Présidentielle du 28 juillet : L’UA signale des irrégularités

Le chef de la mission d’observation de l’Union africaine, Edem Kodjo, a présenté hier aux médias la déclaration préliminaire de la mission d’observation électorale de l’UA pour l’élection présidentielle au Mali du 28 juillet. Dans cette déclaration, la mission a signalé des irrégularités lors du dépouillement et de la transmission des résultats dans certaines commissions de centralisations.union africaine

Le rapport préliminaire de la mission d’observation de l’UA, sur la présidentielle a signalé quelques irrégularités dans le déroulement du scrutin. Elle a précisé que des couacs ont été observés dans les procédures de vote dans certains centres. Elles n’ont été interprétées ni exécutées uniformément dans tous les bureaux. Ceci a été constaté lors de la pose des scellés, le marquage des bulletins et l’émargement des listes.

La méthodologie de dépouillement n’a été la même dans l’ensemble des bureaux observés. Dans certains bureaux, l’écart se consentait  entre le nombre d’émargement des listes et le nombre de bulletins.

 

Au niveau de remplissage manuel des documents nécessaires pour le dépouillement, les noms des candidats connus des semaines avant les élections n’étaient pas repris sur les feuilles de dépouillement, le procès-verbal des opérations électorales et les récépissés des résultats des bureaux de vote. Il a été constaté aussi que certains documents étaient repris en 18 exemplaires manuellement avec tous les risques d’erreurs. « La feuille de dépouillement n’était pas facilement lisible et le marquage des scores obtenus par les candidats par lot de 20 petits points jusqu’à 200 n’étaient pas pratique. Lorsqu’un candidat atteignait le nombre de 200, il ne restait plus de colonnes. Il fallait faire recours à des lignes supplémentaire confuses », a expliqué le chef de la mission, Edem Kodjo.

Et d’ajouter que les observateurs ont noté dans de nombreux bureaux les fiches citées systématiquement, signées et cachetées par le président et les assesseurs avant même que l’urne ne soit ouverte et que le comptage ne commence. « Cette signature anticipée des documents peut conduire à des  abus et à des fraudes », a-t-il précisé.

 

Il a aussi rappelé que certaines commissions locales n’avaient pas mis en place les conditions d’accueil des agents électoraux.

Par ailleurs, M. Kodjo a déclaré que de façon générale, l’élection s’est tenue dans la volonté souhaitée des autorités de la communauté internationale, qui continuent à s’engager en faveur de la paix et perpétuent son comportement responsable.

Nabila Ibrahim Sogoba

Source: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *