Riposte de la junte contre la double sanction de la CEDEAO et l’UEMOA : Est-ce une offensive ou une défensive diplomatique ?

Après la manifestation du 16 janvier marquant une nouvelle étape dans le bras de fer qui oppose la junte et la Cédéao depuis quelques mois, Les autorités de la Transition ont entamé une démarche diplomatique en Guinée, Mauritanie et Algérie pour contourner les sanctions de la Cédéao et de l’UEMOA. Planification ou simple coïncidence ?  Alors que le Président de la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara s’est aussi rendu au Gabon le 17 janvier où il s’est entretenu avec le Président Ali Bongo sur la situation sociopolitique du Mali. Au même moment, le ministre malien des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Abdoulaye Diop avec sa délégation exploraient de nouvelles voies et moyens pour renforcer les relations avec les pays voisins comme la Guinée, Algérie et Mauritanie  pour s’opposer aux sanctions des deux organisations sous régionales.

Est-ce la solution pour une sortie de crise face à la CEDEAO?

Cependant, devant la presse internationale au Gabon, le Président ivoirien a déclaré qu’: « Il est inacceptable qu’un régime militaire reste en place un quinquennat ».

Cette visite diplomatique du ministre des Affaires étrangères à Nouakchott, Conakry et Alger rentre dans le cadre du plan de riposte pour la sauvegarde et la souveraineté du Mali. En effet au lendemain des sanctions de la Cédéao et l’Uémoa, les soutiens à l’encontre du Mali abondent de partout pour aider notre pays à sortir de cette crise non seulement à l’échelle sous régionale mais aussi internationale. Est-ce que la junte sonne aux bonnes portes ?

Si la Guinée a réaffirmé toute sa solidarité au Mali ouvrant grandement ses frontières aériennes et terrestres, conformément à la vision panafricaniste de la Guinée, cette dernière aussi est dans le dispositif de viser la Cédéao. Conakry de Mamadi Doumbouya tient toujours tête à l’organisation sous régionale même s’il a refusé toutes les propositions de la Cédéao. L’homme fort de la Guinée a refusé un médiateur de la Cédéao, il a refusé également d’organiser des élections dans un délai de six mois comme le veulent les dirigeants ouest-africains. Avec le départ de l’ancien Président, Alpha Condé la Guinée aussi subira de nouvelles sanctions car la Cédéao pense que le pays de Sékou Touré leurs ridiculisent.

Quant à la Mauritanie, jusque-là, nous ne l’avons pas vu réagir, mais d’après le Premier ministre Malien, elle est avec le Mali.

S’agissant de l’Algérie et la Mauritanie, certes Alger s’est montrée disponible à aider le Mali pour la mise en place d’un plan de sortie de crise. Mais déjà des voix se lèvent contre le double jeu de l’Algérie dans le dossier malien. Selon Dr. Aly Tounkara, expert au Centre des Etudes sécuritaires et stratégiques au Sahel « Le manque de clarté et de précision sur la fin de la transition pourrait être interprété doublement du côté d’Alger ». Le Mali peut-il compter  sur ces frères d’Algérie, la Mauritanie et la Guinée à trouver une solution rapide ? Nous ne saurons répondre cette question, seul le temps nous le dira.

 Assitan DIAKITE

Source: L’Alternance

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.