Présidentielle de 2022 : Oumar Tatam Ly hissé au firmament par ses partisans

Le rendez-vous du scrutin présidentiel de 2022 s’approche à grand pas, à en juger du moins par le chronogramme de la transition ainsi que par les assurances de la CEDEAO sur la durée impartie aux autorités de Transition. S’y ajoutent également le règne d’une véritable atmosphère de pré-campagne créée par certains candidats potentiels de formation et de regroupement politique ainsi que les intentions de certaines hommes d’affaires et religieux à briguer la magistrature suprême.

 

Quoi qu’il en soit, la transition sera bouclée par la tenue d’une présidentielle. Et, à la différence des échéances précédentes, celle-ci s’annonce plus compliquée et complexe, au regard des nombreuses attentes populaires. Après la désillusion et la mésaventure du plébiscite accordé au président IBK, en 2013, la question de l’homme providentiel se pose avec beaucoup plus d’acuité et d’exigences mesurables au contexte ainsi qu’aux difficultés existentielles que traverse le Mali : crise sécuritaire, économique et sociale, crise de confiance entre gouvernants et gouvernés, etc.

En attendant le déclenchement des grandes manœuvres, des voix s’élèvent de plus en plus en faveur de potentiels candidats à cette herculéenne. Y figurent les adeptes de l’ex Premier ministre Tatam Ly. Jadis organisés en minuscules groupes d’incitation à sa candidature, notamment sur les réseaux, ils sont progressivement devenus contagieux et se sont élargis au point d’atteindre des milieux et sensibilités de plus en plus convaincus de la capacité de l’ancien ministre à sortir notre pays de l’impasse.

Technocrate, Oumar Tatam Ly, à leurs yeux, jouit aussi de la réputation d’homme d’intègre, travailleur et patriote convaincu. Toutes choses que son bref passage à la tête du gouvernement n’a point démenti, soutiennent ses adeptes.

C’est sous son magistère par ailleurs qu’ont été initiées les grandes réformes de l’ère IBK, notamment la réforme de l’administration avec l’instauration de l’appel à candidature pour accéder aux hautes fonctions de l’administration – une mesure critiquée en son temps par les politiques mais saluée par la population et les partenaires techniques et financiers du Mali, avant que son départ de la Primature n’entraîne l’abrogation dudit décret et le retour au règne de l’incompétence.

Au nombre des atouts et avantages comparatifs sur lesquels insistent les tenants de sa candidature figure une intégrité jugée à toute épreuve, de la Banque Mondiale à la BCEAO en passant par présidence de la République du Mali sous Alpha Oumar Konaré jusqu’à la Primature sous IBK.

Oumar Tatam Ly jouirait également d’une réputation d’homme de rigueur qu’il illustre à leurs yeux les circonstances de sa démission du poste de Premier ministre retracées dans ces passages ci-dessus : «Au regard des dysfonctionnements et insuffisances que j‘ai relevé dans la marche du gouvernement, qui réduisent grandement sa capacité à relever les défis, il m’est apparu nécessaire de lui imprégner et doter des compétences accrues lui permettant de mettre en œuvre les changements attendus par le peuple malien … En considération de ces vues différentes, qui ne me mettent pas dans une position de remplir ma mission, je vous présente ma lettre de démission »

Autre point qui semble attirer l’attention de ses partisans est son carnet d’adresse bien fourni. Toutes choses dont un locataire de Koulouba aura besoin pour redonner au Mali sa place dans le concert des nations. Reste à savoir si Oumar Tatam Ly est prêt à descendre dans l’arène pour la conquête des électeurs et par quels instruments politiques ?  Quoi qu’il en soit, il demeure pour l’heure dans l’imaginaire populaire l’un des prétendants sérieux à la réalisation du Mali-Koura tant réclamé par la population et prôné par les autorités de la Transition.

Amidou KEITA

Source : Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *