Politique : Fissures au sein de l’opposition

Depuis quelque temps, la cohésion au sein des partis l’opposition connait de gros nuages. L’une des raisons ? Le « rapprochement » entre certains membres de l’opposition et la majorité présidentielle, après l’attentat de Gao.

soumaïla cisse chef opposition urd bokary treta rpm tiebile drame parena soumeylou boubeye maiga majorite presidentielle cmp

En effet, à la suite de cet événement douloureux, les deux regroupements ont conjointement organisé à Bamako un sit-in. Mais, certains leaders de l’opposition ont boudé cette manifestation qu’ils ont qualifiée de « folklorique ».  Dès lors, des grincements de dents émanent au sein de l’opposition. Malgré tout, une visite commune (majorité-opposition) aux blessés, a suivi le sit-in. Et pour clore « l’idylle » les deux parties ont dépêché ensemble une délégation à Gao.

Cette visite semble être la goutte d’eau de trop. En effet, des leaders de l’opposition pointent du doigt certains de leurs camarades. Ceux-ci sont accusés de chercher à se rapprocher de la majorité dans le seul but d’avoir des postes au moment où des bruits courent au sujet  d’un remaniement ministériel.

Conséquence ? L’unité au sein de l’opposition est en train de prendre  un sérieux coup. Et les prochains jours risquent d’édifier l’opinion sur les soupçons et accusations qui pleuvent actuellement au sein de ce regroupement.

 

Gouvernement :

L’appareil de Modibo Keïta se bloque

Où va donc le Mali ? De quoi demain sera-t-il fait ? Ce sont là deux questions majeures qui sont sur toutes les lèvres. Et pour cause, le pays est carrément arrêté à cause de l’incompétence du gouvernement actuel dirigé par Modibo Keïta. S’y ajoute que depuis des mois, l’organisation du sommet Afrique-France, tenu à Bamako le 14 janvier dernier, était la seule préoccupation du gouvernement. Ensuite, les rumeurs de remaniement ministériel ont installé la paralysie au sein de cet appareil qui, du reste, n’a jamais fonctionné.

En effet, le premier ministre, croulant sous le poids de l’âge, n’a jamais su relever les défis d’un Mali qui sombre et qui n’arrive pas à se stabiliser. Aujourd’hui, l’insécurité gagne les grandes villes, le front social est en ébullition avec des grèves… Bref, la situation du Mali est des plus incertaines.

Mais, ce gouvernement n’a visiblement aucune solution pour remédier à cette situation chaotique.

 

Sommet Afrique-France :

Un (autre) scandale sous IBK

Surfacturations à la pelle, marchés de gré à gré, magouilles, factures impayées… Ce sont, entre autres, là de gros soupçons qui pèsent  sur  l’organisation du sommet Afrique-France, tenu à Bamako le 14janvier dernier. De nombreuses personnes politiques et administratives et des hommes d’affaires (des prêtes noms) sont cités dans différents magouilles autour de cette rencontre.

Aujourd’hui il est impérieux que le régime en place fasse l’audit de l’organisation de ce sommet. Il  y va de la crédibilité d’un pouvoir qui a habitué les maliens aux  scandales (achats de l’avion présidentiel,  contrat d’équipements militaires)…

 

Front social :

Grogne des médecins

Décidément le gouvernement en place a du mal à gérer le front social. En effet, alors que la grève (illimitée) des magistrats se poursuit toujours malgré les différentes médiations. Le tour revient aux médecins qui ont décidé d’observer une grève les 2 et 3fevrier 2017. Par ce mouvement,  les « blouses blanches » entendent protester contre l’incarcération d’un médecin. Celui-ci aurait été arrêté pour complicité dans une affaire de droit commun.

Tractations politiques :

Les tisserants chez les béliers

Le mardi dernier, une délégation du Rassemblement pour le Mali (RPM), le parti présidentiel, a rencontré le parti pour la reconnaissance nationale (Parena), membre de l’opposition. La rencontre s’est tenue au siège du dernier cité. Les deux partis ont discuté de sujets relatifs à la vie de la nation et d’actualité, indique-t-on. 

Attentat de Gao :

Les Maliens des Etats-Unis condamnent

Dans un communiqué, La coordination des Mouvements pour la Paix, le Dialogue et la Réconciliation Nationale au Mali (la Diaspora malienne aux Etats-Unis) condamne avec la dernière rigueur l’attentat de Gao. Et préconise des mesures drastiques et en appelle à l’action de tous pour sauver le pays  En outre, La coordination demande l’ouverture d’une enquête immédiate et transparente afin de traduire le ou les auteurs et les complices de ce crime odieux. Enfin, elle encourage toutes les parties signataires à poursuivre le processus de paix de réconciliation et de la Réunification du Mali

La Rédaction

Source : L’ Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *