SECTION V ADEMA-PASJ : Bill éteint le feu et sonne la mobilisation

Le centre culturel Togola de Sabalibougou a servi de cadre ce dimanche 1er mars 2020 pour la tenue d’assemblée générale des militants de la section Adema-Pasj de la commune V, conduite par son secrétaire général Boubacar Alpha Ba, dit Bill, non moins ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.


Cette grande retrouvaille fait suite à des brouilles intervenues dans la ruche à Sabalibougou, l’une des sous-sections phares du parti de l’Abeille dans le district de Bamako. C’est la raison pour laquelle la rencontre était placée sous le signe « retrouvons l’unité et la cohésion ».
En cette circonstance, personne ne vaudrait se faire raconter l’évènement. C’est pourquoi, les militants Adema de ce quartier populaire se sont mobilisés pour sortir massivement afin de rehausser l’éclat de cette rencontre de réconciliation des cœurs. L’Assemblée avait pour objectif de donner un nouveau souffle au parti dans le quartier et dans la commune. L’activité a été marquée par la présence du candidat de la section Adema aux législatives, en occurrence Baba Nadio. Le jeu en valait la chandelle pour le ministre Bill d’éteindre le feu, et de sonner le clairon de l’unité et la cohésion. L’histoire des militants de l’Adema à Sabalibougou ressemble l’histoire de la cohabitation entre la langue et les dents. Après la tempête, c’est le beau temps, dit-on. La sous-section Adema-Pasj de Sabalibougou vient de loin. L’esprit de paix a eu raison des oiseaux de mauvais augures qui se sont vus démentis. La cérémonie a donné le ton par le chant de l’hymne national de l’Adema-Pasj. D’emblée, au nom de la sous-section Adema de Sabalibougou, Chaka Coulibaly a remercié les responsables de la section pour le choix porté sur le quartier pour abriter cette activité. « Rien ne vaut la cohésion et l’unité au sein d’une formation politique », a-t-il soutenu. A sa suite, Soumana Diassana a transmis les messages de salutations et de soutien du secrétaire génaral du mouvement des jeunes de la section V Adema, Ibrahima Haïdara en mission. De son côté, la présidente des femmes de la ruche la commune V, Mme Dicko Aïssata Traoré, a laissé entendre : « sans la cohésion, il ne peut y avoir de paix dans toute organisation humaine. Si nous sommes unis, tout peut être à notre portée. ». Quant au secrétaire politique de la section, Ibrahima Lanceni Coulibaly, non moins ancien député, ce dernier a expliqué qu’il s’agit de se présenter les excuses pour les préjudices et désagréments causés volontairement ou involontairement les uns envers les autres et de se pardonner.
Prenant la parole, Django Bakayoko, représentant du chef de quartier de Sabalibougou, a fait l’éloge du ministre Bill pour son honnêteté et son militantisme avéré au service du parti depuis ses premières heures. Le temps fort de cette cérémonie a été l’intervention du ministre secrétaire général de la section. A l’entame de son message, il a rendu un vibrant hommage à tous les anciens qui se sont sacrifiés de près ou de loin pour donner vie à l’Adema et contribuer à sa consolidation à Sabalibougou. C’est pourquoi, il a souligné : « l’Adema a son nombril à Sabalibougou. Les premiers fondateurs de l’Adema se trouvent dans ce quartier ». Abondant dans le même sens que ses prédécesseurs, Boubacar Alpha Ba a repris que « rien ne vaut l’unité et la tolérance et l’entente dans une famille ». En guise de soutien à ce discours, il a maintenu : « Une famille unie va contribuer au relèvement du Mali. C’est dans une famille unie qu’il peut y avoir la confiance. Une famille unie est toujours une fierté pour le pays. ». Unis, on peut tout réussir, mais dispersé, on ira nulle part, a souligné le ministre Ba. A ce titre, faisant allusion aux législatives et aux autres joutes électorales qui suivront, Bill a fait comprendre indiqué : « Avant toute bataille, il faut d’abord réunir les troupes ». Il a saisi l’occasion pour inviter ses camarades militants de la commune V à taire les égos et aller de l’avant pour honorer la mémoire des anciens et faire en sorte que leurs sacrifices ne soient pas vains. Avec humilité, Ba a laissé parler son cœur : « Nous demandons pardon à tous ». Le segal de la section V Adema n’est pas passé par quatre chemins pour lancer : « Le temps est venu pour les militants de se rassembler pour reconstituer cette famille d’antan. Je demande aux femmes d’être des aiguilles pour unir les hommes ». Très ému et honoré par la grande mobilisation des militantes et militantes de la sous-section Adema de Sabalibougou, Bill a annoncé : « Les abeilles sont toujours unies, même si tout le monde a une mission spécifique. Le clairon de l’unité et du rassemblement a sonné. Bamako et le Mali nous regardent », a-t-il conclu.
Jean Goïta

Source: la Lettre du Peuple- Mali

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *