Remaniement ministériel ou éviction de Van Djan du Méguetan : La douche sera froide pour certains cadres du gouvernement

conseil ministres cabinet gouvernement palais koulouba

Chaque remaniement apporte son lot de suspenses, de complots, voire de cris ou de pleurs. Grande est pourtant la détermination du chef de l’Etat à nettoyer les écuries d’Augias. Il a d’autres priorités en ce moment que d’arbitrer les chamailleries et les enfantillages d’une équipe de losers. Donc seront remerciés du gouvernement les «sacs à problèmes», les corrompus et les incompétents, voire les trois à la fois.

Le marchand de faux chiffres, Mahamane Baby, celui qui fut à la surprise générale propulsé ministre super-ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de la Reconstruction citoyenne, alors que son plus haut poste n’était que celui d’un simple agent d’Icrisat au Mali, dans la sous-région ensuite, avant d’aller se pavaner en Europe. Certains se demandent par quel maraboutage, il a pu se maintenir ministre, presque dans tous les gouvernements d’IBK, alors qu’il est nul en politique. C’est simple : il a des structures budgétivores et officines de placement pour les cadres, les militantes et militants.

Partout dans le monde, ce sont des entreprises qui créent de l’emploi ; c’est le contraire au Mali. C’est le gouvernement sans usines, sans industries, sans sociétés, sous les auspices de Baby, qui avance des chiffres avec fanfaronnade sur la création d’emplois. Depuis son arrivée au gouvernement, il échoue à obtenir des résultats palpables. Il aura réussi la prouesse d’augmenter le nombre des chômeurs et de financer des associations qui ne représentent rien dans le monde des chômeurs.

Son incapacité est de notoriété publique. Sa spécialité : la chasse aux sourcières. Les cadres des autres partis politiques n’ont pas pignon sur rue dans son cabinet : ils sont virés à la pelle. Les directeurs des services relevant de son département le suivent partout comme des moutons, et ne sont plus que des chômeurs ou des gens qui ne sont jamais présents à leurs services.

Tous ses chefs de services travaillent en cohérence avec les humeurs du ministre. Le cas le plus frappant est celui du directeur général de l’Apej, qui ne s’offusque point de dire à qui veut l’entendre, qu’il est militant du Rpm et un ancien de la boîte. Il affirme avoir été maltraité sous d’autres régimes, et est prêt à appliquer la loi du Talion. Ça fait mal !

On parle aussi du départ de Mister Problème. Mr Problème est celui là qui crée des problèmes partout où il passe. Il a fait le département de la Justice et celui des Domaines. En plus de tout cela, Mr Problème préside et parraine les cérémonies et les associations financées par visages pâles pour déstabiliser notre pays.

Comme un Balai citoyen burkinabé abâtardi, il incite même à la révolte face à certaines décisions de justice qui l’ont dézingué. Pour le marché de construction du nouveau siège de la direction des domaines, il aurait perçu une centaine de millions. Et ayant interdit l’attribution des titres fonciers, il crée une commission pour donner des titres, à titre exceptionnel ! M. Bathily se fait passer pour un justicier, et pense que son business est bien caché des yeux du citoyen lambda. Que nenni ! Pour déficit de solidarité et ne travaillant pas à la cohésion de l’équipe, il sera mis à la touche.

Dramane Dembélé, lui, n’est pas dans la petite corruption comme son collègue Bathily… Lui, c’est à partir de 500 millions qu’il commence à bouger… Comme à la bonne vieille époque de la DNGM, Dra a pour objectif de s’enrichir. Appauvri par la campagne présidentielle, il a vu en son poste une opportunité pour payer ses arriérés.

En plus de prendre des commissions dans l’attribution des logements sociaux, son dernier fait d’armes est l’obligation qu’il a fait à l’OMH d’acheter un terrain à 2 milliards 700 contre toute logique, et ce qui a énervé le plus les enquêteurs est le fait qu’il a obligé l’OMH à attribuer le marché de construction sur le même site. Les 700 millions qui ont été versés sur son compte et qu’il justifie par un retard de payement pour une consultation minière, peuvent trouver leurs origines dans cette transaction.

Quant aux autres récalcitrants au travail bien fait et aux saboteurs internes, ils seront remerciés. Tous ceux qui organisent des fuites dans les journaux, allant même à insinuer la disparition du président de la République, et qui combattent l’action gouvernementale, seront largués.

L’actuel Premier ministre Modibo Keïta dit Van Djan du Méguetan doit se préparer. Le pays ne bouge pas, et l’accord a pris dix mois sans concrétisation. La littérature et les beaux discours ont atteint leurs limites. C’est pourquoi il y a des ballons d’essai de ceux qui semblent être intéressés par son poste.

Même celui à qui le poste avait été promis pendant la campagne présidentielle : il est à pied œuvre. Van Djan du Méguetan doit bien réfléchir, lui qui disait n’être venu que pour 12 à 14 mois, qui est à son 16ème mois, n’entend pas lâcher prise.  Le président de la République n’a pas besoin de stress en ce moment, et il a d’autres soucis que de se préoccuper de ministres dépressifs.

Oumar Koné L’Activiste

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *