et s’est renseigné sur la situation de l’unité méhariste, dont les éléments se déplacent sur des chameaux immatriculés et participent aux opérations militaires et aux patrouilles, surtout pendant l’hivernage et dans les zones inaccessibles. Tiéman Hubert Coulibaly a pris la direction de Hombori pour visiter le Centre de mise en condition opérationnelle. Ici, lors des exercices, les combattants utilisent les balles réelles pour se confronter autant que possible aux conditions de combat qui les attendent sur le terrain.
C. M. T

source : L Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.