Politique : Oumar Ibrahim Touré et Racine Thiam, toujours dans l’attente…

Depuis son accession au pouvoir en juillet 2013, le président Ibrahim Boubacar Keïta s’est inscrit dans la logique de récompenser tous ceux qui lui avaient apporté concours et soutiens, en oubliant certains dont les patrons de l’APR et du CAP.

racine thiam Orange mali convergence action peuple

Pour rappel, lors de la première conférence de presse du président Ibrahim Boubacar Keïta, qu’il a tenue juste après son sacre électoral proclamé par la Cour constitutionnelle, dans l’euphorie, il a eu à tenir des propos rassurants tendant à rompre avec les vielles pratiques. L’attention de beaucoup de Maliens s’est cristallisée sur ceux-ci : «Mon pouvoir ne sera pas un gâteau à partager».

À seulement deux ans d’exercice du pouvoir, on observe un décalage flagrant entre ce discours et sa mise en œuvre, comme pour dire qu’une chose est de conquérir le pouvoir et sa gestion en est une autre. Après la réhabilitation et le recasement de sa famille politique, plus d’un ont été effarés de voir certaines têtes propulsées au plus haut sommet de l’Etat. Des personnes qui n’ont visiblement répondu à aucun critère objectif, sauf avoir trahi les siens dans l’entre-deux tours de la présidentielle pour rejoindre tranquillement le camp dont tout le monde pouvait parier sur la victoire. Et le candidat IBK a bénéficié ainsi des ralliements spectaculaires, souvent contre-nature ; certains l’ont même fait contre l’avis de leur parti. C’est pourquoi le président IBK ne manque pas d’occasion pour rappeler qu’il ne doit sa victoire à aucun groupuscule politique.

En effet, parmi les candidats qui se sont ralliés à IBK au second tour, tous ont eu une promotion. Si certains de ces arrivistes ont été bombardés ministres ou Premier ministre, d’autres ont eu des promotions inattendues. Et c’est justement en constatant le comportement de certains hommes politiques que le citoyen n’accorde pas de crédit à la chose politique. La politique est alors perçue pour certains comme un métier ou un ascenseur au détriment de la population.

Si certaines nominations n’ont aucune explication politique, d’autres, si elles sont opérées, peuvent avoir l’assentiment populaire. Celle d’Oumar Ibrahim Touré du parti APR, qui a un vieux contentieux politique avec Soumaïla Cissé considéré comme le dauphin du président de la République.

Le jeune Racine Thiam alias «Le Capable», qui n’a pas encore un grand vécu politique, est un sang neuf. Malgré sa position, il est beaucoup plus présent quand il s’agit de soutenir les actions du président IBK.

La Rédaction

 

Source: Le Débat

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.