OUMAR MARIKO ET MOHAMED ALI BATHILY À MARAKAKOUNGO Incitation à la violence ou diagnostic d’une Etat en déliquescence ?

Ils sont de la mouvance présidentielle. Il s’agit du député Oumar Mariko (SADI) et du Ministre Bathily. Le discours qu’ils ont prononcé à Marakakoungo au début du mois d’avril et face à des populations présumées victimes d’expropriation, est tout simplement  digne d’opposant au régime en place. Alors, ou les deux visiteurs ont fait de l’incitation à la violence puisque n’ayant plus de solution à proposer face à la spéculation foncière, ou ils se sont délibérément adonnés au diagnostic d’un Etat en déliquescence. Lisez plutôt !

 Mohamed Ali Bathily ministre domaine etat affaires fonciere justice interview  

Oumar Mariko:

«Nous avons enterré 213 corps en Mars 1991»

«Les difficultés évoquées par la troupe théâtrale à propos du foncier résument tout. Tout a été dit. J’ai cependant des observations à faire. En venant ici, on ne m’a parlé que du foncier, seulement du foncier. Rien que le foncier. Puisque toutes les autres  sources de revenus du pays ont été dilapidées, il ne reste donc plus que le foncier. Et les hommes politiques aujourd’hui aux affaires savent désormais que la terre et les ressources minières constituent la véritable richesse. C’est ce qu’ils convoitent maintenant et ont même exproprié les populations. Mais si les populations en question restent passives, elles subiront.

Il s’agit de trois choses ici évoquées. La première, c’est que le ministre [Bathily] serait en train de concocter une mesure réglementaire afin d’apaiser la situation. Vous-mêmes avez évoqué ici de nombreuses dispositions législatives. Malgré tout, les manœuvres  continuent.  Vous avez aussi parlé du cas des gouverneurs ainsi que la limitation des attributions à seulement 10 hectares. Je viens de dire au Ministre [Bathily] que j’ignorais totalement l’existence de cette disposition. L’on constate, en tout cas, que les gouverneurs octroient les parcelles jusqu’à 50 hectares.

Et pourtant, nos juristes nous enseignent que le droit coutumier prime sur les lois ordinaires ce, conformément aux traités internationaux que nous avons ratifiés.

Mais il s’avère qu’on en arrive à emprisonner même les chefs de villages pour avoir tout simplement défendu leur droit coutumier. C’est la pire des dénégations et violations de la loi. Toute chose qui nous impose cette réflexion : qu’on se lève tous pour défendre nos droits et combattre les fauteurs de trouble…

Voyez-vous ? Les gens sont emprisonnés non pour avoir volé ou violé, mais plutôt pour avoir défendu leurs droits légitimes. Défendre ses droits n’est pas une honte, c’est plutôt un acte de dignité…

La troupe théâtrale a oublié un détail dans sa pièce. Il s’agit des agences immobilières qui perçoivent de l’argent, en distribuent avec les maires et autres. Et vous, que recevez-vous en contrepartie ? Ce sont ceux-là qui ont volé et amassé d’immenses fortunes qui, munis de sel, d’arôme, de lait, de café, avec des balanis, tam-tams, et  ballons de foot pour amuser les jeunes…, c’est la part qu’ils vous réservent ainsi.  Ils ont amassé des fortunes et vous incitent ensuite à voter pour eux.

Vous n’aimez pas vos enfants retranchés à la maison qui se préoccupent pourtant de vous, de votre santé, de votre bien  être… Vous préférez par contre ceux-là qui viennent de Bamako avec leurs fortunes acquises dans des conditions troubles. Vous faites d’eux  des conseillers, maires et députés. Tous nos problèmes viennent de là, de l’aspect politique de la chose. 

Bathily (le Ministre) a beau s’agiter, s’il n’est pas soutenu, s’il n’a pas de monde derrière lui, il n’obtiendra aucun résultat. Et pour cause. Une seule personne ne saurait apporter la solution.

Vous dites : allons voir Oumar Mariko, allons à la Radio Kayira ». Mais lorsque ceux-ci viennent et vous proposent leur candidat, vous refusez de le choisir au motif qu’il n’est pas riche. Alors puisque vous refusez les battants de la trempe de Bathily, Oumar Mariko, vos, combats seront donc vains. Vous ne parviendrez à aucun résultat. Qu’est-ce qui vous empêche de le faire ? C’est votre avidité !  L’homme avide est prêt à tout pour assouvir ses désirs. Si nous renonçons à notre dignité, nous perdrons tout.   C’est dire que la solution au problème réside dans vos mains à vous.

Ceux-là que vous respectez, conduisant des  véhicules de luxe, dans leurs grands boubous brodés… Et vous méprisez les véritables acteurs de la chose.

L’un des bienfaits de la démocratie, c’est qu’elle nous autorise à nous associer et à partager nos visions. Personne ne peut nous l’empêcher. Cependant, si vous pensez que c’est l’argent qui devrait nous unir, son absence nous divisera forcement.

Je vous remercie pour la confiance que vous nous avez placé à nous, à mon grand frère le Ministre. Lui et moi ne sommes pas toujours d’accord sur tout. C’est aussi cela la démocratie. Il faudra le comprendre. La contradiction fait partie du débat démocratique. Quitte à vous de faire la part des choses. Vous les véritables acteurs…

J’ai toujours dit que les difficultés du  Mali se résument à trois villes du pays: Kéniéba, Koutiala et Kidal. Il n’y a plus de terre à Keniéba. Les pauvres n’ont, en effet, plus accès à la terre à cause de l’exploitation minière… Les populations y sont expropriées en présence des juges munis de bâtons et derrière lesquels se cachent les riches. Sans justice, point de démocratie ! Kéniéba regorge de neuf (09) mines. Mais la pauvreté y sévit quand-même ! Plus de terres cultivables ! Si l’on parvenait à résoudre cette équation, nous serions parvenus à régler l’un des plus graves problèmes du pays.

C’est pareil à Koutiala ! Tout le monde le sait ! Toutes les usines en place sont en train de fermer parce que la culture du coton n’y est plus rentable. Ce, pour des raisons multiples et au détriment des paysans.

Quant à Kidal, elle est le symbole de notre souveraineté…

Nous devons donc réfléchir ensemble et surtout éviter chacun de se muer en farouche intrépide.  Nous avons à faire à des gens sans scrupule.

Des promoteurs d’agences immobilières siègent à l’heure actuelle à l’Assemblée Nationale. Ils ont des agences immobilières ! Ils sont fortunés et c’est avec cette richesse qu’ils vous tiennent. Ils roulent ensemble entre eux ministres, gouverneurs, maires et députés. Ils constituent une famille. Une famille ! Vous avez pris la chose en mal lorsque mon frère [ATT] a dit que le sort de tout un chacun dépend de sa mère (bè-bi Ba bolo). Et cela est bien vrai. Alors, que les enfants d’une même mère évoluent ensemble ! Mais la mère ici, c’est l’ambition et la vision communes. C’est l’union qui fait la force.

Je m’arrête là et vous remercie. Je salue Monsieur et madame Bathily ainsi que tous les membres de son cabinet… Je n’oublie pas les organisateurs de cette rencontre…  N’ayez peur de rien !  Ce sont vos enfants qui se sont battus pour l’avènement de la démocratie au Mali. Nous avons enterré 213 corps pour ce faire en Mars 1991. Alors, qu’un billet de 5.000 F CFA ne vous affole point ! Je vous en conjure, ne vous laissez pas tenter par un billet de 5.000 F CFA [Applaudissements].

Le Ministre Mohamed Ali Bathily :

«N’ayez pas peur de défendre la vérité ! N’ayez pas peur de la prison ! Ceux qui sont morts le 26 mars 1991 sont morts en défendant la vérité »

Bissimilaye Rahamani Rahimi

«Je vous salue tous…  Je vous suis très reconnaissant de l’accueil que vous m’aviez réservé (…)

Les problèmes soulevés ici sont les mêmes partout au Mali. Il ne s’agit donc pas de vous seulement. Il ne se passe pas une semaine sans plainte des populations à propos de la spéculation foncière. Le problème est dû au mauvais traitement des dossiers par l’administration. Ce sont ces mêmes agents et cadres de l’administration chargés de la gestion des affaires publiques qui sont aujourd’hui concernés. Les choses ne se passent plus comme auparavant. Les coupables, ce sont aussi les chefs coutumiers comme vous l’avez si bien dit.

Et lorsque nous, à notre tour, nous nous décidons d’agir, les promoteurs d’agences immobilières nous rappellent ceci : «mais. Monsieur le ministre, ce sont les villageois eux-mêmes qui nous sollicitent pour acheter leurs terres ? Ceux-là que vous voudrez aider sont ceux qui nous les vendent justement».

Ils me disent en effet cela en rapport avec les actes que je pose. Comme pour dire que je les accuse à tort et que les véritables coupables sont les propriétaires terriens eux-mêmes, c’est-à-dire vous !

Autre chose : les gens se sont quelque peu oubliés eux-mêmes et se sont laissé aller. Jadis, une personne était largement comblée lorsqu’on lui disait qu’il avait de la dignité, de la noblesse et du scrupule ? Mais aujourd’hui, les temps ont changé. Les gens ont peu de considération pour ces vertus. Il faut cependant que les Maliens soient dignes et fiers, des âmes bien nées (Yèrè-Wolo) dans leurs faits et gestes. Ce n’est pas la lignée ou le comportement du père ou de la mère qui font la dignité d’un homme. C’est son propre comportement.

Si nous sommes dignes et fiers, tout le monde nous prendra au sérieux et on nous respectera. Sinon…  Sans dignité, nous resterons éternellement avides et à la merci de tous.

Tout ce qui a été dit à propos du foncier est déjà connu. Lorsque j’étais au ministère de la justice, je me suis rendu compte que 80% des litiges étaient d’ordre foncier. Et selon les statistiques au Mali, 70% de la population représentent les éleveurs, agriculteurs, pêcheurs, des métiers qui sont en rapport direct avec la terre, le foncier. Ce qui cependant étrange, c’est que moins seulement de 4% des titres fonciers existant au Mali  appartiennent aux véritables exploitants de la terre. Jusqu’à 90% sont détenus par les commerçants et les agences immobilières. Ce qui revient à dire qu’à partir de l’instant où l’attribution des terres est assujettie à la paperasserie administrative, toute la communauté est alors menacée d’expropriation. Et le paysan, de chômage.

Il y a seulement quelques jours, deux députés ont exproprié des populations à hauteur de 120 hectares. Lesdits députés siègent à l’Hémicycle. Avec le document acquis, ils sont allés à la banque en vue d’obtenir un prêt de 17 milliards. Et ils se sont rendus dans mon département pour valider la transaction. Voyez-vous ? 17 milliards contre 120 Hectares ! Et si c’est à vous paysans, que l’on  donnait ce montant, n’est-ce pas que vous aurez de quoi travaillez, faire travailler vos enfants, creuser des forages et exécuter de grands projets sur les douze mois de l’année?  Mais à vous, on ne remettra jamais cette manne financière ! Si l’on demande aux autorités d’établir des titres fonciers en faveur des paysans, elles vous prendront pour un fou.

C’est aussi le problème des maires. Personnellement, je ne pense pas qu’il n’y a pas plus de 3 bons maires sur 100 au Mali. Cependant, c’est vous-mêmes qui les choisissez. Et les députés que vous élisez sont très peu visibles lorsque vous avez des problèmes avec les spéculateurs.

On a tout dit à propos du problème foncier… Et certains pensent que c’est une minorité de responsables zélés comme Bathily qui en font leurs affaires personnelles. Que disent-ils ? Que  «Bathily nous agace, il nous mène la vie dure ; on ne veut plus de lui… IBK, fait attention, Bathily te créera des ennuis; Attention, avec Bathily le Mali va s’effondrer». Soyons sérieux ! Si la corruption n’a pas effondré le pays, comment la vérité y parviendra? Si le vol, le mensonge, le brigandage ne sont parvenus à effondrer un pays, comment la vérité parviendra-t-elle à faire ?

Dieu dit qu’il est l’Unique, que la vérité est Une et une et que c’est Lui Dieu qui incarne la vérité. Dieu est la vérité et la Vérité est Allah ! Alors confions-nous à Dieu et nous n’aurons à craindre personne. Si nous restons dignes, nous ne craindrons personne. Si tu défends la terre de ton père, tu n’as rien à craindre…

Les gens qui créent des titres sur vos terres ne viennent pas de vos terroirs. Et lorsque vous vous déciderez un jour de convoiter leurs terres à eux parce que n’ayant pas de papiers, ils utiliseront leurs milliards pour vous combattre et diront que ces terres en question leur appartiennent bien avant que le Mali ne soit baptisé. Mais ils viennent s’accaparer des vôtres tout simplement parce qu’ils n’ont le moindre égard pour le pays tout entier, ses lois et ses autorités. Ils estiment que l’argent peut tout acheter, peut tout faire et peut étouffer la vérité. Mais attention, celui qui parvient tout le temps à tordre le cou à la loi se retournera un jour vers elle lorsqu’il sera un jour pris à partie par ceux-là que l’on appelle les pauvres. Ce jour, la loi ne pourra rien faire pour lui. Pareil scénario est arrivé dans certains pays. La guerre civile a éclaté dans de nombreux pays. Les terroristes, ça existe certes, mais reconnaissons que certains d’entre eux s’avèrent des victimes expiatoires  du système.

Si l’on ne se dit pas la vérité dans ce pays, il n’y aura point d’avancée. Oui à la démocratie, mais pour quels buts et objectifs ? Nous sommes pour la vérité, mais pas pour le mensonge des uns contre la vérité des autres. Cela ne peut continuer.

L’on dira peut être qu’un ministre ne doit pas de tenir de tels propos. Je leur répondrai que le Ministre en question est aussi un Malien. Que ceux qui se sont enrichis s’occupent de leurs affaires. Moi je m’occupe des miennes qui consistent à faire de ce pays un havre de paix. S’ils n’ont pas peur de s’exprimer, moi n’ont plus. Alors que chacun défende ses idées.

Tous les spéculateurs sont ensemble dans la même barque. De l’indicateur de la parcelle en passant par le maire, le commandant… Et en cas de pépin, c’est à la Gendarmerie puis à la justice que se rendent les protagonistes. Tous, sont impliqués, tout le monde obtient sa part dans la vente de vos terres. Les Blancs appellent ces gens «des humanoïdes». Ils nous ressemblent mais ils ne sont pas humains. Ils ont une pierre à la place du cœur.

Je vous dis une chose : la légitime défense est inscrite dans nos lois et ce n’est pas moi Bathily qui l’a écrite. La loi permet au citoyen de se défendre après avoir épuisé tous les moyens de recours légaux. C’est la légitime défense ! La loi n’autorise personne à se prévaloir de son titre (maire, gendarme, juges) pour poser des actes d’injustice. La loi ne l’autorise pas. Elle autorise cependant le peuple à se défendre contre l’arbitraire. Ce n’est pas un secret. C’est bien écrit dans les textes. Vous pouvez en faire usage.

J’ai appris qu’ils ont installé des bornes dans vos champs. Vous avez le droit d’interpeller le maire qui procède à l’attribution de vos terres. Un maire ne possède pas de terres à conditions que l’Etat le lui-en octroie avec des documents à l’appui. Alors, s’il morcelle vos terres, interpellez-le et s’il s’arroge le droit avec de faux documents, poursuivez-le devant les tribunaux. Il risquera 5 à 25 ans d’emprisonnement pour faux et usage de faux. Les juges, les gendarmes et les maires savent de quoi il s’agit. Ils ont connaissance de l’existence de ces lois. 

Mais au lieu de soutenir la vérité, ils tentent plutôt d’intimider les victimes en les menaçant d’emprisonnement. Si cela arrive, la loi vous autorise à soutenir cette victime. Vous avez vu qu’en France, pour la cause d’un seul citoyen, toute la population se mobilise. Certains parcourent des centaines de kilomètres de distance pour se rendre sur place aux côtés de la victime et pour dire qu’ils ne sont pas d’accord.

Quand ils viennent arrêter un d’entre vous et que les autres disent s’en remettre à Dieu, alors ça ne finira jamais. Dieu existe, oui, mais vous avez bien le droit d’agir. Dieu aide celui qui s’aide lui-même.

Bathily seul ne peut résoudre vos problèmes. Il vous donne des pistes de solution. Qu’ils sachent que vous existez et que le Mali n’est pas leur propriété privée.

S’ils arrêtent une personne parmi vous, que toute la population se rende au chevet de celui-ci à la Gendarmerie et en y restant le temps qu’il faut. S’ils en finissent avec les hommes, que les femmes et les enfants viennent… Je le dis ! C’est comme cela que les Blancs que nous admirons tant sont parvenus à la solution. Et c’est ce qui les a permis de se faire respecter et admirer dans le monde. Ceux qui procèdent ainsi, sont parvenus à faire fuir leurs autorités le jour où ils se sont levés.

La loi vous autorise à défendre vos terres. Faites-en donc usage. Que toute la population se rende sur place et enlève les bornes plantées par le maire et on en parlera… Vous savez, ces gens n’aiment pas le bruit et la bagarre. Tenez: s’ils vous arrêtent tous, celui qui a donné ordre aura à craindre pour son avenir.  Mais si vous vous laissez  gagnés par la peur, ils auront le dessus sur vous.

Je vous le dis : la loi vous autorise à vous défendre. Ce sont les bornes qui constituent votre problème. S’ils plantent, arrachez-les ! S’ils creusent un puits, remblayez-le !

Ils diront-là que Bathily est en train de casser le pays. Non, il est en train de le construire, car ils n’arrêteront jamais tant qu’il n’aura pas de problème. Et c’est lorsqu’ils rencontreront des obstacles qu’ils renonceront. Si tu ne cries pas «au voleur», il n’arrêtera pas de voler.

Que ceux qui vendent le patrimoine foncier, arrêtent. C’est un héritage et ils doivent à leur tour le préserver.

N’ayez pas peur de défendre la vérité ! N’ayez pas peur de la prison ! Celui qui vous envoie en prison sur le mensonge est déjà dans la prison de Dieu. Je vous le dis : construisez la plus belle maison du monde sur le faux. Vos héritiers dilapideront votre héritage après votre disparition.

Levons-nous et faisons face à nos problèmes en toute vérité. Le maire est seul, nous, sommes nombreux. IBK l’a bien dit : «il est pour la vérité et la loi. Je ne suis pas au-dessus d’elle, ni ma femme, ni mes enfants. Si un violeur de la loi dit qu’il est le fils d’IBK, moi je dis non». Je connais bien IBK. Que celui qui doute de mes propos me suivent chez IBK répèterai la même chose face à IBK… Comment un seul individu peut-il violer la loi au détriment de la majorité ? C’est vous les coupables !

Ceux qui sont morts en 1991, l’ont été en défendant la vérité. L’âme appartient à Dieu, seulement à Dieu ! Il ne dit à personne qui sera mort demain… Si le noble et le digne est emprisonné sur du faux, il a toutes les raisons d’en être fiers. Acceptez la prison ou renoncer à vos terres! Il est temps que les Maliens se lèvent et disent non !

Tous les juges réunis au Mali ne dépassent pas 500 contre 17 millions d’habitants. Alors, dites-leur non ! Je ne parle de tous les juges, mais des petits juges. Vous avez peur de les dénoncer. Il y a moyen de dénoncer les gens qui s’adonnent à ces pratiques malsaines. Il ne s’agit pas d’aller pleurnicher dans le bureau d’un ministre, non ! D’ailleurs s’ils savent que vous êtes du genre pleurnichard, vous vous exposez davantage. Ils trouveront en vous un faible. Soyez-unis et forts et ils vous craindront.

Prenez les décisions de justice : il y est écrit «à l’audience publique» c’est-à-dire, devant le peuple. Alors pourquoi avoir peur de ce peuple qui se rend à l’audience ? Doutez-vous de vous-mêmes ? S’ils arrêtent  un d’entre vous sur du faux, présentez-vous tous devant eux ! Pas ceux d’un seul village, mais tous les villages environnants.

Evitez la peur, la paresse ayez confiance en Dieu… C’est Lui seul qui peut vous faire du mal. Personne d’autre. Il vous donnera la victoire si vous êtes dans le vrai. Il ne vous portera pas assistance tant que vous resterez assis. Vous pleurez en ce moment là où vos pères se sont battus.

S’ils arrêtent un d’entre vous, n’attendez pas qu’ils viennent vous chercher. Rendez-vous vous-mêmes.  Et lorsqu’ils verront la cour de la Gendarmerie remplie de monde, ils s’interrogeront. N’agressez point ! Ne vous armez point !

Lorsque vous portez plainte contre les spéculateurs, ce sont finalement vous qui serez arrêtés. Mais figurez-vous que même le Gouvernement a porté plainte contre des personnes qui n’ont jamais été interpellés. Ne pensez donc pas que le gouvernement est forcément dans le coup…

Quand IBK est venu aux affaires, il nous a fait part de ses préoccupations et nous a fait confiance. Nous n’avons pas le droit de le décevoir…

J’aurai bien aimé entendre des députés parler de la problématique du foncier au Mali, mais hélas, ils sont très peu nombreux !  J’ai entendu les Députés Oumar Mariko, Yacouba Traoré…

Certains (députés) disent que Bathily veut casser l’Assemblée. Qu’il en soit ainsi s’ils ne veulent et peuvent nous aider. Et qu’on ait la paix. Il est temps de se dire la vérité. Temps de vous lever si vous assis, temps de vous en sursaut si vous êtes couchés… Mo je ne suis pas un messager. Je suis venu me joindre à vous pour travailler. Rejoignez-moi pour faire ce travail.

Le patronat a récemment écrit une correspondance pour demander de mettre fin aux agissements de Bathily. Ils ont prétendu que je cherche à exproprier certains en vue de satisfaire d’autres. Et pourtant je sais que certains parmi eux ont exproprié un paysan au moment même où il s’apprêtait à cultiver son champ. Face au refus du propriétaire légitime, ils ont envoyé des gendarmes depuis Baguineda qui ont tiré sur la population faisant des blessés. Je me suis personnellement rendu sur les lieux pour faire le constat.

Ce sont des gens qui se sont procuré des centaines d’hectares appartenant à un tout un village. Figurez-vous que ce sont les mêmes personnes qui demandent que Bathily mettent fin à ses agissements. C’est la mission qu’IBK m’a confiée et je m’y investirai. Pas question de les laisser faire ! S’ils ont le courage de casser nous, pour notre part, nous aurons le courage d’en parler. S’ils arrêtent, on arrêtera.

Levez et tenez-vous fermes ! Unissez-vous ! Vous n’êtes contre personne, ni contre un maire, un juge ou un gendarme, mais contre le mauvais maire, le mauvais juge et le mauvais gendarme. Nous sommes avec ceux qui sont sur le bon chemin. Nous sommes avec ceux-ci.  Nous en avons contre ceux-là qui, sous le couvert de l’autorité, s’adonnent à des mauvaises pratiques».

Propos traduits et transcris par Batomah Sissoko

 

Source: sphynx

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.