MPR : Quel avenir ?

Le Premier ministre de la transition, Choguel Kokalla Maïga, est le Président du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR).  Conformément à la Charte de la transition, il n’a donc pas le droit de se porter candidat à la présidentielle prochaine.

 

Aux présidentielles 2013 et 2018, le Dr. Choguel Kokalla Maïga était le porte-étendard du MPR. Aujourd’hui Premier ministre, la Charte de la transition lui interdit de se présenter aux élections. Mais, pour son parti, rien ne l’empêche de le faire. « La vocation d’un parti politique est de prendre part aux élections, qui lui permettent de jauger son niveau dans le pays. Il est clair que nous prendrons part aux élections prochaines », assure Sidy Dembélé, Secrétaire général du MPR.

Il ajoute que le parti tiendra son congrès statutaire en décembre prochain et que les questions relatives à la participation du parti à la présidentielle et au nom de son futur porte-étendard seront sérieusement débattues. Pour l’heure, le MPR s’active pour aider au succès de son président à la Primature. « Le MPR va très bien, comme toujours d’ailleurs. Nous sommes un vieux parti. Les réunions statutaires se passent normalement et le Bureau exécutif central se réunit régulièrement. Nous travaillons à renforcer le président Choguel Kokalla Maïga. Toutes les énergies sont focalisées sur la réussite de la transition. Tout ce que nous faisons et tout ce que nous allons faire sera dédié à cela », explique Sidy Dembélé.

Collusions ?

Dès sa prise de fonction, le Dr. Choguel Kokalla Maïga a nommé un nouveau chef de cabinet avec rang de ministre, le Pr. Issiaka Ahmadou Singaré, cacique du MPR et co-auteur avec M. Maïga du livre « Les rebellions au nord du Mali, des origines à nos jours ». Certaines personnes ont vu dans cette nomination un signal de collusion entre le Premier ministre et son parti, se demandant s’il y avait des risques de voir le MPR profiter de la position actuelle de son Président, comme cela avait été le cas avec Soumeylou Boubeye Maiga, dont le parti avait enregistré de nombreuses adhésions lors de son passage à la Primature. « Ce sont de fausses accusations. Regardez le parcours du Président Choguel Kokalla Maïga. À chaque fois qu’il a été dans les ministères, c’est l’un des rares hommes politiques a avoir toujours gardé d’autres compétences autour de lui, pas forcément des cadres du parti », réfute Sidy Dembélé.

Boubacar Diallo

Source : Journal du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.