Politique nationale : ce que cache, toute l’aigreur de Tiébilé Dramé, contre le régime IBK.

La grande imposture du bélier malheureux, récemment traité de « petit monsieur », est d’une bien triste notoriété. Tiébilé Dramé qui faisait indubitablement partie de ceux qui avaient presque tout tenté pour empêcher l’accession d’Ibrahim Boubacar Kéita à la magistrature suprême, n’a jusque-là, jamais pu digérer le choix historique et ô combien sacré, des maliens, en faveur de celui-ci, d’où la multiplication désespérée, d’artifices aussi grotesques qu’inopérants, propres à nuire à la marche du régime en place. Toute chose qui cache mal, son aigreur et sa soif haletante pour le Pouvoir.

Tiébilé Dramé bélier blanc parena

Foncièrement animé par des ambitions démesurées, des reflexes viscéralement égoïstes, le président du PARENA, comme à l’accoutumée, ne sait véritablement que jeter des peaux de banane sur le chemin de ses adversaires et créer des conditions d’une agitation politicienne artistiquement bien orchestrée, mais résolument incapable de formuler, plutôt, des propositions claires, avec, ne serait-ce qu’un atome de sincérité, au profit de la nation. Le désaveu tenace et quasi-irrémédiable des maliens vis-à-vis d’un « imposteur » d’une autre galaxie, enlève toute crédibilité à ses projets politiques. A la veille des élections présidentielles dernières, si sa belle et inévitable déculottée, due à sa profonde impopularité auprès de l’électorat national, était l’une des causes réelles de son brusque retrait de la course, la brillante victoire en perspective, d’un Ibrahim Boubacar Kéita, allait certainement causer à l’ex-Ministre des zones arides et semi-arides, l’une des plus terribles douleurs de sa carrière politique. Le report de la date des élections, par Tiébilé Dramé et ses “ouailles”, notamment, Djiguiba Kéita dit PPR, avec comme justificatif majeur, une prétendue non-distribution effective des cartes d’électeurs, et dont ils ne cessaient, à l’époque, de crier haut et fort sur presque toutes les antennes, n’était autre qu’une manœuvre de plus, visant, non seulement, à éterniser le processus de transition et profiter, au maximum, de l’extrême fragilité du pays, mais également, parvenir à tout, afin qu’aucun adversaire politique ne réussisse à renverser la donne, à l’issue d’un vrai scrutin, et les mettre, une bonne fois, “sous le soleil”. Ce à quoi, ils n’ont cependant point échappé, malgré leur souhait malveillant de ne jamais voir ce pays retrouver, un jour, sa stabilité, au bénéfice d’un peuple qu’ils n’ont su que traîner vers les pires formes d’humiliations. Voilà, en substance, pourquoi l’Opposant Dramé n’a cessé, jusque-là, d’œuvrer en faveur d’une vaste campagne de dénigrement, une politique de diabolisation contre le Pouvoir IBK. Ce régime-là même, dont Tiébilé Dramé semble énergiquement décidé à saboter le moindre succès et, en même temps, parvenir à mystifier la moindre dérive. Par ailleurs, la légitimité historiquement conférée par le peuple malien, au Pouvoir d’Ibrahim Boubacar Kéita et qui en constitue le socle inaltérable, semble plutôt devenue pour le président du PARENA, une cible à abattre (d’où l’origine première de sa grande frustration) et non, l’acquisition du bien-être pour tous comme il aime, chaque fois, à le prétendre avec une hypocrisie dont il est seul à en avoir l’art. Les nombreuses conférences, incessamment organisées par le parti du bélier blanc, n’ont fondamentalement eu pour visée que d’envenimer l’opinion publique et attiser le feu de l’instabilité sociopolitique dans le pays et non, contribuer à une réelle évolution du débat démocratique au Mali. Champion en critique mais nul en proposition de sortie de crise.

En d’autres termes, Tiébilé Dramé et ses partisans ne deviennent particulièrement virulents que dès qu’il s’agisse de critiquer le Pouvoir, mais point, lorsqu’il est franchement question de l’aider à surmonter ses difficultés, en y apportant un vrai plan de sortie de crise. Comment faire prospérer la nation avec, quasiment, les mêmes méthodes d’un cynisme sans nom, et qui fussent la cause même de sa chute ? Comment pourrait-on véritablement compter sur des acteurs politiques, n’ayant pu jamais rien apporter de louable à ce peuple, ceux-là mêmes qui l’ont impitoyablement condamné à vivre les pires cauchemars de sa vie de nation ? Tiébilé Dramé devrait donc cesser d’insulter l’intelligence collective en mettant fin à des jeux ridicules et insipides qui frisent l’aigreur et la mauvaise foi, au sens strict du terme, car, les maliens ont assez vite grandi.

Dougoufana Kéita

 Source: La Sirene

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *