Moussa Mara, Président du Parti Yélema « Le Changement » : « Je suis candidat au poste du maire du District de Bamako »

L’ancien Premier ministre, Moussa Mara, non moins Président du Parti Yélema (Le Changement) confirme sa candidature à la tête de la mairie du district de Bamako.

 

pm moussa mara chef gouvernement premier ministre parti yelema discours primatureC’était un secret de polichinelle. Depuis un certain moment, cette information circule dans la sphère politique. L’ancien maire de la commune IV, qui fut ministre de l’Urbanisme et de la Politique de la ville avant d’être bombardé Premier ministre par le Président Ibrahim Boubacar Kéïta, à la suite de la démission fracassante d’Oumar Tatam Ly, est dans la course pour prendre le fauteuil du maire du district de Bamako actuellement occupé par Adama Sangaré. Approché par nos soins en début de semaine, le Président du Parti Yélema (Le Changement) a coupé court à toutes les rumeurs en se positionnant sur la ligne de départ pour l’hôtel de ville des trois caïmans. A la question de savoir s’il est candidat pour la mairie du District, l’ancien locataire de la Primature a répondu par l’affirmatif : « C’est vrai. Je suis candidat au poste du maire du District de Bamako ».

 

Un jeune animal politique !

Ce n’est pas la première fois que Moussa Mara nourrit l’ambition de diriger la mairie du District de Bamako. Déjà, en 2009, il a dû mettre en parenthèse ses ambitions face au ras de marée de l’ADEMA-PAJS et surtout aux manœuvres politiciennes d’Adama Sangaré qui remuait ciel et terre pour se faire réélire. Entre 2009 et 2015, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Et le mode d’élection des conseillers du District a changé. Désormais, ils seront élus au suffrage universel direct avec l’intronisation de la tête de liste comme maire. Ce qui peut paraître comme un atout majeur pour l’ancien Premier ministre qui a commencé une campagne de proximité (les mosquées et surtout les grins) depuis son départ à la tête du gouvernement. Malgré son jeune âge, le Président de Yélema peut être considéré comme un véritable animal politique qui sait où aller mais aussi arrive à atteindre ses ambitions à travers des méthodes savamment orchestrées dont il est le seul à détenir le secret.

S’il arrive à se faire élire maire du District (ce qui n’est pas gagné d’avance dans le contexte actuel), le jeune Moussa Mara trouvera devant lui un grand boulevard pour marcher vers la réalisation de ses ambitions. A condition bien sûr qu’il ne courre pas trop vite et ne se casse les pieds en chutant dans les caniveaux nauséabonds de Bamako. Il pourrait se faire dévorer par les sauriens qui peuplent le marigot politique

Daouda T Konaté

source : Le Challenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.