QUE CHERCHE MOUSSA MARA ?

A l’insu du Président IBK, le Premier ministre rend visite aux militaires de l’ex-Cnrdre actuellement en prison Ce n’est ni un canular ni un ragot ! Une délégation mise en place par Moussa Mara a bien rendu visite au lieutenant Seyba Diarra et au capitaine Issa Tangara qui sont embastillés à Manantali. Il en a fait de même pour le Général putschiste Yamoussa Camara et le capitaine Amadou Konaré.

 

pm premier ministre moussa mara chef gouvernement mali partie yelema discours

 

 

 

Et nous apprenons qu’elle avait prévu de partir voir Amadou Haya Sanogo emprisonné à Sélingué. Officiellement, dit-on dans l’entourage du Premier ministre, c’est pour s’enquérir de leurs conditions de détention. Un fallacieux prétexte car il n’appartient pas au Premier ministre de s’occuper des conditions de détention de ces prisonniers en dehors de toute autorisation du pouvoir judiciaire. En effet, ces visites des membres du cabinet du Premier ministre, quelles que soient les raisons avancées, constituent une ingérence grave de l’Exécutif dans la sphère judiciaire et ouvrent la porte à toute spéculation.
En effet, il se dit de plus en plus que le Président IBK qui ne veut nullement sacrifier ses anciens alliés –les putschistes- leur aurait envoyé un ou des émissaires pour les tranquilliser quant à son soutien, mais qu’il compte apporter de façon habile pour les tirer des griffes de la justice. Ce serait mieux que d’essayer de poser des entraves flagrantes à la justice au risque de provoquer la colère des familles des victimes et de livrer aux courroux d’organisations de défense des droits de l’homme comme Amnesty international qui s’est d’ailleurs constitué partie civile au nom des victimes.
Nous ne croyons pas un mot à ces rumeurs persistantes qui circulent à Bamako depuis un certain temps, mais il est clair qu’avec ces visites de Moussa Mara aux putschistes emprisonnés, la rumeur est en train d’enfler. Moussa Mara donne d’ailleurs raison aux tenants de cette version surréaliste du soutien du Président IBK aux responsables de l’ex-junte parce que le Premier ministre est tout simplement désigné, de ce fait, comme l’émissaire de son
patron auprès des militaires embastillés.
La coïncidence – heureuse ou malheureuse- peut être souvent source d’ennuis, alors il faut prendre garde.
C’est d’autant plus important que Moussa Mara est pressenti sur plusieurs fronts dont son rapprochement soudain avec les milieux agitateurs islamiques où la tête du Président IBK est de plus en plus réclamée. A l’image de Sabati 2012 où on tient le discours suivant : « on a une responsabilité face aux populations pour leur avoir demandé de choisir un imam. Il s’est avéré que cet imam ne sait pas diriger la mosquée et la prière, il faut donc retourner vers les populations pour leur demander de le destituer ».
Un discours certes imagé, mais qui en dit long sur la déception des jeunes musulmans en ce qui concerne la gestion du pouvoir actuel, alors qu’ils étaient le fer de lance pour l’élection d’IBK.
Il nous revient que ni le ministre de la justice ni le ministre de la Sécurité, encore moins le juge d’instruction en charge du dossier, Yaya Karembé ne sont au courant de ces visites à des prisonniers qui ne sont pas encore jugés. Alors, que cherche donc Moussa Mara en agissant ainsi ? Si l’on sait la haine viscérale que des gens comme le Général Yamoussa nourrissent actuellement envers IBK au sujet de qui leurs hommes fidèles restés encore en liberté ne cessent de proférer des menaces, criant à la trahison d’un homme qu’ils ont aidé à monter au pinacle, il y a de quoi s’interroger.

A.D

Sphinx

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.