Observation des législatives 2020: La société civile s’active

Dans un contexte d’insécurité, vient s’ajouter dans notre pays le coronavirus, une pandémie mondiale. Au Mali, contrairement aux attentes dans les coulisses, les élections législatives reportées deux fois, vont se tenir conformément au dernier calendrier électoral ce 29 mars 2020. La société civile dans son rôle de veille citoyenne lors d’une conférence de presse ce samedi 28 mars à Bamako, a présenté sa déclaration aux journalistes. La Synergie des Organisations de la Société civile dans son rôle de contrôle citoyen, et dans le cadre de l’observation électorale dans sa déclaration rendue publique lors de la conférence de presse ce samedi à Bamako “note qu’une partie de la classe politique et de la société civile a demandé le report des élections, en raison de l’insécurité et de la pandémie du Coronavirus.” Elle note également “l’enlèvement de quelques leaders politiques et leur détention par les groupes armés”. La Synergie et la CNDH ont pour mandat l’évaluation professionnelle et impartiale de la régularité et de la transparence des élections législatives du 29 mars au 19 avril 2020.

 

Le rôle de la Synergie dans le déroulement des législatives du 29 mars 2020 La Mission d’Observation Electorale (MOE) de la Synergie et de la CNDH est conduite par le Chef de mission Dr Ibrahima SANGHO, Président de l’Observatoire pour les Elections et la Bonne Gouvernance au Mali. La MOE de la Synergie comprend 83 Observateurs à long terme (OLT) et 1 145 Observateurs à -Court Terme (OCT) venant des 55 circonscriptions électorales. Elle a mis en place son dispositif au sein d’un hôtel de Bamako. La Synergie a mis en place trois chambres dont les responsabilités et les rôles sont différents mais intégrés dans un dispositif d’alerte, d’analyse et de réponse au monitoring du processus électoral. Il s’agit de la Chambre de décisions (leaders de la société civile), de la Chambre intermédiaire (analystes politique, sécurité, genre, handicap, électoral et juridique) et de la Chambre technique (les gestionnaires des données). Grâce à cette plateforme, la société civile malienne a un accès sans précédent aux données en temps réel sur les aspects importants du déroulement des opérations du vote, y compris l’ouverture des bureaux de vote, les opérations de vote, le taux de participation, l’heure de clôture, le dépouillement, les violences, les achats de conscience, les arrêts de votes, les intimidations, et, enfin, les opinions globales des observateurs dans les bureaux de vote.

Les messages envoyés par SMS ou voix à partir des observateurs électoraux formés à travers le pays sont déchiffrés, vérifiés et cartographiés en temps réel à l’aide de la technologie développée par les gestionnaires des données. Ce qui permet de faire des interventions immédiates, pour régler les dysfonctionnements en lien avec les Organes de Gestion et de Suivi des Élections. Cet outil a l’avantage de rehausser la crédibilité et la transparence du processus électoral au Mali. Outre l’observation directe du déroulement du scrutin, la MO de la Synergie et de la CNDH prévoit de rencontrer différents acteurs du processus électoral à l’instar des autorités publiques, les organes en charge des élections et les groupements politiques. Elle échangera également avec les autres Missions d’Observation Electorale et les missions diplomatiques présentes au Mali. La Mission fera quatre (4) communiqués le jour du scrutin dont un (1) communiqué de presse sur l’ouverture du scrutin, deux (2) communiqués de presse sur le déroulement du scrutin et le taux de participation et un (1) communiqué de presse sur la clôture du scrutin et le dépouillement. Elle présentera publiquement ses conclusions préliminaires sur le déroulement du scrutin lors d’une conférence de presse qui se déroulera le lundi 30 mars 2020 à 14 heures à l’Hôtel Radisson Blu.

La Synergie des Organisations de la Société civile dans son rôle de contrôle citoyen, dans le cadre de l’observation électorale, est composée est de Pool d’Observation Citoyenne du Mali – POCIM, constitué de l’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali (OBSERVATOIRE), le Groupe Pivot/ Droit et Citoyenneté de la Femme (GP/DCF), Le Conseil National de la Jeunesse du Mali (CNJ), les Volontaires pour le Mali (VPM), AJCAD , CONSORTIUM ELE- DHQ, AMILS, JCM-PDH , CAPDH, DONIBLOG, Malick KONATE, et de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH).

 Journal du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *