Tensions autour du Conseil national de la Transition au Mali

La Coordination des Mouvements de l’Azawad a fait part vendredi de son désaccord sur la composition du Conseil National de la Transition, l’organe consultatif de la Transition, dont une liste de 121 membres circule depuis la veille.

Dans un communiqué, elle témoigne sa « grande surprise » concernant « la répartition des sièges au sein du CNT suivant l’absurde concept du fait accompli et ceci en dépit des engagements consensuels pris entre parties ».

Après plusieurs rencontres de haut niveau « afin de niveler tous les différends », la CMA avait décidé de soutenir les autorités « pour mettre en place les jalons d’une paix et d’une stabilité durables », rappelle le communiqué. « Sa première participation au gouvernement de mission est voulue comme l’un des signes forts de cette bonne foi », insiste-t-il.

Deux ministres apparentés à la CMA siègent au gouvernement, à côté de deux ministres de la Plateforme, l’organisation pro-gouvernementale signataire, elle-aussi, des accords d’Alger.

Mais la CMA est désormais au « désespoir de constater que ces louables efforts pour construire la confiance et la paix se heurtent déjà aux jeux habituels de manœuvres dilatoires et de volte face de la part des autorités en charge de la Transition. »

Elle annonce donc son retrait du processus de mise en place de l’organe consultatif et affirme ne pouvoir évoluer dans un environnement « animé par des acteurs très peu respectueux de leurs engagements. »

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.