PDES : Toujours dans l’opposition !

La situation interne au sein du Parti pour le développement économique et de la solidarité, l’option du Pdes pour l’élection présidentielle de juillet prochain, le déroulement du dernier Congrès du part… sont là, les sujets abordés par le nouveau directoire du Pdes, lors d’une conférence le  samedi dernier. Occasion saisi par le parti de réaffirmer son ancrage à l’opposition et à demander au pouvoir de remettre l’ancien président ATT dans ses droits.

Le 2 ème  Congrès ordinaire du Pdes qui s’est tenu du 5 au 6 mai 2018 a abouti à la mise en place  d’un   bureau consensuel. Un  bureau composé de 65 membres dirigé  par  Djibril Tall. Aussi, les congressistes ont désigné Amadou Toumani Touré  comme parrain du Pdes et Mme Touré Lobo Traoré marraine.

Ces assises avaient adopté une résolution  demandant  à ce que Amadou Toumani Touré soit remis dans tous ses droits d’ancien chef de l’Etat. Ce qui n’est toujours pas le cas après son retour au pays en décembre 2017… Mais après la clôture officielle du congrès, un groupe de dissidents, moins de 10, organise alors une autre cérémonie de clôture et annonce que le parti soutient la candidature du président IBK. Ce qui  a provoqué  une levée de boucliers dans les rangs du parti.

Lors  de la conférence de presse,  le deuxième vice-président  du Pdes, Me Malicki Ibrahim, a évoqué le déroulement du dernier Congrès du parti. « Le congrès s’est bien passé. La preuve : un nouveau bureau consensuel a été mis en place. Tous les postes ont été pourvus à l’unanimité par la commission d’investiture sauf le  poste  du président, de secrétaire aux relations extérieures et de secrétaire général. Ces postes ont été pourvus après vote…», précise Me Ibrahim.

Concernant l’existence d’un bureau parallèle, Me Malicki Ibrahim a indiqué que le Comité directeur national du Pdes a décidé, conformément aux statuts et règlements du parti, de radier purement et simplement  les membres du bureau dudit bureau.

L’orientation du parti ? Me Malicki Ibrahim est  clair sans équivoque : « Jusqu’à preuve du contraire, le parti  reste dans l’opposition ». Pour la présidentielle de juillet, les héritiers politiques de l’ancien président Amadou Toumani Touré se prononceront par voix de communiqué, le 2 juin 2018, sur une candidature interne ou  d’un éventuel soutien à un candidat. Cette décision se fera  dans le strict respect des résolutions du Congrès, assurent  les responsables du Parti pour le développement économique et de la solidarité.

Mémé Sanogo

 

L’Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *