Révision constitution taillée sur mesure : IBK est-il vraiment fou du Mali ou il se fout de la vie des Maliens ?

Le président de la République, IBK, veut changer la Constitution. Le projet de loi de révision de la constitution, taillée sur mesure sur le dos de la souveraineté du peuple malien, a été adopté par l’Assemblée nationale en attendant le vote du référendum prévu le 09 juillet 2017. En plus de cette révision constitutionnelle décriée, IBK a tenu lors du lancement de la campagne agricole 2017-2018 à Ségou des propos, sous forme de moquerie, qui ont énervé beaucoup de Maliens. 

ibrahim-boubacar-keita-ibk-delegue-electeur-election-communal-presidentielle-legislative-scrutin-urne-vote-mali

En violation de l’article 118 de la constitution du 25 février 1992, le président  de la République IBK veut réviser la constitution afin de se maintenir au pouvoir. De ce fait, un projet de loi portant révision de la constitution a été déposé à la table de l’Assemblée nationale. Comme une lettre à la poste, ce projet de loi contesté par la majorité des Maliens a été adopté par les députés par 111 voix pour, 35 voix contre et 0 abstention. Cette loi votée avec 75 amendements sera soumise à l’appréciation du peuple malien à travers un vote référendaire le 9 juillet prochain. Avec son intention de reformer une Constitution taillée, sur mesure sur le dos de la souveraineté du peuple malien, qui lui donnera plus de pouvoir, IBK aime-t-il le Mali et le bonheur des Maliens comme il ne cesse de le chanter ?

En outre, il a déclaré à Ségou que ‘’le chômage des jeunes l’empêche de dormir. Qu’il ne supporte pas de voir les jeunes du Mali mourir sur la mer. « Si tu touches un Malien de l’extérieur, tu me touches. Je travaille pour apaiser l’esprit des Maliens. Je ne suis pas fou du pouvoir mais je suis fou du Mali ». Ces propos sont-ils sincères ?

Monsieur le Président, savez-vous que le  Mali compte à ce jour dix(10) mines d’or industrielles en activité. Il s’agit des mines de Syama (Somisy.sa) de Morila (Morila.sa), de Kalana (Somika.sa), de Yatela (Yatela.sa), de Kodiéran (Wassoul’Or. sa), de Loulo (Somilo.sa) de Gounkota (Gounkoto.sa), Séguela (Semico.sa-Séguéla mining Company) qui a résulté de la fusion entre Séguéla Mining company et Tabakoto et enfin de B2GOLD.  L’activité des compagnies minières se fait souvent dans des conditions brutales, sans aucune considération pour les activités économiques, la culture locale, la santé et la sécurité des riverains, ni pour l’environnement. Elles ne produisent pas d’infrastructures publiques supplémentaires, raison souvent invoquée par le ministère pour leur accorder des permis, mais construisent leurs propres pistes d’atterrissage. Elles ne sont pas soumises à l’impôt lors­qu’elles exercent des activités de prospection, alors même qu’elles occupent l’espace, le privatisent, utilisent – et polluent – les ressources locales (eau, air, sol). Lorsqu’elles exploitent des ressources, elles ne paient pas des impôts que sur la base des quantités qu’elles déclarent extraire, mais il n’y a aucun contrôle.

Lorsqu’une compagnie minière débarque dans une zone minière (à Sikasso comme à Kayes), les élus de la commune ne sont même pas tenus au courant. Les titres miniers d’exploration et/ou d’exploitation sont (normalement) accordés aux compagnies par le gouvernement malien pour des durées variables avec conditions de renouvellement. En ce qui concerne les autorisations d’exploration par exemple, elles sont d’une durée de 3 ans, renouvelables 2 fois, avec une diminution de moitié de la superficie explorable à chaque demande de renouvellement. Les attributions se font souvent dans des conditions entachées de corruption et il est peu pro­bable que les conditions des titres accordés soient respectées ; du moins personne ne les contrôle.

Les sociétés minières sont de fait toutes puissantes et profitent de la faiblesse et des dysfonctionnements de l’État malien. Dans les années 1990, la réforme du code minier sous l’impulsion de la Banque Mondiale a dépossédé l’État des instruments juridiques qui lui permettaient de maîtriser les activités minières sur son territoire.

Par ailleurs, dans le cadre du processus de décentralisation, des compétences ont été transférées de l’État et ses antennes administratives locales vers les collectivités locales. Mais en réalité l’État a transféré les problèmes et a [gardé] les ressources. Au final, les collectivités n’ont pas les moyens de mettre en œuvre leurs politiques et les administrations locales se sentent dépossédées de leurs prérogatives. Cela entraîne jeux de pouvoir, problèmes de communication entre institutions et éparpillement des moyens financiers. Les différentes institutions ne sont pas coordonnées et sont très facilement corruptibles face à des compagnies aux moyens financiers immenses. Pour obtenir des autorisations, les entreprises utilisent en toute opacité leurs fonds dédiés au développement local dans le cadre de leurs politiques de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), de véritables « caisses noires » pour corrompre. Elles créent des conflits, brèches dans lesquelles elles se glissent pour exploiter les ressources sans contraintes. Les autorités traditionnelles et même de simples habitants reçoivent également de l’argent en échange de leur silence vis-à­-vis des autorités locales. L’institution Nelson Mandela, une Organisation non-gouvernementale, envisage de mettre en place une de ses filiales au Mali à travers l’Ecole africaine des mines, une école d’envergure internationale dont la mission sera de former une masse critique de scientifiques et d’ingénieurs dont le Mali et l’Afrique auront besoin pour accélérer le développement du secteur minier. Dans le cadre de la réalisation de cette école, le gouvernement du Mali n’arrive pas à trouver un site devant abriter ladite école.

En tout cas, vu la gestion catastrophique du pays instaurée par IBK depuis son ascension au pouvoir, tout porte à croire qu’il se fout de la vie des Maliens ?

La Rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *