A propos des folles rumeurs de démission du PM Mara: Une manœuvre dilatoire de certains prédateurs afin d’échapper à la justice…

Depuis des mois maintenant, que des voix s’élèvent pour demander le départ du PM Moussa Mara de la primature. En réalité, tout est parti des incidents graves survenus à Kidal les 17 et 21 mai dernier avec son corolaire de morts et de blessés militaires et civils. Après les injonctions du FMI au gouvernement du Mali d’arrêter et de châtier tous ceux qui sont impliqués dans l’affaire dite d’équipements des FAMA avec les surfacturations s’élevant à plus de 25 milliards de nos francs et la volonté du Président IBK et son PM de démasquer les maraudeurs, une levée de boucliers a été lancée. Selon nos informations, l’intox et la désinformation de ces derniers temps invoquant la démission du gouvernement Mara, consiste à tromper le peuple malien et permet aux initiateurs de cette entreprise machiavélique de se faire passer pour des victimes. Votre journal a essayé de comprendre.

ibrahim boubacar keita president malien ibk chef etat moussa mara premier ministre chef gouverment premier ministre

Selon un observateur avisé, il y a trois raisons qui font que Mara ne doit pas démissionner. Et pour cause !

Primo : Cela fait seulement sept mois que Moussa Mara a été nommé Premier Ministre en remplacement de Oumar Tatam LY ; une période au cours de la quelle, sans repis, l’homme a posé les jalons de grands chantiers pour la stabilisation du pays sur tous les plans dont le processus de paix en cours présentement. Et notre interlocuteur de préciser que le PM Mara trop osé dès sa nomination pour ouvrir des chantiers au niveau de la Solidarité institutionnelle avec des réformes courageuses sur l’économie, la bonne gouvernance dans la transparence ; la lutte co.ntre la corruption dont beaucoup d’interpellations pointeraient à l’horizon et o le gouvernement n’interférera pas dans l’action de la justice qui devra mettre aux arrêts les cadres et autres fonctionnaires véreux. A la primature, une voix autorisée a rappelé les grands chantiers dont la promotion de la transparence ; les grands chantiers sur le foncier, le tourisme avec la fermeture de beaucoup d’établissements hôteliers ; aussi les réformes des structures de contrôle qui pointe à l’horizon. Ce sont toutes ces mesures qui ont fait revenir les partenaires financiers avec l’organisation de la table ronde de Bruxelles ; les missions du FMI ; la transition sur le numérique et la réforme télévisuelle ».

Mara est un choix d’IBK

Secundo : Le maintien de Mara à son poste s’explique du fait qu’il est le choix du président IB qui, seul sait les raisons de sa décision. « On ne peut pas être plus royaliste que le roi. Ils ne peuvent pas vouloir une chose et son contraire. Tous ceux qui s’agitent qu’IBK est libre de choisir son PM. Et toutes les manœuvres en cours (ésotériques et exotériques), de déstabilisation ne pèsent aucune garantie qu’IBK en débarquant Mara, choisira dans leurs rangs », martèle un proche du PM qui n’arrive pas à comprendre les agissements et de l’Opposition que de la mouvance présidentielle.

Former un bloc derrière le Président…

En tout cas, poursuit notre interlocuteur : « La majorité présidentielle a tout intérêt à former un bloc derrière le Président IBK avec pourtant le efu vert pour la Dclaration de Politique Générale (DPG) de Mara, que de chercher à affaiblir le PM, le choix du Chef de l’Etat au moment où le Mali est dans un trou». Pour de fins connaisseurs de ce dossier ceux qui s’agitent doivent arrêter leur entreprise machiavélique car ce pays a besoin de stabilité puisque nous ne sommes pas dans une période normale. En clair, pour des citoyens que nous avons interrogé qui ne comprennent pas cette levée de boucliers contre le gouvernement Mara, le Mali se débat dans une crise et malgré tout, arrive à respecter ses engagements, c’est ce moment que choisissent certains assoiffés de pouvoir pour mettre la pression que de faire baisser la pression. C’est-à-dire, chaque malien doit mettre d sien pour que le pays sorte de la crise. D’où le grand meeting géant du 25 octobre dernier au stade omnisports Modibo Kéïta, au cours du quel, les organisateurs ont interpelé tous les fils du pays. Au lieu de se donner la main, certains s’agitent pour des questions de place sans sourciller. « Lorsqu’un pays dans une crise, on ne se positionne pas mais c’est après que toute revendication sera la bienvenue. Pour le moment, le Mali est sur une corde raide. Les manœuvres de déstabilisation sont mal venues ; seule l’union  sacrée pourra nous sortir du trou. Ceux qui s’agitent ne sont pas des patriotes et doivent savoir que 2014, n’est pas 1991. Donc une synergie autour du Mali s’impose car la case brûle et devions ensemble éteindre le feu. Et rien ne prédit qu’après Mara, celui qui va le remplacer fera mieux que lui. Le PM actuel est plus propre que ceux qui s’agitent présentement», a conseillé un cadre à la retraite.

Un autre défenseur ajoute que « Mara est un homme discret, compétent et pragmatique et son nom n’est lié à aucun des scandales en cours dans les débats et le Président IBK par patriotisme est allé le cherché. Le Chef de l’Etat sait pour quoi il a jeté son dévolu sur Moussa Mara qui a pourtant défendu brillamment sa DPG.

Exécution des consignes du Chef de l’Etat

La troisième raison pour laquelle le locataire de la cité ministérielle ne devrait pas démissionner, précisent nos sources, est la mise à exécution des consignes du Chef de l’Etat qui est d’arrêter tous ceux qui sont impliqués dans l’achat de l’avion présidentiel et de l’équipement des FAMA. La levée de boucliers actuelle trouve toute sa signification ; elle vise à retarder, voir, empêcher les arrestations de hauts cadres de l’Etat dont des Ministres en fonction dans le gouvernement Mara. « La trouille actuelle de certains cadres politiques et non les moindres trouve son explication quant à la volonté du Chef du gouvernement à sévir contre ces grands prédateurs de nos deniers publics depuis plus de 23 ans aujourd’hui. Selon un proche du PM, puisque dans les jours à venir, le gouvernement procédera à des arrestations, Mara est devenu l’homme à abattre, l’empêcheur de tourner en rond. Malgré cela, des Ministres seront démis de leurs fonctions, puis répondront de leurs actes devant la justice au moment où à l’AN, la levée de certains élus est en cours afin qu’ils viennent s’expliquer sur les accusations les concernant, de quoi ont peur certains Ministres et anciens Ministres ? Pourquoi cette fuite en avant et cette intox? Mieux, Moussa Mara en guise de rappel, n’a pas un membre de son parti qui fait partie de son gouvernement. Et que comprendre qu’une poignée d’individus se partage plus de 25 milliards de nos francs impunément ? C’est le plus gros scandale de l’ère démocratique que le Mali ait connu. C’est du jamais vu dans ce pays. Ces gens là doivent être arrêtés car ils ne sont pas au-dessus de la loi », nous a confié la même source.

Ces gars véreux sont habitués

Il faut rappeler que ces gars véreux sont habitués depuis plus de 23 ans à ce genre de stratégie qui consiste à saupoudrer, intoxiquer le peuple malien afin de le détourner de la réalité. En réalité, c’est la transmission du dossier de l’aéronef de Commandement ainsi que les équipements des FAMA à la justice qui a crée ce vent de panique.

Les jours à venir nous édifieront. En attendant, le PM Mara, indiquent nos sources, demeure serein et déterminé à ce que la justice déclenche la machine de répression contre ces cadres véreux.

Au moment où nous bouclons cette édition, le Chef de l’Etat aurait ordonné via le PM, au Ministre de la Justice de déclencher le processus.

Bokari Dicko

 

SOURCE: Mali Demain  du   15 nov 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.