Préparatifs des prochaines élections communales et régionales : Les acteurs politiques dénoncent le cafouillage entretenu par le gouvernement

Les élections communales, régionales et du district de Bamako auront-t-elles lieu selon le calendrier précédemment annoncé pour le 25 octobre 2015? Des membres du gouvernement, sous couvert d’anonymat, ne le croient pas. Le président de la République et son ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Abdoulaye Idrissa Maïga, y croient dur comme fer et ne le cachent pas. Et ce, malgré les récriminations de l’écrasante majorité de la classe politique, des ex-rebelles et de la société civile. D’où le cafouillage consécutif à la clôture du dépôt des candidatures au niveau des structures de l’Etat, qui n’ont pas reçu instruction dans ce sens.

abdoulaye idrissa maiga ministre assainissement environnement eau rpm

La date de clôture du dépôt des listes de candidatures est fixée à demain jeudi 10 septembre 2015. Au sein du microcosme politique, c’est la course effrénée de différents états-majors vers l’établissement de ces listes de prétendants aux sièges de conseillers communaux, de conseillers régionaux et autres maires et présidents de conseils régionaux. La récente intervention à Ségou du ministre Abdoulaye Idrissa Maïga rejetant l’hypothèse d’un autre report de ces élections semble avoir poussé la plupart des formations politiques à croire que le pouvoir veut les prendre de vitesse.

Pour certains partis politiques, “avec le régime IBK, il faut parer à toute éventualité. Visiblement, les conditions de la tenue de ces élections sont loin d’être remplies. Mais il ne faut pas se faire surprendre…”.

Etat défaillant

Selon certaines sources, le député Amadou Cissé de Tenenkou a empilé des dossiers de candidatures pour les déposer hier à la préfecture. Il n’a fait que constater que l’administration ne fonctionne pas, le préfet du cercle de Tenenkou est à Bamako, du fait de l’insécurité dans la zone. Idem pour les préfets de Goundam, Youwarou, Douentza, etc qui sont presque tous à Bamako, jurant qu’ils ne reprendront pas leurs services tant que les conditions de sécurité optimales ne leur seront pas assurées.

Dans le même sens, un député RPM élu dans la région de Sikasso, membre influent d’une Commission de l’Hémicycle, assurait hier que même les services du Trésor disent clairement qu’ils n’ont reçu aucune instruction (de qui de droit) pour recevoir le paiement des cautions des candidats. Alors que pour les élections précédentes, des équipes spéciales étaient mises en place dans les paieries du Trésor pour collecter ces cautions des candidats. “Il ne sert à rien de tenir des élections juste pour les tenir quand l’Etat même est défaillant à divers endroits du territoire… “, a-t-il déclaré.

Cafouillage

Tout semble donc mis en œuvre pour créer un cafouillage autour de ces élections et qui pousse certains partis à aller vers le boycott pour une mauvaise organisation de ces scrutins cruciaux.  Sinon, comment comprendre que par de récentes correspondances, les partis politiques de la majorité, suivis du groupe parlementaire RPM ont, tour à tour, saisi le Premier ministre, chef du gouvernement sur “ la nécessité de reporter les élections “. Et certains leaders politiques de questionner : “Comment tenir des élections régionales de façon séquentielle dans différents cercles ? C’est une confusion bien entretenue pour l’on ne sait quel dessein… “

Rappelons que le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation annonçait, lors de sa récente rencontre avec la classe politique, qu’il  n’est pas du tout souhaitable que le Mali s’inscrive dans les reports répétitifs de ces élections de proximité. ” Cela n’est pas bon pour l’image même de la démocratie malienne… La loi permet d’aller à des élections là où les conditions de leur tenue sont remplies, quitte à les tenir dans les localités menacées par l’insécurité un peu plus tard “, expliquait à cette occasion le Secrétaire général du ministère, Ibrahima Hamma.

Et le ministre de seriner : “Nous souhaitons vivement tenir le plus rapidement ces élections “. Faut-il alors les tenir à tout prix au point de frustrer même ses alliés politiques ? L’avenir proche nous le dira.

Bruno D SEGBEDJI

 

Source: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *