Partis : LES JEUNES LEADERS AIGUISENT LEUR SENS POLITIQUE

Le lancement du Projet d’appui à la participation des jeunes à la vie politique en République du Mali a eu lieu le 17 octobre dernier à l’occasion d’une conférence qui avait comme thème : «  La place des jeunes leaders politiques dans l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger ». Ses activités ont effectivement démarré hier par un atelier de formation des jeunes leaders des partis politiques.
La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le représentant du gouverneur du district de Bamako, Bagna Mahamoudou Djitèye. C’était en présence du directeur pays de l’Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique (EISA), Justin Doua Goré, du président du Réseau des jeunes des partis politiques du Mali (RJPPM), Bengaly Guindo, de la présidente du cadre de concertation des femmes des partis politiques (CCFP), Mme Maïga Oumou Dembélé, et de nombre d’invités.

parti classe politique drapeau malien vert jaune rougeFinancé par le Département fédéral des affaires étrangères de Suisse (DFAE-Suisse) et mis en œuvre par EISA-Mali, ce projet répond à deux interrogations : comment amener les jeunes à s’investir dans la construction de la cité et à partager avec d’autres les valeurs porteuses de sens ? Comment impliquer davantage les jeunes à la vie démocratique ? Le projet entend donc renforcer les capacités des jeunes des partis politiques en leadership politique et en communication politique, afin de leur permettre à la fois de se former, de s’informer et d’être capable de mieux formuler leurs besoins et propositions et surtout de participer à la vie de leurs partis politiques et de la nation.
Le présent atelier qui est le premier d’une série de 10, vise surtout à outiller les jeunes en connaissances et stratégies politiques dans la perspective d’améliorer leurs compétences et les préparer à devenir les élites de demain. La rencontre se propose aussi d’identifier les obstacles qui empêchent les jeunes de participer pleinement à la vie politique ainsi qu’au processus politique.
A l’issue des deux jours de travaux, les participants auront amassé des arguments en faveur de la participation des jeunes en politique et pourront justifier la nécessité d’augmenter le nombre des jeunes au niveau de la prise de décision. La session permettra aussi aux jeunes d’approfondir la réflexion sur le sens de leur engagement politique, leur motivation et les valeurs qu’ils défendent. A cet effet, a expliqué Justin Doua Goré, EISA entend initier 3 ateliers de 2 jours à Bamako et un atelier de 2 jours à Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao et Tombouctou.
Au total, 500 jeunes leaders politiques bénéficieront du projet. Selon le responsable d’EISA dans notre pays, les actions de son organisation en faveur des jeunes se situent toujours dans la logique de cette pensée : «  Si tu veux des résultats dans l’année, sème les graines. Si tu veux des résultats pendant dix ans, plante un arbre. Si tu veux des résultats pendant la vie, développe les hommes ».
Pour la présidente du CCFP, le thème du projet cadre bien avec l’actualité politique dans notre pays. En effet, le sujet interpelle plus d’un en vue d’une véritable participation des jeunes et de leur intéressement afin de garantir la relève mais aussi assurer l’ancrage de notre démocratie. Mme Maïga Oumou Dembélé a présenté les jeunes et les femmes comme le moteur des partis politiques. Par conséquent, il importe de jouer à fond la carte de leur implication politique mais au-delà, de veiller qu’une place de choix leur soit réservée tant au sein des bureaux politiques que pendant l’élaboration des listes de candidatures.
Cette initiative de EISA, a souligné le président du RJPPM, constitue une action salutaire qui mérite un encouragement soutenu d’autant plus que ceux-ci représentent les principaux acteurs du jeu démocratique. Il a, de ce fait, remercié EISA pour son appui constant à l’endroit des jeunes des partis politiques et sa volonté de maintenir un espace de dialogue politique.
Le représentant du gouverneur a salué l’organisation d’un tel atelier pour la raison simple que la participation effective des jeunes à la vie politique est une préoccupation dans notre pays. En effet, la jeunesse par son poids démographique représente un potentiel humain considérable et un véritable levier de développement de la nation. De ce fait, a soutenu Bagna Mahamoudou Djitèye, aucun projet ne peut aboutir à des résultats positifs et durables s’il fait fi de la composante jeunesse.

M. A. TRAORE

source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.