Paysage politique malien : La Convention pour l’Emergence du Mali- ‘’Faso Jo Ton’’ voit le jour

Lancé le 24 juillet passé à travers une conférence de presse tenue à son siège sis à l’Hippodrome, le tout nouveau parti, Convention pour l’Emergence du Mali- ‘’Faso Jo Ton’’ (CEM/FJT), arrive avec ses ambitions. Notamment celle de participer à toutes les élections prochaines. Cette conférence de lancement du CEM/FJT s’est tenues sous la présidence de M. Abdoul Kadri Bouaré, président du parti, avec à ses côtés, sa vice-présidente Mme Cissé Assoumao Barry, son secrétaire général, M. Yamadou Diallo et d’autres membres du bureau et en présence de plusieurs militants et sympathisants.

Crée le 25 juin dernier, le parti Convention pour l’Emergence du Mali-Faso Jo Ton en abrégé, CEM/FJT, selon son président Abdoul Kadri Bouaré,  est un jeune parti fondé par des hommes et femmes du Mali de tout bord, de toutes les régions du Mali et de la diaspora, sans distinction sociale ou ethnique. Qui ont décidé de mutualiser leurs efforts, leur savoir-faire ainsi que leurs compétences diversifiées en vue de contribuer à l’édification d’un Mali nouveau qui prône les valeurs suivantes : travail, honnêteté, humanisme, probité et intégrité morale, indépendance et laïcité.

Ce nouveau parti se donne comme objectifs, entre autres : construire un Etat de droit et laïc fondé sur des valeurs traditionnelles maliennes. Notamment, la solidarité, l’entraide, le travail, la tolérance et le respect de la diversité. Et de faire de la sécurité, la santé, l’éducation, l’alimentation, l’environnement, l’emploi, l’industrialisation et le désenclavement intérieur, des priorités nationales.

« Notre crédo demeure la refondation de notre Etat (perturbé par des décennies de crises cycliques et multidimensionnelles), par l’encrage et l’accélération du processus de décentralisation axé sur une responsabilisation accrue des masses populaires pour une démocratie réelle qui se veut participative et inclusive » a fait savoir M. Bouaré. Pour cette refondation de l’Etat, la CEM-FJT, aux dires de son président, entend axer sa gouvernance sur la citoyenneté active et entend mobiliser la jeunesse malienne dans toute sa diversité en se fondant sur notre Devise : « Un Peuple-un But-une Foi ».

En ce qui concerne la présence de ce tout nouveau parti politique aux prochaines élections, le président Abdoul Kadri Bouaré a rassuré les hommes de média qu’ils seront présents à toutes les prochaines élections sans exception. Pour ce faire, ils ont fait de leur priorité  l’implantation du parti à l’intérieur du pays et au niveau de la diaspora.

Répondant à la question de savoir si l’organe unique de gestion des élections est possible, la CEM/FJT à travers ses membres dira : « oui, l’organe unique de gestion des élections est possible parce que nous croyons à cette transition, nous croyons à ce que le Premier ministre a dit ».

Crée il y a seulement 1 mois, ce jeune parti à travers l’engagement de ses membres et militants entend mettre tout en œuvre pour la réussite de la transition. En créant ce parti politique, ils comptent contribuer à l’animation de la vie politique nationale. « C’est un jeune parti mais il est porté par des personnes expérimentées en politique » a précisé le président Bouaré.

Majoritairement composé de jeunes, le parti CEM/FJT, prône la promotion du genre et cela à travers l’implication, la participation et la mobilisation de l’expertise féminine (longtemps marginalisée) dans toutes ses politiques et stratégies pour un Mali émergent. Cela se traduit par l’occupation du poste de vice-présidence de ce parti par une femme du nom de Mme Cissé Assoumao Barry.

Au cours de cette première activité de ce nouveau parti politique les hommes de média ont été édifiés sur ses ambitions, la signification de son emblème,  sa devise et sa structuration. Il est prévu la tenue très prochaine des instances du parti, à savoir : les conférences de sous-section, de section, régionales, nationale et le congrès. Et sa participation effective à toutes les échéances électorales.

« Nous sommes un parti politique, nous allons nous battre pour avoir le pouvoir et exercer le pouvoir.» a conclu le secrétaire général de la CEM/FJT, M. Yamadou Diallo.

Par Maïmouna Sidibé

Source: LE SURSAUT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.