Soutien aux institutions de la République : La CFR en ordre de bataille

Il s’agit d’un accompagnement sur la certitude que l’essentiel c’est le Mali, l’unité nationale, la cohésion sociale… C’est ce qu’a laissé entendre Cheick Oumar Gadjigo, Coordinateur général de la Convergence des forces républicaines (CFR), lancée le mardi 16 juin 2020 au Mémorial Modibo Keita.

Après une minute de silence observée en la mémoire de nos FAMAS tombés sur le champ de l’honneur dimanche dernier à la frontière avec Mauritanie, le coordinateur général, Cheick Oumar Gadjigo dit le ‘’Chat’’, est entré dans le vif du sujet.

L’heure est grave et nul peut nier les tensions sociopolitiques, la crise multiforme, sécuritaire, scolaire et celle dévastatrice du COVID19 qui plongent notre pays dans une récession. «Notre rôle, comme celui de tout bon citoyen ayant le sens du patriotisme, est de défendre les fragiles acquis et de privilégier la voie du dialogue, seul gage de paix de stabilité et de développement durable pour notre pays.

Lors de son adresse à la nation le 14 juin, le Président, El Hadj Ibrahim Boubacar Keita, a affirmé avoir suivi avec attention, les récents évènements qui se sont déroulés dans notre pays. Il a  entendu les colères et les cris. Il a entendu les revendications et les interpellations. Chaque Malien qui souffre ou qui manifeste, m’interpelle et mérite mon attention, car ma mission est de servir le Mali.

Il s’est engagé à: résoudre la crise de l’école, rencontrer les professionnels de la santé y compris l’Ordre des médecins du Mali afin d’accélérer la mise en œuvre du plan de modernisation de tous les hôpitaux de Bamako, rechercher les solutions idoines et urgentes afin de répondre aux frustrations exprimées en lien avec les législatives passées qui font l’objet de graves contestations, Instruire au nouveau Gouvernement qui sera mis en place d’initier un plan de logement, réinsertion et réhabilitation pour nos sœurs et frères déplacés du Centre vivant dans le quartier de Faladiè en Commune VI…» a-t-il martelé.

La CFR, a poursuivi M. Gadjigo, se veut le vecteur de message d’union et de paix pour soutenir les Institutions de la République. «Notre conviction, c’est que l’union fait  la force. C’est ce rôle, c’est cette conviction et c’est cette ambition qui fonde notre action à nous  engager pour le soutien aux Institutions. Il ne s’agit nullement d’un accompagnement obnubilé de laudateurs de mauvais  goût. Il s’agit d’un accompagnement forgé sur la certitude que l’essentiel c’est le Mali, l’essentiel c’est l’unité nationale, l’essentiel c’est la cohésion sociale Jamais, dit-il, notre pays n’a été autant divisé, jamais il n’a été autant polarisé par la férocité des positions. « Mais si ceux qui ont animé ces querelles pour un siège ou des avantages quelconques n’ont toujours pas compris qu’il faut mettre le Mali au-dessus de tout, nombreux sont désormais les Maliens à avoir compris que le Mali n’a pas son intérêt dans la division…».

‘’ Si nous ne respections pas nos institutions, notre pays sera affaibli’’

Sidibé Fatoumata Sako dite Djina a tenu à remercier l’assistance pour sa forte mobilisation. La présidente de la plateforme ‘’Défendons le Mali’’ a également souligné que le président IBK a été démocratiquement élu et que son mandat court jusqu’en 2023. «Nous allons défendre notre république, nous allons défendre nos institutions, nous allons défendre le Mali, nous avons opté pour ça. Souvenez-vous, Barack Obama avait dit que le Mali n’a pas un problème d’institutions mais un problème de ressources humaines. Donc, si nous ne renforçons pas nos institutions, si nous ne respections pas nos institutions notre pays sera affaibli».

Faisant le compte-rendu à l’assistance de la rencontre entre le Président de la  république et la société civile, Mansour Cissé a annoncé que le Chef de l’Etat a instruit l’application stricte de l’article 39 longtemps réclamée par les syndicats d’enseignants. Ce lancement a enregistré la présence plusieurs responsables de la Plateforme CFR,  dont Hamane Cissé, Hamady Sangaré, Issoumaïla Diallo, d’anciens ministres, députés et autres personnalités.

Bintou Diarra

Source : Le Challenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *