Sans Tabou: rapport du Végal, enfin « l’impunité zéro » ?

Le nouveau rapport du Bureau du vérificateur général remis au Président de la transition, fin octobre, prouve une fois de plus que la corruption reste endémique au sein de l’administration publique malienne. Malgré les efforts du Pôle économique et financier, le phénomène est loin de chuter. Avec plus de 300 milliards de pertes décelées par le Vérificateur général, les responsables des structures incriminées doivent-ils s’inquiéter suite aux propos tenus par le président de la transition ?

 

Pour l’année 2019, les vérifications effectuées dans 31 entités ont révélé des déficits importants dans la gestion administrative et financière ayant entraîné d’importantes déperditions financières. Des irrégularités administratives et financières qui impactent négativement l’atteinte des objectifs assignés aux structures publiques.
Les dénonciations des actes de corruption sont monnaie courante dans notre pays. Les associations de lutte contre la corruption et d’autres citoyens ordinaires ne manquent jamais l’occasion pour dénoncer ce phénomène. Ces dénonciations corroborent le rapport 2019 du bureau du vérificateur général. Le montant global des irrégularités financières s’élève à plus de 300 milliards de FCFA. Il n’en fallait pas plus pour mettre un président de la transition Bah Ndaw dans tous ses états. Mais que peut-il, pendant ce laps de temps, contre un système instauré depuis des décennies.
‘’Tous ceux qui voudront se servir du Mali, au lieu de le servir, le feront à leurs risques et périls. Qu’ils le sachent’’, a-t-il mis en garde.
Après la publication de ce rapport et le coup de gueule du président, les regards sont tournés désormais vers la justice qui doit faire la lumière sur ces pertes financières. Sur la plupart des services incriminés, les irrégularités ont été directement transmises à la justice, le procureur du pôle économique.
En effet, ces derniers moments, le Pôle économique et financier s’est fait beaucoup remarquer, à travers la traque aux délinquants financiers. D’ailleurs, dans son rapport, le Vérificateur général a noté avec satisfaction les suites judiciaires à des dénonciations, objet des rapports de vérification. Pour le Végal, cela prouve que la lutte contre la délinquance financière est fortement tributaire d’une synergie d’actions de l’ensemble des acteurs de la chaîne. Aussi, insiste-t-il à dire que la dynamique de synergie d’actions enclenchée entre sa structure, les Pôles Économiques et Financiers, la Section des Comptes de la Cour Suprême ainsi que la Société Civile sera renforcée.
Le Vérificateur général a également apprécié les efforts qui sont de plus perceptibles quant à la mise à en œuvre des recommandations formulées. Cependant, regrette-t-il que des besoins énormes de moralisation de la vie publique se font toujours sentir.
Tout comme la justice, le Président de la transition s’est engagé à marquer d’une empreinte indélébile son effort dans le domaine de la lutte contre la corruption.
Dans son discours d’investiture, le Président Bah N’DAW a affirmé à haute et intelligible voix, dans son discours d’investiture qu’il ne peut pas promettre zéro corruption, mais qu’il ferait tout pour que l’impunité zéro soit la norme. L’occasion se présente alors au Président de la transition de traduire en acte cet engagement qui a été bien apprécié par les Maliens.
En tout cas, il a instruit au Premier ministre de mettre tout en œuvre afin de créer toutes les conditions permettant à la justice de donner une suite judiciaire favorable à tous les dossiers.
La balle est alors dans le camp des autorités pour traquer les personnes impliquées dans ces détournements et redonner espoir aux Maliens quant à la bonne gestion des deniers publics.

PAR MODIBO KONE

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.