Opposition malienne : La grande muette

On les voit mais on ne les entend pas. Ceux qui se sont proclamés opposants sont-ils devenus subitement sourds et muets ?

 

Le principal parti de l’opposition- l’Urd- est-il devenu muet ? En tous les cas, il ne pipe mot et même après six mois de règne de IBK. Pourquoi ? La question taraude l’esprit des Maliens qui rêvent d’avoir une opposition responsable pour éviter de tomber une fois de plus dans les travers du régime de Amadou Toumani Touré. Mais au train où vont les choses les responsables de l’Urd censés animer l’opposition ont disparu dans la circulation. Personne ne les entend. Après déjà six mois d’exercice de pouvoir, IBK a-t-il besoin d’une opposition qui attire son attention sur telle ou telle question intéressant la vie de la nation?

 

 

Soumaila Cissé est attendu sur ce terrain par nombre de Maliens. Mais manifestement, le patron de l’Urd se trouve être mal à l’aise dans une posture d’opposant. Lui qui a toujours été du ‘’bon côté’’. Deux fois au second tour aux élections présidentielles de 2002 contre ATT et 2013 face à Ibrahim Boubacar Kéïta, Soumaila Cissé est et demeure l’homme politique malien en exercice le plus nanti. Et pour cause, son parcours politique est autant éloquent que son parcours professionnel. Secrétaire général de la présidence en 1992 sous Alpha Oumar Konaré, ministre des Finances en 1993, ministre des Finances et du Commerce en 1994. De nouveau ministre des Finances en 1997 et ministre de l’Équipement, de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de l’Urbanisme en 2000 dans le gouvernement de Mandé Sidibé. Président de la commission de l’Uemoa de 2004 à 2011. Il est actuellement député élu dans son Niafunké natal.

 

 

Difficile pour l’homme malien de gouter à de tels délices et d’animer une opposition digne de ce nom. En tout cas, sous nos tropiques, nous n’avons pas souvenance d’un tel cas. Soumaila Cissé a pourtant tous les atouts pour titiller le gouvernement. Un gouvernement pour le moment abonné à l’immobilisme et dont le porte parole excelle dans les contre vérités en annonçant tambour battant des chiffres de création d’emplois qui donnent le tournis. Une bonne occasion pour l’opposition si elle existe vraiment de faire son baptême de feu. Mais a elle décidé de faire attendre les Maliens, ils attendent.

 

L’opposition parlementaire forte de 21 députés regroupés au sein de vigilance républicaine et démocratique (Vrd) lutte pour le moment à se tailler des postes juteux. Lundi dernier, le partage consensuel du gâteau parlementaire est apprécié à sa juste valeur par une opposition qui n’a pour le moment ni d’yeux encore moins d’oreille pour la gestion de la chose publique. Du moins pour le moment.

 

Sous ATT, le manque d’opposant a agacé plus d’un. A commencer par le locataire de Koulouba d’alors, à telle enseigne qu’il a initié une loi pour accorder un statut à l’opposition.

 

Pour le moment, l’opposition est comparable à la grande muette. Et demain ne semble pas la veille de cette omerta.

                                                                                        Alhassane H.Maïga 

SOURCE: Le Matin
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *