Présidentielle de février 2022 : Mamadou Igor Diarra, une chance pour l’URD et le Mali

Parmi les probables prétendants à l’investiture de l’URD pour la présidentielle de février 2022, Mamadou Igor Diarra semble être celui qui pourra amener le parti de la poignée des mains jusqu’à la victoire. L’ancien ministre d’ATT et d’IBK et banquier émérite et internationalement connu, a le profil idéal pour sortir le Mali de la crise multidimensionnelle aux conséquences dramatiques sur le peuple malien. Son parcours politico-administratif fait incontestablement de lui l’un des plus grands favoris à la présidentielle de février 2022. Si l’URD veut se donner toutes les chances de gagner la prochaine présidentielle, comme le chantent beaucoup de cadres et militants du parti, il doit choisir Mamadou Igor Diarra pour plusieurs raisons. D’abord, sa proximité idéologique avec Soumaila Cissé, son intégrité morale, son ingéniosité, sa compétence et son patriotisme. Le parti de Soumaila Cissé va-t-il faire fi des autres considérations pour faire de Mamadou Igor Diarra son porte-étendard pour la présidentielle prochaine ? Et si les autres probables candidats font l’économie de leurs ressources et énergie pour former un seul front autour de Mamadou Igor Diarra pour non seulement préserver l’unité et la cohésion, mais aussi avoir toutes les chances de gagner ?

 

Une élection présidentielle étant une rencontre entre un homme et son peuple, le parti ne vient qu’en renfort pour vulgariser le programme dudit candidat. Donc, la qualité du candidat détermine les chances du parti à gagner une élection Présidentielle. L’Union pour la République et la Démocratie, après le décès de son charismatique président-fondateur, l’honorable Soumaila Cissé, est à la recherche de cette denrée rare pour combler le grand vide laissé par lui. Mamadou Igor Diarra, à défaut de combler totalement ce vide, est aujourd’hui celui qui est à même de mener le bateau URD à bon port et avec lui les maliens seraient prêts à confier les rênes du pays au parti de Soumaila Cissé, en mémoire et en récompense aux immenses efforts fournis par lui. Pourquoi Igor alors même qu’il vient d’arriver au parti ? S’interrogent certains de ses détracteurs. La réponse à cette question est non seulement les multiples défis qui assaillent le Mali actuellement et qui ont besoin d’un homme d’expérience comme Igor, mais aussi et surtout, le parcours élogieux de l’homme, qui pourrait être un bon produit que les électeurs pourraient aimer et voter.

Parlant des enjeux et des défis auxquels le Mali est confronté, pour les relever le pays a besoin d’un homme intègre, désintéressé, pétri de compétence et d’expérience et qui est capable de jeter les bases d’un développement harmonieux, à travers une bonne gouvernance et surtout une gestion rigoureuse des deniers publiques. Mamadou Igor Diarra répond a ces qualités énumérées plus haut. En effet, le Mali post-crise a besoin d’un homme capable de créer des richesses et de mettre le pays au travail. Mamadou Igor Diarra, de par son parcours, est celui qui répond à ce portrait-robot parmi les potentiels candidats de l’URD. Nous en avons pour preuve les différents postes qu’il a occupés, que ça soit à la banque ou aux différents départements ministériels.

A la Banque Internationale pour le Mali, BIM-SA, c’est grâce au patriotisme, au courage, au travail et à l’influence de Mamadou Igor Diarra que cette banque n’a pas été bradée aux Marocains. Il l’a bien géré et à la cession de cette banque après son redressement, l’Etat malien en a tiré le meilleur profit avec plus de 40 milliards de bénéfice, sous ATT. C’est cette manne financière qui a permis à l’Etat de réaliser de gigantesques chantiers comme les échangeurs multiples en face de la cité administrative. Ce montant a permis également de réaliser l’initiative riz avec le leadership du Premier Ministre Modibo Sidibé, à hauteur de plus de 12 milliards. D’autres chantiers comme la route Fana-Diola ont pu être réalisés. Après une mission bien accomplie, il fut nommé Ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau. Mamadou Igor Diarra à ce stratégique poste pour le Mali, s’est attaqué aux deux cruciaux et vitaux problèmes d’eau et d’électricité. Il a pu réduire au maximum les coupures intempestives de courant et d’eau et a permis la réalisation de la plus grande station de pompage d’eau de Kabala. Pour rappel, c’est grâce à Mamadou Igor Diarra que le financement a été acquis et les travaux avaient même débuté avant son départ à la tête de ce ministère. Autres innovations importantes dans le secteur de l’eau, c’est la scission en deux entités de la structure chargée de la gestion de cette denrée précieuse qu’est l’eau. Pour plus d’efficacité et de diligence dans le traitement des dossiers, il a créé la SOMAGEP et la SOMAPEP. Quant à l’électricité, elle a été stabilisée avec le renforcement des capacités des turbines et le renouvellement de certaines machines vétustes.

A l’hôtel des Finances, où il a pris fonction après sa nomination comme Ministre, Mamadou Igor Diarra s’est mis au travail et il passe aujourd’hui pour être l’un des ministres des Finances les plus pragmatiques et rigoureux. Sans complaisance, mais avec détermination, les cadres étaient mis au travail et les recettes ont été parfois doublées, voire triplées, au point que les fonctionnaires percevaient leurs salaires, tous les 25 du mois. En posant la question aux commerçants, grossistes ou détaillants et aux agents du secteur privé, sur le nom du meilleur ministre des Finances, beaucoup diront Igor, car il a pu éponger la dette intérieure, dont le non-paiement entrainait une paralysie totale de l’économie. Avec Igor comme ministre des Finances, les ressources étaient bien gérées et certains chantiers étaient ouverts. Donc avoir une telle compétence ressource humaine comme candidat serait de l’aubaine pour n’importe quel parti politique. Le parti de Feu Soumaila Cissé ne doit pas se priver d’une telle expertise et expérience pour des querelles de clochers ou pour des intérêts sordides d’un groupuscule.

En somme, si l’URD veut gouter au pouvoir en 2022, après plus de 18 ans d’existence, il doit   choisir Mamadou Igor Diarra. En le faisant, le parti de Soumaila Cissé fera encore œuvre utile au Mali en donnant à ce vaillant peuple une chance de sortir de cette douloureuse crise qui a annihilé tous les efforts de développement, du vivre-ensemble, et est sur le point d’arriver à bout de l’unité et de l’intégrité territoriale.

Youssouf Sissoko

Source[email protected]

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.