Sommet de Pau : Vive polémique après les propos controversés de Macron sur le sentiment anti-français au Mali

La polémique est montée très vite. « J’entends beaucoup de gens dans votre pays qui disent tout et n’importe quoi, les discours des que j’ai pu entendre ces dernières semaines sont indignes…» Après ces propos, lors du sommet de Pau, le lundi dernier, Emmanuel Macron, le président français, s’est immédiatement attiré les foudres de beaucoup de webactivistes maliens.

 

Lors du sommet de « clarification » de Pau (France), des webactivistes et une frange de la société civile africaine, plus précisément malienne, qui sont  contre la présence militaire française dans le Sahel en ont pris pour leur grade. « J’entends beaucoup de choses sur les réseaux, dans les déclarations. J’entends beaucoup de gens dans votre pays qui disent tout et n’importe quoi. Demandez-vous par qui ils sont payés, demandez-vous quels intérêts ils servent. Moi j’ai mon idée. Mais que ces gens-là disent qui se fait tuer pour leurs enfants. Moi je sais qui est tombé pour la sécurité des Maliennes et des Maliens, des Nigériens, des Burkinabè : des soldats français. Je le fais en conscience quand je décide de les envoyer là bas. Donc les discours que j’ai pu entendre ces dernières semaines, sont indignes. Ils sont combattus avec beaucoup fermeté par vos dirigeants et je les en remercie. Ils (les discours) sont indignes parce qu’ils servent aussi d’autres intérêts », a indiqué le président français Emmanuel Macron. De l’avis du président français, ces discours « servent les intérêts des groupements terroristes » ou « des intérêts d’autres puissances étrangères parce qu’ils ont leur propre agenda, un agenda de mercenaires. »

Pour beaucoup d’internautes maliens, en s’attaquant aux pourfendeurs de la présence française au Mali  qualifiés d’indignes, le président français a manqué de respect à ceux qui protestent contre la présence militaire française au Mali. « Macron n’a jamais dit que les gilets jaunes sont indignes. Mais il nous a traité d’indignes devant nos présidents», s’indigne Adama Traoré.

Selon le journaliste Malick Konaté, «les propos d’Emmanuel Macron sont indignes d’un chef d’Etat de son rang. Soyons des démocrates. Les gilets jaunes font pires». « Fuyant les diatribes des Gilets Jaunes français, Macron se donne à cœur joie pour casser du sucre sur le dos des populations africaines, à chacune de ses sorties. Nos Présidents lui emboîtent bien entendu le pas, et il ne viendra jamais à leur esprit de se défendre ou défendre la “dignité” de leurs concitoyens », a commenté le Professeur Ibrahim Ikassa Maïga.

Certains internautes maliens, par contre, trouvent que Macron a bien des raisons de s’indigner. «En toute vérité: Quand on piétine et profane le symbole d’une Nation, est ce digne ? Quand on dit “mort à la France”, est ce digne ? Quand on s’en prend violemment à tout un peuple, est ce digne ? Quand on applaudit et on se réjouit de la mort de soldats français, est-ce digne ? », s’interroge Mohamed Ag Assory.

En réaction, le journaliste Chahana Takiou estime que « des actes peu dignes ont été commis à l’endroit de la France, principale partenaire dans tous les secteurs de la vie politique, économique (finances, développement).  «Ce n’est vraiment pas aussi digne de dire que la France tue nos soldats. Le pays de Macron a été malmené ces derniers temps, de façon peu digne. Macron défend les intérêts français, il peut parler d’indignité. Il doit en parler, parce qu’il ne fait pas la politique du Sahel, mais celle de la France. Macron voudrait voir son pays respecté partout, surtout là où elle fait des efforts. Il ne voudrait certainement pas être payé en monnaie de singe. C’est humain! Dans cette optique son coup de gueule est bien compréhension », explique Takiou.

Avant Macron, le président malien et son homologue du Niger s’étaient insurgés contre les pourfendeurs de la présence des forces étrangères sur le sol africain. Pour IBK, « ceux qui demandent le départ des forces étrangères sont les ennemis des militaires maliens.» Mamadou Issoufou, quand à lui, estime que « ceux qui s’expriment (contre la présence de forces étrangères) sont très minoritaires». «Les Nigériens dans leur immense majorité savent que c’est une menace planétaire. À menace planétaire, riposte planétaire », s’est défendu le président nigérien.

Une rencontre a eu lieu, le lundi 13 janvier à Pau, en France, entre le président français Emmanuel Macron et les présidents du G5 Sahel, pour échanger sur le cadre et les conditions politiques de l’intervention des militaires français au Sahel.

M.K. Diakité

SourceLe republicain mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *