Sous-section ADEMA de Banankabougou : Harouna Cissé, persona non grata !

Battu lors de la mise en place du bureau de la section VI de l’ADEMA-PASJ par Mahamane Mahalmadane Touré, l’ancien ministre, ex-directeur de campagne du candidat du parti de l’abeille solitaire aux dernières législatives, Dr HarounaCissé a, depuis, opté pour la politique de la chaise vide. Sans motif valable, lui et  les délégués de sa sous-section(Banankabougou) ont décidé de bouder toutes les activités de la section VI. Une stratégie pourtant désapprouvée par les militants à la base qui sont sortis nombreux, comme un essaim d’abeilles, pour réserver un accueil chaleureux au secrétaire général de la section et sa délégation. C’était mardi dernier au centre de lecture et d’animation de Banankabougou.

 Harouna cisse adema parti pasj ancien ministre developppement social

Nombreux sont ceux qui avaient prédit que l’étape de Banankabougou serait un fiasco pour la délégation de Mahamane Touré. Pour la simple raison que Banankabougou serait le fief de son challenger, Harouna Cissé qu’il a battu lors du renouvellement du bureau de la section VI  au poste de secrétaire général. Mauvais présage.

Depuis cette élection, Harouna Cissé a opté pour la politique de la chaise vide. Mieux, il a décidé de bouder toutes les activités du parti. Certaines indiscrétions indiquent même qu’il n’est pas exclu qu’il décide de claquer la porte au parti car, il serait en discussion avancée avec un autre parti.

Décidément, Harouna Cissé n’a pas digéré  sa défaite. C’est pourquoi, les militants de la sous-section de Banankabougou qui est son fief électoral avaient été démobilisés afin qu’ils ne répondent pas à l’appel du nouveau bureau de la section.

Harouna Cissé désavoué chez lui

Contrairement à ce que voulaient HarounaCissé et ses sbires, les militants de la sous-section ADEMA de Banankabougou ont décidé de réserver un accueil populaire au tout nouveau secrétaire général de la section VI et son bureau. Mieux, ils leur ont exprimé tout leur soutien après que tous les détails leur aient été donnés sur le processus qui a conduit à la mise en place de ce bureau.

En effet, il ressort de ces explications que  c’est suite à une volonté exprimée par la CE du parti, à travers une lettre en date du 6 janvier, qu’ils ont procédé  au renouvellement du bureau  de la section, des sous-sections et comités.

Mieux, c’est l’ancien bureau qui a convoqué la conférence de section  avant de démissionner.

Pour la mise en place du nouveau bureau, deux candidats étaient en lice : HarounaCissé et Mahamane Mahalmadane Touré.

Mais, la mise en place du bureau  s’est faite dans des conditions difficiles car  ces deux candidatures ont donné lieu à deux tendances rivales  au sein de la section.

Lors de la première conférence au centre Olympafrica, au moment où le président de la commission d’investiture voulait proclamer les résultats, des loubards  à la solde de HarounaCissé sont venus perturber la cérémonie.

Ainsi, une autre conférence a été convoquée,  lors de laquelle, le CE  du parti a envoyé des superviseurs.  Mais avant, des lettres avaient  été envoyées à toutes les sections et le quorum atteint.

Raison pour laquelle , le CE après avoir validé le dit bureau  a demandé à Mahamane Touré de démarcher l’autre tendance pour que l’union revienne au sein du parti.

Mais HarounaCissé et les siens ont préféré opter pour la politique de la chaise vide : bouder toutes les cérémonies ou activités du parti. Car selon eux, le bureau n’a pas été élu dans les règles de l’art.

Faux, rétorque les membres du bureau qui jurent la main sur le cœur que cette élection s’est passée selon les textes, statuts et règlements intérieurs du parti car, sur  les dix sous-sections de la Commune, six étaient représentées à cette conférence élective.

Le moins que l’on puisse dire c’est que la rencontre de mercredi dernier a prouvé que les militants de la sous-section de Banankabougou ne sont pas sur la même longueur d’onde que HarounaCissé. Mieux, ils ont prouvé qu’ils n’adhèrent pas à cette politique de la chaise vide, décidée par celui-ci après avoir perdu à l’élection.

Georges Diarra

SOURCE: Tjikan
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.